Quelques chiffres intéressants, et surprenants, sur le nombre de pompiers temps plein et le nombre d’incendies aux États-Unis depuis 25 ans:

Syndicat Pompiers

Nul besoin d’être un prix Nobel pour voir que depuis 1987, même si le nombre d’incendies a chuté drastiquement (-41,0%), le nombre de pompiers n’a cessé de croître (+42,2%)…

J’ai voulu faire le même exercice pour le Québec, mais impossible de trouver des chiffres sur une période aussi longue. Par contre, on sait qu’en 2013 il y avait 2 430 pompiers qui ont combattu 1 272 incendies. En 2008, il y avait 2 300 pompiers pour combattre 1 459 incendies. Pour résumer, depuis 5 ans le nombre de pompiers a augmenté de 5,6% même si le nombre d’incendies a été réduit de 12,8%.

La question qui brûle les lèvres: pourquoi embaucher toujours plus de pompiers si le nombre d’incendies diminue constamment ?  Tentative de réponse…

Aux États-Unis comme au Québec, les pompiers ont des régimes de retraite chromés.  Et si ces régimes de retraite étaient devenus des pyramides de ponzi à cause de leur trop grande générosité ?  Dans un système de ponzi, pour que les gens au sommet de la pyramide soient payés, on doit faire constamment entrer de nouvelles personnes à la base de la pyramide i.e. c’est les nouveaux arrivants qui payent les gens au sommet.

Se peut-il que les pompiers retraités soient au sommet de la pyramide et que pour s’assurer de garder la caisse de retraite à flot, on doive constamment embaucher de nouveaux pompiers pour engraisser cette caisse de retraite ?  Autrement dit, les contribuables payent-ils pour l’embauche injustifiée* de pompier simplement pour payer les pompiers qui sont à la retraite ?  La question se pose, car il se pourrait qu’on fasse déjà payer les contribuables en catimini pour sauver certains régimes de retraite.

*on occupe maintenant les pompiers à jouer le rôle de premier répondant au lieu d’éteindre des feux.

Sources:
National Fire Protection Association
Reports and Statistics

Service de sécurité incendie de Montréal.
Rapport des activités