Antagoniste


29 janvier 2015

L’argent des autres Économie En Citations Philosophie

Milton Friedman

Citation de Milton Friedman qui explique assez bien comment le Québec a pu devenir un enfer fiscal…

« Certains politiciens sont toujours en mesure d’augmenter les taxes et impôts parce qu’ils peuvent facilement persuader une fraction importante de la population que quelqu’un d’autre va payer à leur place. »


29 janvier 2015

Les pleureuses Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

Syndicat Québec

Cette semaine, un syndicat de professeurs est sorti dans les médias pour nous faire pleurer… Sous prétexte qu’ils s’occupent des enfants, il serait inadmissible que ceux-ci fassent leur juste part pour équilibrer les finances du Québec via un gel de leur salaire.

Ce que nos bons syndicats ne disent pas, c’est que même si le gouvernement décrète un gel de leur salaire, celui-ci peut quand même augmenter. Comment ? Simplement en accumulant des années d’ancienneté pour grimper dans l’échelle salariale !

Pour le travail d’enseignant au primaire, on compte 17 échelons salariaux (oui, 17) ! Voici comment évolue le salaire d’un professeur au Québec:

Syndicat Québec

Donc, même si on gèle le salaire des professeurs, il est toujours possible de toucher une augmentation de salaire non négligeable simplement en grimpant dans l’échelle salariale. Entre le premier et le dernier échelon, le salaire augmente de 94,7% !

Et pour ceux qui sont déjà au sommet de l’échelle salariale, donc qui ne peuvent plus augmenter leur salaire, dites-vous qu’avec un salaire de 75 729$ par année (2 mois de vacances), vous êtes bien placé pour faire un petit sacrifice au nom du bien commun des Québécois.  Ça ne devrait pas poser de problèmes puisque les syndicats aiment ça la solidarité et le bien commun.  De plus, si on devait toujours augmenter le salaire des professeurs, il y aurait un danger de marchandiser l’éducation. La bonne gauche n’aime pas ça la marchandisation de l’éducation.

Source:
Conseil du trésor
Échelles salariales: Commissions scolaires


29 janvier 2015

Intervention divine Économie Gauchistan Revue de presse

Libération

Venezuela: Maduro s’en remet à Dieu pour résoudre la crise économique
Libération

«Le pétrole ne remontera jamais à 100 dollars, mais Dieu pourvoira» aux destinées du Venezuela : c’est par ces mots que le président socialiste Nicolas Maduro a tenu mercredi soir à rassurer ses concitoyens confrontés à une grave crise économique.

Invocation des mannes célestes, mais aussi modification de la politique de changes, éventuelle augmentation du prix de l’essence…: les mesures annoncées par M. Maduro pour lutter contre la crise que traverse ce pays pétrolier ont été jugées largement insuffisantes par des analystes économiques.

Et provoqué l’inquiétude de la population victime d’un taux d’inflation record (64% par an), de pénuries grandissantes de produits alimentaires, médicaux ou industriels, et d’un déficit budgétaire de 20% du PIB, essentiellement provoqué par la chute vertigineuse des cours du pétrole – qui représente 96% des revenus en devises de l’Etat.

Certains supermarchés d’Etat, expropriés à des groupes privés ces dernières années et dans lesquels sont vendus des produits subventionnés, ont commencé à limiter l’accès de la clientèle à certains jours de la semaine en fonction du numéro de la carte d’identité.

Les belles âmes gauchistes au Québec se sont réjouies plus tôt cette semaine de l’élection des intégristes de gauche en Grèce y voyant là un vent de fraîcheur.

Ces belles âmes oublient de nous dire qu’il y a quelques années, c’est le Venezuela qui était l’objet de leur admiration.

M’enfin, l’expérience vénézuélienne ayant mal tourné, aujourd’hui la bonne gauche fait comme si Chavez n’avait jamais existé. Qu’importe, parions que dans quelques années, si les fondamentalistes de gauche gardent le pouvoir en Grèce, les politiciens seront eux aussi obligés de s’en remettre à dieu pour boucler leur budget.


28 janvier 2015

Vivre l’obstruction des républicains ! Économie États-Unis Hétu Watch

RécessionDurant la grande récession, les démocrates avaient prolongé la durée des prestations de chômage de 47 semaines peu de temps après l’arrivée d’Obama au pouvoir. En 2013, le congrès, alors contrôlé par les républicains, s’est rebellé et la prolongation est passée de 47 semaines à 0 !

Il va sans dire qu’à l’époque, la bonne gauche a déchiré sa chemise; on avait prédit une hécatombe économique…  Le célébrissime Paul Krugman avait même été jusqu’à dire que les coupures des prestations de chômage allaient faire augmenter le nombre de chômeurs !

Un an plus tard, quel a été le résultat réel de ces coupures ? Qui des républicains ou de la bonne gauche a eu raison ?  Une étude de l’université d’Oslo menée aux États-Unis en 2014 permet de répondre à cette question.

