Antagoniste


5 août 2014

Quand l’histoire se répète Coup de gueule Économie Gauchistan Québec

Péquiste au travail

Le 3 août 1999, Le Devoir nous apprend aussi que le Fonds de solidarité a aidé des entreprises appartenant à Tony Accurso à acheter… Simard-Beaudry ! De cette transaction le porte-parole de la FTQ dira:

« Le geste d’hier donne une bonne idée de la position du Fonds. Ce que l’on veut faire avec le regroupement entre Hyprescon, Louisbourg [appartenant déjà à Accurso] et Simard-Beaudry, c’est créer la troisième entreprise d’ingénierie civile en importance au Québec. »

Autrement dit, l’empire Accurso existe grâce à l’intervention du Fonds de solidarité (qui lui-même existe en bonne partie grâce aux gouvernements).  Donc, en 1999, Tony Accurso est devenu un incontournable dans la construction au Québec.  On connaît la suite, 15 ans plus tard il devra témoigner devant la Commission Charbonneau.

Voici ce qu’on pouvait lire dans La Presse le 1er août 2014:

« Le gouvernement du Québec doit intervenir pour assurer la survie du Groupe Hexagone issu de l’empire de Tony Accurso et, surtout, pour qu’il ne soit pas démantelé au profit d’entreprises étrangères, estime Pierre Karl Péladeau. Joint jeudi par La Presse, le député du Parti québécois, porte-parole en matière d’économie, d’entrepreneuriat, de PME et d’exportations, a plaidé en faveur d’un redressement public de ce «fleuron de l’économie québécoise». »

Autrement dit, PKP se comporte exactement comme un bon socialiste plus ferré en sciences humaines qu’en mathématique.  Plus une industrie fonctionne dans un marché limité et fermé, plus il est facile pour elle de s’adonner à la corruption et à la collusion, le seul antidote valable c’est la compétition, notamment celle de firmes étrangères.  En plaidant pour que les industries de la construction et de l’ingénierie au Québec puissent continuer à opérer en vase clos, PKP contribue à perpétuer un problème qui gangrène l’économie du Québec depuis plusieurs années. C’est l’histoire qui se répète…

Mais que voulez-vous, au Québec on aime mieux se faire fourrer par les nôtres plutôt que de payer le juste prix à un étranger… Vous l’aurez deviné, la Commission Charbonneau ne servira à rien, car cette xénophobie économique est profondément ancrée chez les Québécois.

À lire aussi, le texte d’Adrien Pouliot: La « fleuronnite » aiguë.


5 août 2014

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (29 juillet-4 août) selon Influence Communication.

L’offensive d’Israël dans la Bande de Gaza continue de dominer l’actualité, autant au Québec qu’au Canada. En effet, la couverture de ce conflit est quotidienne et génère un volume assez élevé de retombées médiatiques en cette période de « slow news ». Au Québec, on retrouve sans surprise au deuxième rang, la signature du contrat de PK Subban avec le CH. On retrouve d’ailleurs le mot-clic « Subban » au 63e rang au Canada pour la dernière semaine alors que « Bergevin » vient au 92e rang. Les Jeux du Québec prennent place au 5e rang au Québec, tout juste devant le festival Osheaga (1,34 %). Or, les Jeux du Québec ont obtenu une couverture régionale très imposante et ont ainsi généré un très haut nombre de retombées médiatiques. Au Canada, ce sont plutôt les Jeux du Commonwealth, disputés à Glascow, qui se sont hissés au second rang de l’actualité hebdomadaire, devant la Coupe Rogers au tennis, le baseball des Blue Jays et l’absence de renouvellement du contrat du chef de police de Toronto Bill Blair.

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: Depuis le début de l’année, Gaza s’est retrouvée 4 fois dans le top cinq du Québec et 4 fois dans le top cinq du reste du Canada. Depuis le début de l’année, la Syrie s’est retrouvée 0 fois dans le top cinq du Québec et 0 fois dans le top cinq du reste du Canada. Le massacre des Irakiens par l’ISIS et les actions terroristes de Boko Haram ce sont retrouvés 1 fois dans le top cinq du reste du Canada et 0 fois dans celui du Québec. Tirez-en vos conclusions.

Source:
Influence Communication


5 août 2014

Trop d’impôt tue l’impôt Économie International Mondialisation Revue de presse

Sports Illustrated

Vladimir Sobotka defection to KHL takes another curious turn
Libération

It’s another odd turn in a relationship that didn’t need to go sour. Sobotka is coming off a season in which he set a career-high with nine goals and 33 points and led the league in face-off winning percentage (61.9). Add in the immeasurable grit and competitiveness he brought to every shift and it was clear that he deserved a significant raise over the expiring deal that paid him $1.4 million. After several proposals from both sides were rejected, the Blues made a final offer of one year at $2.7 million. Sobotka held firm at $3 million.

It was easy for the player to draw a line in the sand considering that he had the KHL option in his back pocket all along. But it turns out the multi-year Russian offer was nowhere near as lucrative as the $4 million per season that was originally reported. Instead, an agent says it pays Sobotka just $8.5 million over three years, with $2.5 million coming in 2014-15. Taking state and federal taxes into consideration, he’s still making more in Russia despite the lower dollar amount, but the minimal difference paints a picture of a principled stand rather than a cash grab.

Parce qu’ils ont voulu taxer les riches, les Américains ne taxeront personne, une autre belle démonstration que trop d’impôt finit par tuer l’impôt… Existent-ils encore des gens assez idéologues pour nier l’existence de la courbe de Laffer ? Il vaut mieux taxer 100$ à un taux de 10% que de taxer 0$ à un taux de 50%, le 100$ ayant fuit vers le pays qui taxe à 10%…

C’est aussi une autre démonstration que les Canadiens ont probablement dû payer une « pénalité fiscale » pour mettre PK Subban sous contrat.