Modèle québécoisBienvenue en Absurdistan ! Quelques nouvelles en vrac à propos du Québec qui ont de quoi laisser songeur…

La scientologie

Quand Merck a fermé son laboratoire de recherche à Montréal, les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand Pfizer a fermé son laboratoire de recherche à Montréal,  les médias québécois ont haussé les épaules… Quand AstraZeneca a fermé son laboratoire de recherche à Montréal,  les médias québécois ont haussé les épaules… Quand Sanofi a fermé son laboratoire de recherche à Laval,  les médias québécois ont haussé les épaules… Quand Johnson & Johnson a fermé son laboratoire de recherche à Montréal,  les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand DSM Pharmaceutical a abandonné son projet de 300 millions à Montréal, les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand Boehringer Ingelheim a fermé son laboratoire de recherche à Laval,  les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand Bristol-Myers-Squibb a fermé son laboratoire de recherche à Montréal, les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand le ministre péquiste Pierre Duchesne a coupé 36,5 millions de dollars dans la recherche universitaire, les médias québécois ont haussé les épaules…

Mais quand les méchants libéraux ont décidé de couper une subvention de 175 000 dollars à une revue pour enfant parlant de science, un produit devenu obsolète à l’ère de l’internet, nos bons médias ont fait une crise d’apoplexie sans précédent.  On nous a annoncé la fin de la science au Québec, une nouvelle grande noirceur et le retour de l’inquisition espagnol… La perte de milliers d’emplois dans des laboratoires de recherche de multinationales pharmaceutiques dans la régions de Montréal ont laissé les médias indifférents, mais la subvention pour « Les Débrouillards » c’est la fin du monde…  Nos médias sont-ils simplement de mauvaise foi ou juste pas intelligents ?

L’arbre et ses fruits

Selon l’étude internationale PISA, qui évalue les compétences et les connaissances des élèves de quinze ans, en science, le Québec arrive au 18e rang avec un score de 516, loin derrière la moyenne canadienne qui fait osciller la balance à 525.  De plus la tendance est négative, depuis trois ans, le Québec a perdu 8 points.  Bref, si l’objectif des « débrouillards » est d’éveiller les jeunes à la science, c’est complètement raté. Mais continuons de les subventionner. Après tout, au Québec ce qui compte ce ne sont pas les résultats, mais les intentions.

Les incinérateurs municipaux

Dans les municipalités du Québec, entre 2009 et 2012, les dépenses par habitant, ajustées à l’inflation, sont passées de 1 576$ à 1 653 $.  C’est une hausse de 4,9% au-dessus de l’inflation.  Les municipalités veulent recevoir des milliards du gouvernement tout en pouvant gaspiller sans rendre de compte à personne; nos villes sont devenues des incinérateurs dans lesquels on brûle l’argent des contribuables.  Le gras dans les municipalités n’est pas difficile à trouver, qu’on ramène les niveaux de dépenses à ceux de 2009.  Après tout, en 2009, personne ne mourrait dans les rues parce que les municipalités ne dépensaient pas assez… De plus, il faudrait rappeler à cette bande de gaspilleurs que 55% des maires et conseillers municipaux ont été élus sans opposition lors de l’élection de 2013. C’est du jolie la démocratie municipale…