Antagoniste


24 novembre 2014

Imaginez si… Coup de gueule États-Unis Hétu Watch

SyndicalleuxImaginez si Stephen Harper faisait adopter à la chambre des communes un projet de loi sur la privatisation du système de santé canadien.

Imaginez que la personne responsable de sa rédaction du texte de loi déclare qu’elle l’a volontairement complexifié de manière à pouvoir berner plus facilement la population canadienne. Imaginez que cette personne déclare aussi que le manque de transparence a été un moyen très efficace pour faire adopter sa loi.  Imaginez que cette personne déclare par la suite que ces actions étaient justifiées puisque les Canadiens étaient trop stupides pour comprendre à quel point sa loi était bonne, par conséquent il était légitime de leur cacher la vérité.  Imaginez que cette personne dise par la suite avoir agi sur ordre du premier ministre Harper…

Si une pareille chose devait se produire, ce serait un scandale qui laisserait des traces profondes dans le paysage politique.  Les médias auraient tôt fait de passer à la moulinette le parti responsable de cette vaste supercherie.

L’histoire que je raconte n’est pas fictive, c’est l’histoire de l’Obamacare et de Jonathan Gruber, un personnage clé dans la rédaction du texte de cette loi (ici, ici, ici et ici)…  Mais dans cet exemple bien réel, puisque le scandale touche le parti démocrate, il n’y aura pas de conséquences


24 novembre 2014

Ils ont choisi la pauvreté Canada Économie En Chiffres International Québec

La semaine dernière, l’Institut Fraser a publié le résultat d’une enquête menée auprès de 710 dirigeants de l’industrie pétrolière pour savoir quels étaient les endroits dans le monde les plus ouverts aux investissements pétroliers et gaziers. Encore une fois, le Québec se retrouve en compagnie des républiques de bananes…

Voici l’indice de développement pétrolier et gazier, pour les provinces canadiennes et les pays scandinaves (pays souvent cités en exemple…) avec des gisements d’hydrocarbures; le Québec est l’un des rares endroits dans le monde qui a sciemment choisi de rester pauvre en refusant d’exploiter ses richesses naturelles…

Québec Pétrole
Les notes ont été ramenées sur 100.

Quelques constatations:

  • Le Québec est très confortablement installé dans sa grande médiocrité, les plus proches poursuivants récoltent 2 fois plus de points…  Nous sommes vraiment dans une classe à part, dommage que c’est dans la classe des cancres.  Encore pire, le Québec a reculé par rapport au dernier classement en passant d’un score de 22,9 à 20,5.
  • Comparé aux pays scandinaves, souvent cité en modèle, le Québec a l’air d’une république soviétique: un score de 20,5 au Québec contre 70,3 en Norvège.
  • Les pays scandinaves dament aussi le pion de nombreuses provinces canadiennes ! Par exemple, les Pays-Bas (80,6) font mieux que l’Alberta (73,4) !

Si les provinces de l’Ouest et les pays scandinaves sont riches et que le Québec est pauvre, ce n’est pas à cause du pétrole, mais plutôt parce que le socialisme et l’éco-catastrophisme n’ont pas infecté leur économie; là-bas, on exploite le pétrole et le gaz alors qu’ici on multiplie les moratoires pour faire plaisir à quelques hippies.

Pour prendre la pleine mesure de la détérioration des conditions économiques au Québec pour les entreprises pétrolières et gazières, voici l’évolution de l’indice québécoise:

Pétrole Québec

La descente est tout simplement vertigineuse !  En 2013, le Québec est battu par des pays tels que le Cambodge, le Bangladesh, le Kazakhstan et le Myanmar.  En fait, le Québec fait à peine mieux que la Syrie, un pays ravagé par une guerre civile (20,5 vs. 16,5).  À l’échelle mondiale, le Québec occupe le 133e rang sur 156 pays.

Et à tous ceux qui se questionnent sur l’utilité d’avoir une industrie pétrolière et gazière florissante, voyez par vous-même…

Québec pétrole

Les gens qui travaillent dans le domaine de l’extraction minière et pétrolière gagnent 2 304$/semaine, plus du double de la moyenne de tous les secteurs, qui se chiffre à 910$/semaine.

Au Québec nous avons dit non au gaz de schiste car nous avons décidé être pauvre.

Les idiots de Québécois ne veulent rien couper, même pas les conservatoires en région, et ils ne veulent pas développer leurs ressources naturelles comme le gaz de schiste. Donc, quand le gouvernement décide d’augmenter les tarifs des CPEs, personne n’a le droit de chialer. Lorsque les idiots de Québécois auront été assez saignés par les gouvernements, ils réaliseront peut-être qu’on peut vivre sans des conservatoires en régions et que tout comme les Américains, nous pouvons nous enrichir avec le gaz de schiste.

Pendant ce temps à Ottawa, l’austérité a permis à Harper de dégager des surplus qui seront utilisés pour réduire le fardeau fiscal des familles. Mais au Québec, on ne veut pas d’austérité, alors payez!

