Antagoniste


18 décembre 2014

Il nous faut Angela Merkel ! Économie En Citations Europe

Ronald Reagan

Cette année, l’Allemagne est revenue au déficit zéro après s’être imposé l’austérité. Voici comment la chancelière Angela Merkel a décrit cet accomplissement lors du congrès de son parti qui s’est tenu à Cologne la semaine dernière.  Au Québec en 2015, on se souhaite des politiciens avec le même courage qu’Angela Merkel (son taux d’approbation en Allemagne est de 67%).

« L’État a vécu au-dessus de ses moyens pendant des décennies et nous avons décidé d’y mettre un terme. Nous avons cessé de vivre à crédit, car nous pensons à nos enfants et petits-enfants. »


18 décembre 2014

Un Noël pauvre Canada Économie En Chiffres Québec

À la fois anecdotique et révélatrice, cette étude de la BMO réalisée le mois dernier montre à quel point l’économie du Québec est mal en point.

Dans un sondage pancanadien, on a demandé aux gens quel montant il prévoyait dépenser durant la période des Fêtes. Voici le résultat:

Noël Québec

Quand on sait que le revenu disponible des Québécois, qui a affiché son premier recul depuis 1996, est de 26 774$/habitant contre 30 746$/habitant pour le Canada, une différence de 3 9712$/habitant (15 888$ pour une famille de 2 adultes et 2 enfants), on comprend mieux pourquoi le Québec est malheureusement en queue de peloton…

Il y a des conséquences à dire non au gaz de schiste, aux pipelines, à l’uranium, à l’apatite et à l’exploitation forestière pour des raisons idéologiques; quand on prend ce genre de décisions, on accepte d’être pauvre.

Source:

Perspectives 2014 de BMO sur les dépenses du temps des Fêtes


18 décembre 2014

Les rigolos du BAPE Économie En Images En Vidéos Environnement États-Unis Québec

Selon les rigolos du BAPE, il est impossible de faire de l’argent avec le gaz de schiste au Québec.

Vraiment ?

Voici ce qu’en pensent les gens qui savent compter, par opposition aux activistes diplômés en philosophie

Schiste Dakota du Nord

Vivre à côté d’un puits qui fait l’extraction d’hydrocarbures de schiste c’est payant, très payant ! Ce n’est pas moi qui le dis, mais plutôt une étude réalisée par la Réserve fédérale américaine, division Minneapolis !

Selon cette étude, dans un rayon de 160 km autour du dépôt d’hydrocarbures de schiste de Bakken dans le Dakota du Nord, les salaires sont 25% plus élevés.  Encore mieux, on observe aussi que le taux de chômage est réduit dans un rayon de 645 km autour du dépôt !  Dans un rayon de 160 km, le taux de chômage est réduit de 50% alors que dans un rayon de 645 km on parle d’une réduction de 31%.

Voici ce que ça pourrait donner pour le Québec (à titre indicatif seulement, puisque dans le Dakota du Nord on exploite surtout le pétrole de schiste alors que dans les basse terres du St-Laurent c’est surtout du gaz de schiste):

Schiste Québec

L’exploitation du gaz de schiste aurait pu aussi stimuler l’économie du Québec. Malheureusement, les activistes du BAPE ont décidé que les Québécois allaient rester pauvres. Le BAPE croit-il que le schiste ne peut être exploité au Québec, car nous sommes moins intelligents que les Américains ?

En passant, pour ceux qui n’ont jamais vu, voici à quoi ressemble le processus de forage d’un puits de gaz de schiste (ne comptez pas sur les médias québécois pour vous montrer ça…)

Une fois le processus de fracturation hydraulique complété, le puits disparaît presque !

Source:
Federal Reserve Bank of Minneapolis
Bakken activity: How wide is the ripple effect?

MISE-À-JOUR

Voici les raisons utilisées par les rigolos du BAPE pour interdire l’exploitation du gaz de schiste. Si le Québec n’était pas une république de bananes, le premier ministre aurait dû exiger la démission des membres du BAPE pour avoir produit un document qui est une insulte à l’intelligence des gens qui en ont une…

Hopital Psychiatrique
Les enjeux liés à l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste dans le shale d’Utica des basses-terres du Saint-Laurent

Les impacts potentiels des activités d’exploration et d’exploitation du gaz de schiste, soit l’augmentation du niveau de bruit ambiant, de la quantité de poussière en suspension, de la pollution lumineuse nocturne et de l’achalandage sur les routes rurales ainsi que les impacts sur les paysages affecteraient le secteur agrotouristique au même titre qu’elles auraient des effets sur le secteur touristique en général. Les activités de l’industrie gazière sont susceptibles de ternir, aux yeux des clients d’agrotourisme, l’image d’authenticité associée au milieu rural et villageois et de nuire à l’agrément qui accompagne les visites à la campagne.

Aux États-Unis, ce n’est pas l’agrotouristique qui a sorti le pays de la crise économique, mais le gaz de schiste… M’enfin, au Québec ce qui compte ce n’est pas de faire travailler les gens, mais « l’agrément qui accompagne les visites à la campagne »…


18 décembre 2014

Quand les réchauffistes font la fête ! Coup de gueule Environnement International Revue de presse

The Columbus Dispatch

Lima talks to leave record carbon footprint
The Columbus Dispatch

The current U.N. climate talks will be the first to neutralize all the greenhouse-gas pollution they generate, offset by host country Peru’s protection of forest reserves, organizers say.

Now the bad news: The Lima conference is expected to have the biggest carbon footprint of any U.N. climate meeting measured to date.

At more than 50,000 metric tons of carbon dioxide, the negotiations’ burden on global warming will be about 1-1/2 times the norm, said Jorge Alvarez, project coordinator for the U.N. Development Program.

The venue is one big reason. It had to be built. Eleven football fields of temporary structures arose for the 13-day negotiations from what three months ago was an empty field behind Peru’s army’s headquarters. Concrete was laid, plumbing installed and components were flown in from as far as France and Brazil.

Standing in the midday sun here can get downright uncomfortable, but the Lima sun is not reliable. That’s one reason solar panels were not used. For electricity, the talks are relying exclusively on diesel generators.

Une conférence sur le climat qui dépend de l’électricité produite par des génératrices fonctionnant au diesel. Vive les réchauffistes !