Antagoniste


20 août 2014

Le modèle syndical Économie En Vidéos États-Unis Québec

C’est en anglais et l’auditoire ciblé est américain, n’en reste pas moins que ça décrit parfaitement la situation des syndicats du secteur public au Québec, notamment sur l’enjeu épineux des fonds de pension:


20 août 2014

L’abus syndical Coup de gueule Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Un régime de retraite à prestations déterminées, c’est un peu la Cadillac des régimes de retraite. Ce type de régime est conçu de sorte à fournir un revenu de retraite, peu importe les variations dans la situation économique, le rendement des placements et les taux d’intérêt. Il va sans dire que ce type de régime est très coûteux.

Voici qui a un régime de retraite à prestations déterminées au Québec (n.b. dans la catégorie « secteur privé », on ne tient compte que des entreprises de plus de 200 employés qui ne représentent que 0,8% des entreprises au Québec).

Syndicat Québec
Administration municipale – 25 000 habitants et plus

Le secteur public s’en sort beaucoup mieux que le secteur privé. De plus, garder en tête que le secteur privé ne tient compte que des entreprises de plus de 200 employés, ce qui exclut 99,2% des entreprises québécoises. Il va sans dire que plus une entreprise est petite, plus les régimes de retraite à prestations déterminées sont rares.

Voici maintenant la pièce de résistance: la cotisation des employeurs dans les régimes à prestations déterminées, porter attention aux administrations municipales (et encore une fois, le secteur privé n’est représenté que par les entreprises de plus de 200 employés):

Syndicat Québec
Administration municipale – 25 000 habitants et plus

Dans les administrations municipales, l’employeur (nous) verse en moyenne 11 574$ dans le fonds de pension de chaque employé tous les ans !  Dans le secteur privé, cette somme n’est que de 5 776$.  De plus, même si personne n’en parle en ce moment, un ménage semble aussi s’imposer dans les entreprises publiques (Hydro-Québec, Loto-Québec, SAQ…).  La cotisation annuelle par employé de 14 466$ est tout simplement inconcevable !

On pourrait ramener tout le monde au niveau des fonctionnaires québécois, à 4 117$.  Ceux-ci ont accepté le principe des contributions 50-50 au début des années 80. À ceux qui penseraient que la cotisation reçue par les  fonctionnaires québécois est plutôt maigre, je vous réfère au premier graphique: ils sont couverts à 100% contre seulement à 48,4% pour le secteur privé (avec plus de 200 employés).

Source:
Institut de la statistiques du Québec
Les régimes complémentaires de retraite : portrait des entreprises québécoises de 200 employés et plus


20 août 2014

Un problème universel Économie États-Unis Revue de presse

The Seattle Times

Court: State can nix public pension increases
The Seattle Times

The Legislature had the right to eliminate state employee pension increases that were approved during the stock market boom of the 1990s, the Washington Supreme Court said unanimously Thursday in two decisions that save the state billions of dollars but leave many public employees feeling cheated.

In twin rulings, the court found lawmakers were within their rights in 2007 when they repealed a « gain-sharing » benefit that paid employees more when investment returns on pension trust funds exceeded expectations, and in 2011 when they repealed automatic cost-of-living adjustments for certain retirees.

In each case, the Legislature had reserved the right to eliminate the benefits in the future, the court said, reversing two lower-court rulings.

« I don’t think having to take away these benefits was something anyone enjoyed, » said Sen. Barbara Bailey, an Oak Harbor Republican who chairs the Legislature’s Select Committee on Pension Policy. « But had we not done this, or had it not been upheld, the cost to the state would have been in the billions. »

The cost-of-living adjustment at issue was approved in 1995. It provided for 3 percent annual increases in retirees’ monthly retirement payments.

Un petit rappel aux syndicats québécois que les problèmes de fonds de pension sont universels et que partout les politiciens sont obligés de revoir les promesses qui ont été faites pour ne pas saigner les contribuables.