Antagoniste


13 août 2014

Le « blocus » israélien Coup de gueule En Images Israël Palestine

Le « blocus » israélien dirigé contre Gaza aurait fait de ce territoire un « camp de concentration » et il serait à l’origine d’un désastre humanitaire qui aurait contraint le Hamas à lancer des roquettes sur des civils israéliens. Dans son infinie sagesse, Radio-Canada n’a pas hésité à tracer un parallèle entre la situation à Gaza et l’holocauste… C’est du moins de cette manière que la gauche voit les choses…

Dans la réalité, voici comment on vivait à Gaza lors du « blocus » (et avant que le Hamas ne déclenche la guerre) et comment on vit à Dadaab, en Afrique, dans un des plus grands camps de réfugiés de l’ONU.

À Gaza À Dadaab
Gaza Dadaab
Gaza Dadaab
Gaza Dadaab
Gaza Dadaab
Gaza Dadaab
Gaza Dadaab
Gaza Dadaab
Gaza Dadaab

Gaza est probablement le premier « camp de concentration » de l’histoire de l’humanité avec des écrans plats, des cafés internet, des boutiques qui débordent d’aliments et un parc d’attractions… Comme « blocus », on a vu bien pire… En réalité, cette station ne devrait surprendre personne, car malgré le « blocus », Israël laisse entrer des tonnes de matériel à Gaza toutes les semaines. M’enfin, peut-être que Le Hamas a décidé de lancer des roquettes sur Israël, car l’internet n’était pas assez rapide ou parce que les Palestiniens n’avaient pas accès à HBO… Sans blague, on est très loin de la réalité du Dadaab…

Pendant que la gauche perd son temps à dénoncer le « blocus » israélien, des gens souffrent véritablement ailleurs, mais ils sont contraints de le faire en silence parce que les Palestiniens ont le monopole de la souffrance. Ce qui compte pour la gauche et les médias ce n’est pas de défendre les innocents, mais plutôt de diaboliser Israël.


13 août 2014

Rentabilité énergétique Économie En Chiffres Environnement International

Quel est le moyen le plus efficace et rentable pour réduire les émissions de gaz à effet de serre associé à la production d’électricité ? Voici la réponse à cette question quand on tient compte du cycle de vie complet des différents types d’infrastructures électriques (tiens compte des coûts de construction, de fonctionnement et d’émissions de gaz à effet de serre de même que des revenus générés par la production électrique):

Énergie Verte

Si l’objectif d’Hydro-Québec est de vendre de l’électricité aux Américains pour que ceux-ci puissent fermer leurs centrales au charbon, les choix les plus rentables auraient été le nucléaire et le gaz naturel.  Chaque année, ces deux formes d’énergie dégagent respectivement des profits de 318 569$ et 535 381$ par MW d’électricité produite.  Avec l’éolien, on perd 25 332$ chaque année par MW d’électricité produite !

Je vous signale que les brillants politiciens québécois, ces puits de connaissance capable d’abreuver les masses laborieuses, ont dit non au nucléaire et au gaz pour tout miser sur l’éolien… Ce n’est pas un hasard si le Québec est devenu un îlot de pauvreté en Amérique…

Source:
Brookings Institution
The Net Benefits of Low and No-Carbon Electricity Technologies


13 août 2014

Vive l’austérité ! Canada Économie Revue de presse

National Post

How Ottawa cut 25,000 jobs, and the world survived
National Post

Tony Clement is better at his job than anyone gave him credit for, it appears. Tasked with chopping 20,000 jobs from the civil service, he may have overachieved. According to the Treasury Board, which Mr. Clement heads, the actual reduction since 2010 now tops 25,000.

The Globe and Mail, which reported the figures, noted that it equates to a 31% “overshoot.” A spokesperson told the paper that Mr. Clement had cut the required 20,000 jobs specified in the 2012 federal budget. The bonus reductions resulted from “other factors such as retirements and programs coming to an end.”

If 25,000 people lose their jobs and the Parliamentary Budget Office can’t spot the impact, what were those jobs doing in the first place? If NAV Canada had eliminated 25,000 air traffic controllers, you can bet someone would have noticed. Planes would be falling from the skies. If the borders had been denuded of patrol officers, you can bet word would have gotten around and we’d all be smuggling cheap goods back from the U.S. en masse. We might even notice if the foreign service had been shuttered, since a strike by diplomats last year created enough problems that Ottawa agreed to a better pay deal. Mr. Clement even posed for a selfie with the foreign service union’s boss.

But somehow 25,000 positions have been terminated and the planes keep flying, airports remain miserable and passports keep getting issued.

Les conservateurs ont supprimé 25 000 jobs de fonctionnaires, de vraies coupures puisque seulement 5 000 mises à pied viennent de départ à la retraite, et personne n’a pu détecter d’impacts négatifs dans les services à la population… Mon petit doigt me dit qu’on pourrait faire la même chose au Québec…