Antagoniste


11 septembre 2014

Le syndicalisme… Économie En Vidéos Philosophie

Je suis sûr que les tous premiers syndicats devraient ressembler à ceci…

Remarquez qu’avec le débat sur la loi 3 et les régimes de retraite, on peut constater que les choses ont pas vraiment changées depuis…


11 septembre 2014

Nourrir la machine… Canada Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

Au Québec, la quasi-totalité des employés du secteur public profite d’un régime de retraite à prestations déterminées.

Un régime de retraite à prestations déterminées dans le secteur public, surtout dans le contexte économique actuel, c’est un peu une pyramide de Ponzi i.e. pour que les gens au sommet de la pyramide (les retraités) soient payés, on doit faire constamment entrer de nouvelles personnes à la base de la pyramide (des travailleurs qui payent des taxes et des impôts).  Autrement dit, pour que les retraités du secteur public puissent avoir une retraite chromée, de plus en plus de contribuables doivent passer à la caisse pour maintenir à flot ces fonds de pension.

Ce constat m’a amené à me poser la question suivante: dans quelles provinces les régimes de retraite à prestations déterminées du secteur public sont le plus sous pression à cause du manque de travailleurs à la base de la pyramide pour nourrir les retraités au sommet de la pyramide.  Voici la réponse:

Retraite Québec

Au Québec, chaque adhérent à un régime de retraite à prestations déterminées du secteur public est supporté par 4,537 travailleurs/contribuables.  À titre indicatif, au Canada cette proportion est de 5,557 et en Alberta, la meilleure province, c’est 7,647 travailleurs/contribuables qui supportent une personne inscrite à un régime de retraite à prestations déterminées du secteur public.

Le Québec n’est pas la pire province, mais nous sommes néanmoins en queue de peloton avec un ratio qui se retrouve sous la moyenne canadienne. Il faut aussi considérer que le Québec est l’une des provinces avec les travailleurs les plus pauvres i.e. contrairement aux provinces avec un pire ratio, nos travailleurs peuvent difficilement en faire plus pour supporter les fonds de pension du secteur public.

N’oubliez pas de signer une pétition en appui au projet de loi 3. Rappelez-vous que tout compromis signifie que le gouvernement devra piger dans vos poches pour payer à des gens quelque chose que vous ne pouvez pas payer pour vous-mêmes.

N.B. Ce graphique assume que dans les autres provinces, le secteur public est aussi entièrement couvert par un régime de retraite à prestations déterminées.  Donc il est possible que la position du Québec soit surévaluée.

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 280-0008 et 282-0002


11 septembre 2014

Quand les socialistes privatisent ! Économie Revue de presse Venezuela

Chicago Tribune

PDVSA seeks bids for Citgo in potential $10 billion deal
Chicago Tribune

Venezuela’s state-run oil company PDVSA is seeking preliminary offers for its U.S. unit Citgo Petroleum Corp [PDVSAC.UL] by the end of September, a deal that could fetch up to $10 billion, according to two people familiar with the matter.

Venezuela is selling Citgo in part due to a cash crunch stemming from repaying debts to Beijing with oil, rather than selling the crude to generate revenue, analysts say. The government denies a cashflow problem exists.

Within President Nicolas Maduro’s government, the potential sale is controversial and seen as a privatization that would contradict years of socialist policies, including a nationalization of the oil industry in 2006 and 2007.

PDVSA also has a 50 percent stake in the Chalmette refinery in Louisiana alongside Exxon Mobil Corp, which owns the remainder. The Venezuelan oil company has tapped Deutsche Bank separately to explore a sale of its stake in that refinery. Citgo’s assets, the core of which are three refineries with combined capacity of 749,000 barrels per day (bpd), could fetch between $8 billion and $10 billion, three of the people said.

La PDVSA est la compagnie gouvernementale au Venezuela qui est responsable de l’exploitation pétrolière. Quand un pays de cul parle de privatiser sa compagnie pétrolière pour payer ses dettes, je pense que c’est un signal indiquant que le Québec peut lui aussi songer à la privatisation d’Hydro-Québec pour faire de même.

Imaginer la honte si les socialistes vénézuéliens comprenaient, avant les Québécois, les bienfaits de la privatisation…