Selon les rigolos du BAPE, il est impossible de faire de l’argent avec le gaz de schiste au Québec.

Vraiment ?

Voici ce qu’en pensent les gens qui savent compter, par opposition aux activistes diplômés en philosophie

Schiste Dakota du Nord

Vivre à côté d’un puits qui fait l’extraction d’hydrocarbures de schiste c’est payant, très payant ! Ce n’est pas moi qui le dis, mais plutôt une étude réalisée par la Réserve fédérale américaine, division Minneapolis !

Selon cette étude, dans un rayon de 160 km autour du dépôt d’hydrocarbures de schiste de Bakken dans le Dakota du Nord, les salaires sont 25% plus élevés.  Encore mieux, on observe aussi que le taux de chômage est réduit dans un rayon de 645 km autour du dépôt !  Dans un rayon de 160 km, le taux de chômage est réduit de 50% alors que dans un rayon de 645 km on parle d’une réduction de 31%.

Voici ce que ça pourrait donner pour le Québec (à titre indicatif seulement, puisque dans le Dakota du Nord on exploite surtout le pétrole de schiste alors que dans les basse terres du St-Laurent c’est surtout du gaz de schiste):

Schiste Québec

L’exploitation du gaz de schiste aurait pu aussi stimuler l’économie du Québec. Malheureusement, les activistes du BAPE ont décidé que les Québécois allaient rester pauvres. Le BAPE croit-il que le schiste ne peut être exploité au Québec, car nous sommes moins intelligents que les Américains ?

En passant, pour ceux qui n’ont jamais vu, voici à quoi ressemble le processus de forage d’un puits de gaz de schiste (ne comptez pas sur les médias québécois pour vous montrer ça…)

Une fois le processus de fracturation hydraulique complété, le puits disparaît presque !

Source:
Federal Reserve Bank of Minneapolis
Bakken activity: How wide is the ripple effect?

MISE-À-JOUR

Voici les raisons utilisées par les rigolos du BAPE pour interdire l’exploitation du gaz de schiste. Si le Québec n’était pas une république de bananes, le premier ministre aurait dû exiger la démission des membres du BAPE pour avoir produit un document qui est une insulte à l’intelligence des gens qui en ont une…

Hopital Psychiatrique
Les enjeux liés à l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste dans le shale d’Utica des basses-terres du Saint-Laurent

Les impacts potentiels des activités d’exploration et d’exploitation du gaz de schiste, soit l’augmentation du niveau de bruit ambiant, de la quantité de poussière en suspension, de la pollution lumineuse nocturne et de l’achalandage sur les routes rurales ainsi que les impacts sur les paysages affecteraient le secteur agrotouristique au même titre qu’elles auraient des effets sur le secteur touristique en général. Les activités de l’industrie gazière sont susceptibles de ternir, aux yeux des clients d’agrotourisme, l’image d’authenticité associée au milieu rural et villageois et de nuire à l’agrément qui accompagne les visites à la campagne.

Aux États-Unis, ce n’est pas l’agrotouristique qui a sorti le pays de la crise économique, mais le gaz de schiste… M’enfin, au Québec ce qui compte ce n’est pas de faire travailler les gens, mais « l’agrément qui accompagne les visites à la campagne »…