Antagoniste


2 septembre 2014

Les lobbyistes Canada Économie Environnement Québec

Chandail MacKay

La semaine dernière, le ministre Peter MacKay a causé tout un émoi en s’affichant avec un chandail de l’Association canadienne pour les armes à feu, un lobby pro-arme. Il n’en fallait pas plus pour enflammer la colonie journalistique: porter le chandail d’un groupe de pression est un crime d’une extraordinaire gravité qui devrait disqualifier tout ministre.

Vraiment ?

Alors peut-on m’expliquer pourquoi les journalistes ne dénoncent jamais la proximité des politiciens avec les lobbys écologistes ?  En novembre dernier, Pauline Marois n’a pas revêtu le chandail d’Équiterre, mais elle a invité Steven Guilbeault à ses côtés pour remettre une subvention de 85 millions de dollars à RER Hydro, une compagnie qui fabrique des hydroliennes.  Tel que prévu, cette compagnie a fait faillite quelques mois plus tard.

Qu’est-ce qui est le plus grave: faire plaisir à un lobby en portant un chandail ou faire plaisir a un lobby en gaspillant des millions de dollars ? Quand le ministre MacKay porte un chandail de l’Association canadienne pour les armes à feu, ça ne coûte rien aux contribuables et ça n’enlève aucune liberté à personne.  Quand un politicien québécois se fait photographier à côté d’un écologiste, la plupart du temps les millions s’envolent.  Mais aller savoir pourquoi, si le premier exemple rend les médias furax, le second les laisse de glace…


2 septembre 2014

La fin du monde ! Coup de gueule Économie En Chiffres Environnement Gauchistan International

Vous l’ignorez peut-être, mais depuis deux semaines, il n’y a plus d’air, plus d’eau, plus de poissons, plus d’oiseaux ou de vaches, plus rien. Vous ne vous êtes aperçus de rien ? C’est probablement parce que vous vivez dans le déni néolibéral.

Le 19 août dernier, la terre a épuisé son crédit annuel de ressources naturelles, ce n’est pas moi qui le dis, c’est un billet de l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques. Selon une série de savants calculs, à cause de l’infâme néolibéralisme, les humains auraient besoin de 1,5 Terre pour survivre. Entre-temps, on vit à crédit (quoique j’ignore le nom de la banque qui prête l’air, l’eau, les poissons, les oiseaux ou les vaches que nous n’avons plus…)

Mais qu’arriverait-il si au lieu de consommer les ressources de 1,5 planète pour nourrir la bête néolibérale, on décidait de vivre plus humblement (de préférence dans un régime communiste) ?  Voici la réponse:

Écologie
Sources: Global Footprint Network, Banque Mondiale

Une vie insoutenable pour avoir un développement durable… J’imagine mal comment on peut considérer ce projet comme un idéal à atteindre.

La plus grande ressource naturelle disponible sur Terre, c’est la créativité humaine et cette ressource est… inépuisable. Voilà pourquoi depuis le 19 août, nous n’avons jamais manqué de rien et voilà pourquoi le concept d’empreinte écologique est risible.

M’enfin, si jamais un jour un gouvernement décide de nous imposer un « développement durable », voici de quoi les gens discuteront:

Économie


2 septembre 2014

La gestion socialiste Économie Gauchistan Revue de presse Venezuela

El Universal

Venezuela considers importing crude oil from Algeria
El Universal

Venezuela is pondering the possibility of importing crude oil for the first time ever and could use light oil from its partner in the Organization of Petroleum Exporting Countries (OPEC), Algeria, to dilute its own heavy crude, according to a document of state-run oil giant Petróleos de Venezuela (Pdvsa) obtained by Reuters on Wednesday.

Despite holding the largest oil reserves in the world, in recent years Pdvsa has been buying increasing amounts of heavy naphtha for blending with heavy crude from the Orinoco Oil Belt, the largest oil producing region in the country.

These blends are made to convert extra-heavy oil into an exportable product. Local production of medium and light crude oils previously used as diluents has declined and the construction of new oil upgraders is lagging behind.

Pdvsa has been purchasing naphtha at high prices on the open market, which hits the company’s cash flow and undermines the main source of revenue for the government of Nicolás Maduro. Pdvsa recently told its foreign partners in Venezuela it was holding negotiations with Algerian state-run company Sonatrach to buy crude oil, said a source close to the companies.

La PDVSA, tout comme Hydro-Québec est une compagnie étatique qui, contrairement à la majorité des autres, n’est pas présente en bourse…

Au Québec on produit de l’électricité à perte avec des moulins à vent, au Venezuela on doit importer du pétrole pour pouvoir extraire du pétrole…

Voilà ce qui arrive quand le gouvernement a le monopole de l’exploitation des ressources naturelles. Confier la gestion du Sahara à un socialiste et en moins de 5 ans, il y aura des pénuries de sable…