Antagoniste


13 novembre 2014

Société modèle Économie En Images États-Unis Québec

Voici le tomodensitomètre de l’hôpital pour enfant Sainte-Justine:

Santé Québec

Voici le tomodensitomètre du NewYork-Presbyterian Morgan Stanley Children’s Hospital:

Santé Québec

Une autre brillante réussite du modèle québécois…


13 novembre 2014

Le p’tit Québec, gros préjugés Coup de gueule Économie Gauchistan Québec

Dans le bulletin de nouvelles de 22h à TVA, il arrive qu’on invite Jean-Marc Léger pour discuter d’un sondage à propos des perceptions des Québécois.  Voici les résultats d’un sondage sur les riches…

Propagande Socialiste

Donc les riches ne sont pas riches parce qu’ils sont travaillants, mais parce qu’ils sont…  chanceux !  Difficile d’être fier d’être québécois quand on réalise à quel point le p’tit Québec est rempli de si gros préjugés…

Donc, message aux Québécois qui s’imaginent qu’on devient riche en achetant des gratteux…

Voici la proportion de travailleurs en surcharge de travail pour chaque quartile de salaire (N.B. Un quartile divise la population en 4 tranches de 25%. Le premier quartile représente la tranche de 25% la plus pauvre et le quatrième quartile représente la tranche de 25% la plus riche.)

Le travail des riches
*Surcharge de travail: heures annuelles travaillées durant une période de 5 ans; au moins une fois plus de 2 400 heures et jamais moins de 1 750 heures

Comme on peut le voir, au fur et à mesure que l’on grimpe dans l’échelle salariale, plus la proportion de travailleurs en surcharge de travail augmente. Si des statistiques avaient été disponibles pour le 10% ou le 1% des salaires les plus élevés, la surcharge de travail aurait probablement été encore plus importante.

Morale de l’histoire: les riches travaillent pour gagner leur pain, ils travaillent probablement plus que la vaste majorité de la population.

Source:
Statistique Canada
Instabilité des heures de travail au Canada


13 novembre 2014

Mythe gauchiste Économie États-Unis Hétu Watch Revue de presse

Chicago Tribune

FBI: Violent crime drops, reaches 1970s level
Chicago Tribune

U.S. violent crimes including murders fell 4.4 percent in 2013 to their lowest number since the 1970s, continuing a decades-long downturn, the FBI said on Monday.

The law enforcement agency’s annual Crime in the United States report showed the country had an estimated 1.16 million violent crimes last year, the lowest number since 1.09 million were recorded in 1978.

All types of violent crimes were lower, with murder and non-negligent manslaughter off 4.4 percent to 14,196, the lowest figure since 1968. Rape was down 6.3 percent and robbery fell 2.8 percent, the Federal Bureau of Investigation data showed.

The violent crime rate last year was 367.9 for each 100,000 in population, down 5.1 percent from 2012. The rate has fallen every year since at least 1994, the earliest year for readily accessible FBI data, and the 2013 figure was about half the 1994 rate.

Property crimes fell 4.1 percent to an estimated 8.63 million last year, the 11th straight yearly decline. Losses from property crimes excluding arson were calculated at $16.6 billion, the FBI said.

Aux États-Unis, les inégalités augmentent sans cesse et la vente d’armes à feu bat des records. Inégalité et arme à feu, selon le gospel gauchiste, c’est la tempête parfaite pour faire exploser la criminalité.

Pourtant, la criminalité aux États-Unis ne cesse de diminuer pour rejoindre des niveaux qui n’avaient pas été vus depuis au moins 40 ans. Encore une fois, la gauche était complètement dans l’erreur avec ses raisonnements tordus.