Selon cette équipe de chercheurs, la fin de l’extension des prestations de chômage a entraîné l’an dernier la création de 1,8 million d’emplois.  De ce nombre, on estime que presque 1 million de ces emplois ont été remplis par des gens qui seraient restés sur le chômage si l’extension n’avait pas été annulée !  En bref, les républicains ont eu raison et la bonne gauche a eu tort.

Encore une fois, on peut remercier l’obstruction du parti républicain pour la relance de l’économie aux États-Unis !  Notez aussi que cette étude donne raison à la réforme du gouvernement Harper.

Source:
National Bureau of Economic Research
The Impact of Unemployment Benefit Extensions on Employment: The 2014 Employment Miracle?


28 janvier 2015

La grande illusion de l’électricité québécoise Canada Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

Au Québec, très jeune, on nous enseigne que l’hydro-électricité est notre plus grande richesse et que grâce à Hydro-Québec nous pouvons compter sur une source d’énergie bon marché. On prend bien soin de nous répéter que si c’était le privé qui était en charge de notre réseau électrique, les petits Québécois se feraient exploiter…

Question de m’amuser un peu, j’ai été voir qu’elle était la proportion du revenu des ménages qui était consacrée aux besoins énergétiques de la résidence principale. Naïvement, je croyais que grâce à notre électricité que l’on dit bon marché, le Québec serait loin devant les autres provinces. La réalité n’est pas aussi rose qu’on pourrait le penser…

Hydro-Québec
Le revenu disponible représente la différence entre l’ensemble des revenus (rémunération du travail, transferts gouvernementaux, etc.) et les prélèvements obligatoires des gouvernements (impôt sur le revenu, cotisations aux régimes d’assurance sociale, etc.). Pour ne pas désavantager le Québec, toutes les dépenses en énergie (électricité, gaz, etc. ont été inclus)

Le Québec se tire bien d’affaire, mais contrairement à ce qu’on pourrait penser, nous ne sommes pas premiers. Le fameux avantage hydro-électrique québécois n’est pas aussi grand qu’on tente de nous le faire croire.  De plus, gardez en tête que les stupidités éoliennes des enverdeurs ne peuvent que désavantager le Québec.  Somme toute, dans les années à venir on peut s’attendre à voir le Québec reculer de quelques positions.

Si ce qu’on raconte sur l’électricité québécoise était vrai, le Québec devrait être confortablement installé en première position.  Hydro-Québec a été développée avec l’argent des contribuables et nous payons déjà des impôts exorbitants, donc les dépenses en énergie de nos maisons ne devraient pas grever autant notre budget.  On ne peut pas être les plus taxés et se faire plumer par Hydro-Québec, une compagnie qui en théorie nous appartient.

La prochaine fois que vous entendrez quelqu’un dire que les Québécois ont la chance d’être approvisionnés en énergie à faible coût grâce à Hydro-Québec, vous saurez qu’on tente de vous monter un bateau.

P.-S. Inutile de me répondre qu’au Québec il fait froid…

Sources:
Statistique Canada
Tableau 203-0021

Institut de la statistiques du Québec
Revenu disponible


28 janvier 2015

Les valeurs saoudiennes Canada Économie Environnement Moyen-Orient Revue de presse

The Globe And Mail

‘Ethical oil’ ad sparks war of words between Ottawa, Saudis
The Globe And Mail (Sep. 20 2011)

A pro-industry group that promotes Canada’s “ethical” oil sands has sparked an international row with a television ad attacking Saudi Arabia’s record on women’s rights.

Immigration Minister Jason Kenney on Tuesday slammed the Saudi embassy’s apparent effort to kill a 30-second advocacy ad that argues U.S. reliance on Canada’s oil-sands production is more “ethical” than buying oil from the undemocratic Kingdom of Saudi Arabia.

The offending ad ran on the Oprah Winfrey Network in Canada, and is now appearing on SUN TV, but a planned run on CTV’s Newsnet was cancelled due to legal concerns after a lawyer for the Saudis wrote a letter of complaint.

Oil-industry executives and Conservative government ministers, including Environment Minister Peter Kent, have echoed the ethical-oil argument, popularized in Mr. Levant’s book, Ethical Oil: The Case for Canada’s Oil Sands. Environmental organizations, meanwhile, have mounted high-profile protests aimed at stopping the expansion of oil-sands imports to the U.S.

Bell Media, which owns CTV, confirmed it had been informed by the Saudis of a legal dispute over the commercial, and cancelled plans to run it. “As the ad in question is the subject of a legal dispute between Ethical Oil and the Kingdom of Saudi Arabia, at the advisement of our legal department we will not accept the order until the matter is resolved,” the company said in a statement.

Pour ma revue de presse aujourd’hui, j’ai dépoussiéré une vielle nouvelle qui date de septembre 2011.

Ironique de constater qu’en 2011, l’Arabie Saoudite a fait censurer au Canada une publicité mettant en vedette le pétrole éthique de l’Alberta et dénonçant le pétrole de la charia (je suis Charlie…).

