Antagoniste


28 octobre 2014

L’argent des étrangers Canada Économie Gauchistan Mondialisation Québec

Enjoy CapitalismRéaction de Pierre-Karl Péladeau suite aux révélations de La Presse à l’effet que le député péquiste serait intervenu en faveur de Quebecor lors de la vente des studios Mel’s:

« j’ai informé simultanément la direction de Québecor et celle d’Investissement Québec du risque qu’une autre entreprise de chez nous passe à des mains étrangères. Ma démarche était uniquement motivée par ma conviction sur l’importance de garder entre des mains québécoises le contrôle d’une de nos entreprises »

Au Québec, on se méfie des étrangers, surtout de leur argent, surtout quand cet argent risque d’être utilisé pour investir ou acheter des entreprises de chez nous…

Pourtant…

Depuis l’an 2000, la croissance annuelle moyenne de l’emploi dans les compagnies étrangères présentes au Canada a été de 3,4%.  Pour l’ensemble de l’économie, cette croissance n’a été que de 1,5%.  Autrement dit, les compagnies étrangères sont des machines à créer des emplois 2 fois plus efficaces que les entreprises pures laines !  Quand les étrangers s’intéressent à nos entreprises, on devrait s’en réjouir, c’est un signe de santé économique !

Pas convaincu ?

Mise en situation. Vous êtes un entrepreneur montérégien à la tête d’une petite PME. Un homme d’affaires du Saguenay vous contacte pour vous dire qu’il serait très intéressé à investir voire acheter dans votre compagnie. Qu’elle serait votre réaction ?

A) Cette offre vous emballe, elle va vous permettre de prendre de l’expansion, de mieux faire connaître votre produit ou tout simplement de rentabiliser votre investissement initial. Pour vous, c’est un signe que votre entreprise est bien gérée, car elle inspire assez confiance pour attirer de nouveaux investisseurs.

B) Vous informez l’homme d’affaires qu’il n’est pas question d’accepter de l’argent qui provient du Saguenay. Votre entreprise étant montérégienne, vous acceptez uniquement les investissements des gens de votre région. Pour vous, il n’est pas question de voir un Saguenayen venir en Montérégie pour exploiter des travailleurs.

Toute personne raisonnée choisira la première réaction. Pourtant, au Québec, quand on apprend que des « étrangers » veulent venir investir leur argent dans notre province, la réaction des gens s’apparente plutôt à la deuxième réaction…  Au lieu de voir que de l’argent neuf sera investi pour créer des emplois et faire rouler l’économie, les gens s’imaginent plutôt que les « étrangers » viennent ici pour nous voler.

Quand un étranger décide de sortir du confort de son pays pour aller faire des affaires à l’étranger, ce n’est pas pour faire fermer des usines, au contraire c’est plutôt pour les développer et les faire croître !  C’est pour cette raison que depuis le début des années 2000 la croissance de l’emploi dans les entreprises étrangères est 2 fois supérieure à la moyenne canadienne.  Pour en revenir aux studios Mel’s, des Américains ne voulaient les acheter pour les fermer, mais plutôt pour avoir le plus grand nombre de tournages possibles.

En Alberta, plus de 50% des entreprises pétrolières sont sous contrôle étranger, si bien que les corporations étrangères génèrent 1,1 billion en revenu sur un grand total de 1,2 billion pour l’ensemble de l’industrie. Les Albertains ont été assez brillants pour comprendre que les capitaux étrangers sont essentiels pour développer l’économie, car si on avait uniquement misé sur des entrepreneurs locaux pour faire le travail, bien peu de projets auraient vu le jour faute de capitaux.  En Alberta, les politiciens encouragent les Chinois à investir dans leurs ressources naturelles.

Les étrangers ont-ils fait de l’Alberta une province pauvre ? Ont-ils volé les Albertains ? Ont-ils exploité les travailleurs pour ensuite fermer des usines ? Absolument pas, l’argent des étrangers a fait de l’Alberta une des économies les plus riches et dynamiques d’Amérique.

P.-S. Alain Bouchard d’Alimentation Couche-Tard a fait fortune en investissant à l’étranger; Pierre-Karl Péladeau a fait fortune quand le gouvernement a décidé d’empêcher aux étrangers d’investir au Québec


28 octobre 2014

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (21-27 octobre) selon Influence Communication.

Les villes de Saint-Jean-sur-Richelieu et d’Ottawa ont toutes deux été le théâtre cette semaine d’attentats contre des militaires, qui se sont soldés par la mort de l’adjudant Patrice Vincent à St-Jean et du caporal Nathan Cirillo à Ottawa. Ces deux événements ont obtenu une couverture médiatique en direct à la télévision et à la radio, en plus de faire l’objet de nombreux cahiers spéciaux dans les journaux des jours suivants. Deux nouvelles qui percent les 17 % de couverture médiatique dans la même semaine au Québec, c’est du jamais vu. Sur l’ensemble de l’année 2013, seule la tragédie de Lac-Mégantic a passé cette marque en une semaine (38,93 % à son sommet sur sept jours).

Au Canada, l’attentat à Ottawa a notamment obtenu davantage de couverture médiatique que l’attentat au marathon de Boston l’an dernier. Il faut remonter en 2012 pour trouver une nouvelle qui a obtenu un poids médias aussi imposant, soit les Jeux Olympiques de Londres (pointe à 17,09 % sur sept jours). Sur Twitter, les mots-clés liés à l’attentat d’Ottawa ont notamment percé les différents palmarès de tendances lors de l’événement. Sur sept jours, #OttawaShooting est notamment 6e au monde et 8e aux États-Unis.

Actualité Québec

Actualité Canada

Source:
Influence Communication


28 octobre 2014

Se tourner la langue 7 fois Canada Coup de gueule Revue de presse

The Globe And Mail

Justin Bourque faces sentencing hearing for killing Mounties
The Globe And Mail

Justin Bourque was frustrated with his job and wanted to do harm to the oil industry but chose instead to target police officers because of the badge they wore when he killed three Mounties and wounded two others in Moncton, N.B., a sentencing hearing heard Monday.

Crown lawyer Cameron Gunn began laying out his case that Bourque, 24, should have his parole ineligibility set at 75 years while serving a life sentence for three counts of first-degree murder and two counts of attempted murder.

Bourque gave a statement to police after his arrest in which he expresses dissatisfaction with his job at a distribution warehouse and also wanted to harm the oil industry. A recording of that statement was played in court in which he refers to setting some gas stations on fire but dumped that plan.

“I decided to wing it from there,” Bourque says.

Gunn said Bourque, dressed in camouflage and carrying the semi-automatic rifle and a shotgun, walked along a road passing neighbours.

“It appeared he was on a mission,” Gunn said.

Dans la foulée des événements qui se sont déroulés en juin, on a pu entendre sur les ondes de RDI un analyste dire que Justin Bourque était probablement un milicien de droite tout en s’empressant d’ajouter qu’il devait aussi faire partie de ceux qui nient l’existence du réchauffement climatique…

Finalement, on apprend que Justin Bourque détestait les pétrolières et la police… C’est de droite détester le pétrole et la police ?