Sources:
Fraser Institute
Global Petroleum Survey 2014

Statistique Canada
Tableau 281-0027


24 novembre 2014

Changement climatique: l’Allemagne quitte ne navire Économie Environnement Europe Revue de presse

Der Spiegel

Germany to Abandon Strict ‘2020’ Climate Change Targets
Der Spiegel

Germany’s Vice Chancellor, Sigmar Gabriel, has indicated that the country will abandon its commitment to reducing CO2 emissions by 40 percent by 2020, from a 1990 base level. In doing so he has won the ongoing clash with his own environmental minister Barbara Hendricks over energy policy, telling her that he will tolerate no further resistance to the change of direction, according to Der Speigel.

The target has been in doubt for some time, not least because Gabriel, a former environment minister himself and current minister for economic affairs and energy, is known to be supportive of the coal industry. According to the Environment Ministry, Germany would have to find a way of cutting emissions by between 62 and 100 million tonnes of CO2 every year for the next sixteen years in order to reach the target. Shutting down coal power stations would only contribute 40 million tonnes to that target.

« It’s clear that the target is no longer viable, » Gabriel said, adding: « We cannot exit from coal power overnight. » Earlier this year Gabriel told Spiegel: « It is an illusion to believe that Germany could simultaneously move away from both nuclear and coal energy ».

Il n’y a pas que Stephen Harper qui pense que la lutte aux supposés changements climatiques n’est rien d’autre qu’un projet pour ruiner l’économie des pays occidentaux.


20 novembre 2014

Mission impossible Économie En Citations Philosophie

Winston Churchill

Un message de Winston Churchill aux politiciens québécois…

« Une nation qui espère prospérer grâce à l’impôt est comme un homme debout dans un seau qui essaye de se soulever par la poignée. »


20 novembre 2014

Le débat public Économie En Chiffres Québec

Un préjugé très rependu au Québec veut que les méchants think tanks de droite aient des poches très profondes alors que les gentils think tanks de gauche doivent se battre pour se faire entendre…

Vraiment ?

Voici quelques chiffres sur l’Institut Économique de Montréal et Équiterre:

Think Tank Québec

Contrairement aux préjugés largement rependus dans la population, au Québec c’est la gauche qui à d’énormes moyens, en partie grâce à l’argent des contribuables.

À lui seul, le financement gouvernemental d’Équiterre est plus élevé que la masse salariale de l’IEDM, une différence de 50% ! D’ailleurs, le financement gouvernemental d’Équiterre est passé de 605 198$ en 2010 à 1 541 469$ en 2013, une progression de 155% en 3 ans !

Mais plus fondamentalement, il est anormal, voire carrément nocif pour la démocratie, que le gouvernement finance des groupes de pression dont un des objectifs est d’influencer l’opinion publique.  Pourquoi les impôts des gens qui ne partagent pas l’idéologie d’Équiterre servent-ils à financer Équiterre ?  Que les gouvernements laissent cet argent dans nos poches et les gens financent la cause qui les tient le plus à coeur; qu’on laisse les idées libres de compétitionner entre elles au lieu d’en favoriser une avec l’argent des contribuables.


20 novembre 2014

La richesse américaine Économie États-Unis Revue de presse

The Arizona Republic

Arizona State University to elevate hockey team to NCAA Division I
The Arizona Republic

Arizona State fired a slap shot at college athletics Tuesday by not only adding men’s hockey as an NCAA Division I sport but finding donors also willing to pay for an additional women’s sport.

The expansion is almost unprecedented in an era when men’s sports are in peril due to Title IX requirements. ASU alone since 1993 has dropped varsity men’s teams in gymnastics, archery, badminton, tennis, wrestling and swimming, although boosters raised enough funds for wrestling and swimming to be reinstated.

Anderson still is less than a full year into his tenure as ASU athletic director. He and a host of other athletic and university administrators jumped at the chance to have the Sun Devils become the 60th school in the country to offer Division I hockey once they realized boosters were willing to donate $32 million to make their dream into reality.

Don Mullett, CEO of Bradley Corporation, a Wisconsin-based company that makes commercial plumbing products, is the prime donor behind what Anderson said is the largest donation in ASU athletic history. His son, Chris, is a former ASU hockey player.

Le hockey dans le désert, ça ne marchera jamais…

Blague à part, ce que je retiens surtout de cette nouvelle c’est le don de 32 millions de dollars par un type inconnu du Wisconsin qui vend de la plomberie… Ce don permettra à l’université de l’Arizona d’avoir un club de hockey féminin et masculin dans la division d’élite du circuit universitaire américain.

C’est quand on voit ce genre de chose qu’on réalise à quel point le Québec est pauvre…


19 novembre 2014

L’argent et les relations publiques Coup de gueule Économie Environnement Gauchistan Québec

Al Gore

Depuis plus d’un an, Équiterre travaille activement à bloquer la construction du pipeline Énergie Est de TransCanada, de même que la construction d’un port pétrolier à Cacouna. Ce battage médiatique n’est pas gratuit, il est donc intéressant de savoir qui participe au financement d’Équiterre pour tenter de paralyser le développement économique du Bas-St-Laurent, une région qui doit composer avec un taux d’emploi de 48,5% (contre 61,6% pour le Canada).