Vous savez au Québec quel groupe met des bâtons dans les roues de l’exportation du pétrole éthique de l’Alberta, ce qui profite au pétrole de la charia des Saoudiens ? Nul autre que le parti québécois !  Amusant de constater que le PQ et l’Arabie Saoudite ont un point en commun: leur haine du pétrole éthique de l’Alberta !

Est-ce que les péquistes auraient été imprégnés par les valeurs saoudiennes ?  Je ne fais que poser la question…


27 janvier 2015

Autres pays, autres moeurs Économie International Québec

CorruptionCette semaine, je suis tombé sur une histoire de corruption qui m’a fait sourire. Une histoire qui ne concerne pas le Québec, mais la Thaïlande…

En Thaïlande, l’ex-première ministre Yingluck Shinawatra, qui a été chassée du pouvoir en mai, risque 10 ans de prison pour des gestes posés en 2011…

Que lui reproche-t-on au juste ?

En 2011, Yingluck Shinawatra a instauré un programme pour venir en aide aux producteurs de riz. Ce programme permettait aux producteurs de riz de toucher un revenu garanti en versant une subvention pour compenser la baisse du prix du riz sur les marchés internationaux. Or, selon la justice thaïlandaise, ce programme était un non-sens économique qui existait uniquement pour acheter des votes dans les régions rurales de la Thaïlande. Acheter des votes en Thaïlande c’est illégal…

Avouez que c’est une histoire amusante. Ce qui est considéré comme de la corruption passible de 10 ans de prison en Thaïlande est louangé comme un plan économique d’aide aux régions au Québec !!! Et dire qu’ici, une majorité de gens pensent probablement que la Thaïlande est un pays broche à foin. Pourtant, dans ce pays de broche à foin, on a compris quelque chose que les Québécois ne sont pas prêts de comprendre.

L’ex-première ministre a commenté les accusations en disant qu’elle n’était pas triste d’avoir été accusée, elle était plutôt triste de voir que les pauvres producteurs de riz ne pourront plus toucher des subventions qui sont essentielles aux régions et à la démocratie du pays. Yingluck Shinawatra aurait été une formidable politicienne au Québec…

Source:
CNN
Thai lawmakers vote to impeach former PM Yingluck Shinawatra


27 janvier 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (20-26 janvier) selon Influence Communication.

C’était une semaine de festivité dans le monde du sport alors que la LNH et la NFL tenaient leurs matchs des étoiles. Pendant ce temps, la ligue de hockey junior majeur du Québec organisait son premier match extérieur, tandis que les vedettes canadiennes de tennis Eugénie Bouchard et Milos Raonic poursuivaient leur route aux Internationaux d’Australie. Le sport reprend ainsi le haut du pavé de l’actualité au Québec, tout juste devant une nouvelle économique (la baisse du taux directeur de la Banque du Canada) et une nouvelle internationale (l’attentat au Charlie Hebdo). Toutefois, au Canada, les journaux du pays ont davantage suivi l’état de santé de l’officier de la GRC, David Wynn, qui avait été tiré à bout portant en service samedi dernier. L’officier Wynn a finalement succombé à ses blessures et ses funérailles ont été célébrées dimanche. Outre cette nouvelle et le match des étoiles de la LNH, notons que les trois nouvelles qui complètent le palmarès sont d’ordre économique.

Actualité Québec

Actualité Canada

Source:
Influence Communication


27 janvier 2015

L’anti-austérité Coup de gueule Économie Europe Revue de presse

The Irish Times

German government says Greece’s obligation unchanged by vote
The Irish Times

Germany has said Sunday evening’s election victory by the far-left Syriza movement has changed nothing in German and European attitudes towards the Greek reform programme.

Bombarded by questions at a government press conference in Berlin, Chancellor Angela Merkel’s spokesman Steffen Seibert said the German leader had not yet contacted Syriza leader Alexis Tsipras, but would do so if or when he forms a government.

“Greece has made obligations that aren’t erased by election day,” said Mr Seibert. “The position of European and German partners is unchanged from the last years: EU solidarity in exchange for Greek effort and reform readiness.”

A spokeswoman for the finance ministry said an application to extend loans to Greece would be studied if filed by a new government.

Ainsi, les Grecs ont décidé d’élire des communistes anti-austérités à la tête de leur pays, ce qui a beaucoup excité les communistes du Québec.

Moi j’ai une question pour les communistes anti-austérités.

Si votre pays/province a des revenus de 78 milliards et que vos dépenses sont de 87 milliards, vous faites comment pour arriver si plus personne ne veut vous prêter de l’argent parce que vous avez décidé de ne plus rembourser vos dettes ? Il faudrait qu’on nous l’explique celle-là…

P.-S. Les communistes Grèce vont faire un gouvernement de coalition avec les nationaleux. Ce qui confirme ce que j’ai toujours dit, nationaliste égale gauchiste.