Le « blocus » israélien dirigé contre Gaza aurait fait de ce territoire un « camp de concentration » et il serait à l’origine d’un désastre humanitaire qui aurait contraint le Hamas à lancer des roquettes sur des civils israéliens. Dans son infinie sagesse, Radio-Canada n’a pas hésité à tracer un parallèle entre la situation à Gaza et l’holocauste… C’est du moins de cette manière que la gauche voit les choses…

Dans la réalité, voici comment on vivait à Gaza lors du « blocus » (et avant que le Hamas ne déclenche la guerre) et comment on vit à Dadaab, en Afrique, dans un des plus grands camps de réfugiés de l’ONU.

À Gaza À Dadaab
Gaza Dadaab
Gaza Dadaab
Gaza Dadaab
Gaza Dadaab
Gaza Dadaab
Gaza Dadaab
Gaza Dadaab
Gaza Dadaab

Gaza est probablement le premier « camp de concentration » de l’histoire de l’humanité avec des écrans plats, des cafés internet, des boutiques qui débordent d’aliments et un parc d’attractions… Comme « blocus », on a vu bien pire… En réalité, cette station ne devrait surprendre personne, car malgré le « blocus », Israël laisse entrer des tonnes de matériel à Gaza toutes les semaines. M’enfin, peut-être que Le Hamas a décidé de lancer des roquettes sur Israël, car l’internet n’était pas assez rapide ou parce que les Palestiniens n’avaient pas accès à HBO… Sans blague, on est très loin de la réalité du Dadaab…

Pendant que la gauche perd son temps à dénoncer le « blocus » israélien, des gens souffrent véritablement ailleurs, mais ils sont contraints de le faire en silence parce que les Palestiniens ont le monopole de la souffrance. Ce qui compte pour la gauche et les médias ce n’est pas de défendre les innocents, mais plutôt de diaboliser Israël.