Voici la liste des organismes publics qui ont financé/commandité les activités d’Équiterre, selon leur dernier rapport annuel

  • Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, Direction de santé publique de Montréal
  • Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec
  • Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport
  • Ministère des Ressources naturelles
  • Ministère des Transports du Québec
  • Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs
  • Secrétariat à l’action communautaire autonome et aux initiatives sociales
  • Société d’habitation du Québec
  • Ministère des Ressources humaines et Développement des compétences
  • Office nationale de l’énergie
  • Agence métropolitaine de transport
  • Conférence régionale des élus de l’agglomération de Longueuil
  • Conférence régionale des élus de la Montérégie Est
  • Conférence régionale des élus de Laval
  • Conférence régionale des élus Vallée-du-Haut-Saint-Laurent
  • Conférence régionale des élus de Laval
  • Société de transport de Montréal
  • Ville de Laval
  • Ville de Longueuil
  • Ville de Montréal
  • Ville de Québec
  • Hydro-Québec
  • Ivanhoé Cambridge
  • Regroupement national des Conseils régionaux de l’environnement
  • Société des alcools du Québec
  • Société des établissements de plein air du Québec

En tout et partout, Équiterre reçoit 1 541 469$ des différents paliers de gouvernements, ce qui correspond à 36% de son financement.  La masse salariale d’Équiterre est de 1 797 545$ pour 23 employés à temps plein et 35 employés à temps partiel.  À ceci, il faut ajouter 344 238$ en honoraires de professionnels ou de consultants.

Selon vous, quelle serait la réaction du public si un gouvernement ou organisme public avait commandité ou financé les activités de relations publiques d’une pétrolière ? Probablement que cette histoire aurait fait un gros scandale… Pourtant, quand c’est pour un groupuscule écologiste, tout passe comme du beurre dans une poêle chaude.

Vous avouerez qu’il est particulier de voir des gouvernements et organismes publics utiliser l’argent des contribuables pour aider un groupuscule écologiste qui entrave le développement économique d’une région avec un taux d’emploi qui n’est que de  48,5%. C’est comme si on utilisait l’argent des contribuables, y compris ceux du Bas-St-Laurent, pour subventionner la création de chômeurs dans le Bas-St-Laurent. Il est également ridicule de voir des villes comme Montréal, Longueuil Laval ou Québec verser leurs deniers publics à un organisme qui va nuire aux intérêts économiques de petits villages dans le Bas-St-Laurent…

En passant, pourquoi Équiterre a été très discret sur le projet de cimenterie ? Ce projet est pourtant plus polluant et coûteux pour les contribuables que le pipeline de TransCanada?


19 novembre 2014

Les réfugiés économique Canada Économie En Chiffres Québec

Dans un premier temps, voici quelle a été la durée moyenne du chômage chez les 25-34 ans dans les provinces canadiennes entre 2004 et 2013:

Enfer Québec

Ensuite, voici le solde migratoire des 25-34 ans pour la même période:

Enfer Québec

Conséquence d’une économie merdique, les jeunes, que l’on dit être la force et l’avenir des nations, quittent vers les provinces avec une économique dynamique… Notez que le Québec a presque autant d’expatriés que l’Ontario malgré une population beaucoup plus petite (13,7 millions vs. 8,2 millions).

Et pendant ce temps, des Québécois sont assez idiots pour penser que TransCanada complote pour les appauvrir…  Le Québec, une terre de Caïn…

Source:
Fraser Institute
Go West, Young Adults: The 10-year Western Boom in Investment, Jobs, and Incomes


19 novembre 2014

Obama ne fait plus partie de l’équation Économie Environnement États-Unis Hétu Watch Revue de presse

Bloomberg BusinessWeek

Poll: Americans Want GOP Congress, Not Obama, to Set National Agenda
Bloomberg BusinessWeek

Times have changed. A new Gallup poll finds that a large majority of Americans would like the Republican-controlled Congress, rather than President Obama, to set the direction for the country in the coming year, a marked change from 2012, when a slim majority said they preferred for Obama to guide the agenda.

« Who do you want to have more influence over the direction the nation takes in the next year—Barack Obama or the Republicans in Congress? » Gallup asked 828 U.S. adults.

Fifty-three percent of those surveyed said they wanted Republicans in Congress to have the greater influence, 36 percent said Obama, and 8 percent, well, didn’t seem to care, answering « same/neither. » In 2012, by contrast, 46 percent of Americans said they wanted Obama to have more influence.

Lorsque les nouveaux sénateurs républicains, élus le 4 novembre dernier, seront assermentés le 20 janvier 2015 et que le sénat deviendra enfin républicain, j’espère que le président Obama en prendra bonne note, spécialement quand le vote pour le pipeline Keystone gagné par le nouveau parti au pouvoir.