Antagoniste


25 novembre 2014

Le sentiment de supériorité Canada En Vidéos Environnement Québec

Au Québec, les défenseurs du modèle aiment bien se donner un air de supériorité, notamment avec l’Alberta. Par exemple, on aime bien dire que le Québec, contrairement à l’Alberta, a fait le choix de l’énergie propre avec son hydro-électricité…

Voici maintenant ce qu’il faut savoir et ce que les défenseurs du modèle ne disent jamais.

Pour le moment, l’exploitation des sables bitumineux en Alberta a nécessité le déboisement de moins de 1 000 km2 de forêt.  Pour exploiter la totalité des sables bitumineux en Alberta, on estime qu’il faudrait couper 4 800 km2 de forêt. À titre indicatif, à lui seul, le projet hydro-électrique de la Baie Jame a entraîné la destruction de 9 715 km2 de forêt !

Pour ceux qui pensent que les barrages restent quand même un moindre mal puisqu’une fois construits, contrairement aux sites d’exploitation des sables bitumineux, ils sont « propres », il faut savoir que la décomposition de la matière végétale dans les réservoirs entraîne une importante contamination au mercure de la faune locale.  Encore aujourd’hui, on recommande de ne pas consommer des poissons de la Baie James plus d’une fois par semaine.

De plus, il est impossible de restaurer les zones affectées par les barrages, une fois le lac artificiel créé, il sera là tant et aussi longtemps que le barrage existera.  Pour les sables bitumineux, c’est tout le contraire. Une fois le pétrole extrait, il est possible de replanter une forêt, vidéo à voir absolument:

Et que penser des gaz à effet de serre ?

Selon les calculs d’Andrew Weaver, un climatologue spécialisé dans la modélisation du climat qui collabore avec le GIEC, si demain matin on extrayait et consommait les 170 milliards de barils de pétrole commercialement disponibles dans les réserves de sable bitumineux de l’Alberta, la température augmentait de 0,03°C. À titre indicatif, selon cette étude, l’utilisation de la totalité des réserves de charbon pourrait faire augmenter la température de 14,8°C. Andrew Weaver conclu donc que l’exploitation des sables bitumineux aura un impact négligeable sur réchauffement climatique.

Cet air de supériorité que se donnent les défenseurs du modèle par rapport à l’Alberta sert surtout à cacher le bilan économique médiocre du Québec. Les péquistes, et la gauche en général, haïssent le pétrole, car ce liquide symbolise la réussite de l’Alberta là où le Québec a lamentablement échoué. L’Alberta a confié le développement de son secteur énergétique (pétrole) au secteur privé tout en misant sur un petit gouvernement. Le Québec a nationalisé son secteur énergétique (électricité) tout en misant sur un gros gouvernement. Le Québec est devenu une terre de pauvreté et l’Alberta une terre d’abondance… Pour les péquistes, le pétrole albertain transitant par le Québec, c’est l’équivalent de frotter du gros sel dans la plaie ouverte qu’est devenue le modèle québécois…


25 novembre 2014

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (18-24 novembre) selon Influence Communication.

Le Québec se distingue à nouveau par ses nouvelles locales et sportives cette semaine alors qu’il faut attendre le 10e rang pour trouver une nouvelle de l’extérieur de la province, soit la tempête de neige record à Buffalo. Trois sujets controversés ont notamment retenu l’attention la semaine dernière, soit la modulation des tarifs des garderies, le projet de pipeline Énergie Est de TransCanada et l’absence d’accusations contre le policier qui a heurté un véhicule à Longueuil et tué un enfant de cinq ans.

Au Canada, c’est plutôt le projet Keystone qui retient l’attention des médias du pays, alors que le Sénat américain s’est opposé au projet par une seule voix. La Chambre des représentants avait pourtant donné son appui la semaine précédente, ce qui avait placé cette nouvelle au 8e rang de l’actualité dans les médias du Canada. Notons enfin la présence des deux demi-finales de la Ligue canadienne de football (LCF) aux 4e et 5e échelons. La finale de la Coupe Grey sera disputée dimanche prochain et nous surveillerons attentivement les médias cette semaine, car cet événement obtient année après année une très large médiatisation. C’est d’ailleurs une nouvelle habituée au top 10 annuel : on la retrouvait au 9e rang en 2013 (poids médias de 4,45 %), au 2e rang en 2012 (PM de 6,16 %) et au 10e rang en 2011 (PM de 6,80 %).

Actualité Québec

Actualité Canada

Source:
Influence Communication


25 novembre 2014

La réputation du Canada Canada International Revue de presse

The Independent

Germany named best country in the world
The Independent

Germany has beaten the US to be named the best country in the world, according to a survey that rates nations on how they are perceived by outsiders. America has topped the charts for the past five years in the annual Nation Brands Index produced by Anholt-GfK, which carried out more than 20,000 interviews across 20 countries.

The UK successfully held onto its third-place performance from last year, while France was ranked fourth and Canada came fifth.

The study claims to reflect “global public opinion”, and asked people to rank the 50 developed and developing countries listed based on twenty-three different attributes.Combined, these scores meant the countries could be ranked on the value which, according to Anholt-GfK , build up a nation’s image. They were: exports, governance, culture, people, tourism and immigration/investment.

Simon Anholt, an independent policy advisor who co-produced the report, said that the interviews were carried out shortly after Germany’s footballing victory in the 2014 World Cup – likely contributing to a huge jump in its score for “sport excellence”.

La gogauche n’arrête pas de nous dire que Stephen Harper a fait du Canada un paria sur la scène internationale, un État voyou qui est méprisé à la grandeur du globe…

Pourtant, quand on lit la presse étrangère on apprend que le Canada est dans le top cinq des pays les plus admirés, devant la Suède, la Norvège ou la Finlande ! Pas de danger que nos bons médias nous en parlent…

En passant, quand Harper a été élu à la tête d’un gouvernement majoritaire, le Canada était 6e. Donc, sous le règne du gouvernement conservateur, la situation s’est améliorée !