Antagoniste


26 mai 2014

Impunité Coup de gueule Québec

Complaisance

On dit que si la ville de Québec, contrairement à Montréal, a été épargnée par les scandales c’est parce que les médias et les gens suivent de près la politique municipale.

Vraiment ?

Quelques manchettes depuis un an…

Ça commence à faire beaucoup d’histoires…

L’accumulation de toutes ces histoires aurait fait grand tort à la carrière d’un politicien libéral ou d’un élu municipal montréalais.  Mais étrangement, à Québec, rien ne colle sur l’administration municipale.  À ceci, il faut aussi ajouter que Québec est plus taxée, plus endettée et a des fonds de pension en moins bon état que Montréal. Pourtant, cela n’empêche pas certaines personnes de Québec de regarder Montréal de haut. Est-ce à dire que certains médias et une bonne partie de la population ont décidé de pardonner bien des choses à leurs élus en retour d’un nouveau Colisée ?

Toujours en ce qui concerne les doubles standards, pourquoi un local prêté à un candidat libéral par une firme d’ingénierie c’est un plus gros scandale que du personnel prêté au PQ par un syndicat ?


26 mai 2014

La belle vie de fonctionnaire municipal Coup de gueule Économie En Chiffres En Vidéos Gauchistan Québec

La semaine dernière, des syndicats se sont réunis pour manifester contre une éventuelle loi qui aurait pour objectif de régler les déficits des régimes de retraite. Le politburo syndical ne voit aucun problème à faire payer des gens sans fonds de pension pour renflouer celui de leurs membres:

Les employés municipaux en veulent plus, pourtant ils en ont déjà beaucoup, peut-être même trop… Vous en doutez ? Voici la rémunération globale (salaires et avantages sociaux) pour quelques employés du secteur privé (entreprises de plus de 200 employés) et des administrations municipales. Gardez en tête que les syndicats demandent aux employés du privé de sauver les fonds de pension des employés municipaux…

Syndicat Québec

Les employés municipaux, peu importe leur emploi, sont choyés, très choyés. De plus, garder en tête que le secteur privé est uniquement représenté par les entreprises de plus de 200 employés, si on avait inclus les PME, le portrait aurait été encore plus scandaleux. Voici les écarts salariaux pour chaque emploi:

Syndicat Québec

Globalement, leur rémunération totale est de 49,99$/h contre 34,96$/h, un écart de 43%. Ironiquement, les syndicats demandent aux moins riches de payer pour sauver le fonds de pension de leurs membres, les plus riches… Si les syndicats veulent combattre les inégalités sociales, ils savent maintenant par où commencer.

La solidarité syndicale québécoise, c’est l’inverse de Robin des bois, on prend aux pauvres pour donner aux riches…

Source:
Institut de la statistiques du Québec
Rémunération des salariés – État et évolution comparés


26 mai 2014

La gauche: erreur de calcul Coup de gueule Économie International Revue de presse

Financial Times

Piketty findings undercut by errors
Financial Times

According to a Financial Times investigation, the rock-star French economist appears to have got his sums wrong.

The data underpinning Professor Piketty’s 577-page tome, which has dominated best-seller lists in recent weeks, contain a series of errors that skew his findings. The FT found mistakes and unexplained entries in his spreadsheets, similar to those which last year undermined the work on public debt and growth of Carmen Reinhart and Kenneth Rogoff.

The central theme of Prof Piketty’s work is that wealth inequalities are heading back up to levels last seen before the first world war. The investigation undercuts this claim, indicating there is little evidence in Prof Piketty’s original sources to bear out the thesis that an increasing share of total wealth is held by the richest few.

Prof Piketty, 43, provides detailed sourcing for his estimates of wealth inequality in Europe and the US over the past 200 years. In his spreadsheets, however, there are transcription errors from the original sources and incorrect formulas. It also appears that some of the data are cherry-picked or constructed without an original source.

For example, once the FT cleaned up and simplified the data, the European numbers do not show any tendency towards rising wealth inequality after 1970. An independent specialist in measuring inequality shared the FT’s concerns.

Depuis plusieurs semaines, les médias gauchistes nous cassent les oreilles avec Thomas Piketty, leur nouvelle mascotte. Je me demande si les mêmes médias auront l’honnêteté de rapporter que ses conclusions reposent sur des chiffres qui ont été manipulés…


22 mai 2014

L’argent des autres Économie En Citations Québec

Jacques Daoust

Citation de Jacques Daoust, le ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations à propos des investissements gouvernementaux.  Cette citation devrait être tatouée sur tous les députés de l’Assemblée nationale, surtout sur les ministres libéraux…

« C’est l’argent des Québécois et cet argent, ce n’est pas notre épargne, on l’emprunte. Et comme on l’emprunte, cet argent, on va faire en sorte qu’on va diminuer le risque ou éliminer le risque. »


22 mai 2014

L’enfer français Économie En Chiffres France Gauchistan International

Le journal allemand Die Welt a publié un sondage assez révélateur sur l’État pitoyable de l’économie française. Dans ce sondage, on a questionné des investisseurs pour déterminer le taux d’approbation des leaders de 9 pays. Voici le résultat:

Investisseurs

Vous avez bien vu…  Les investisseurs font plus confiance à  une économie plombée par les sanctions internationales et présidée par un leader autocrate qui a dirigé le KGB qu’à un politicien socialiste français…  C’est tout dire !

Notez aussi que la Grèce est devant la France. Mais cela n’empêchera pas les « sciences humaines sans math » du Québec de bêler que l’austérité ne fonctionne pas…


22 mai 2014

Victoire du capitalisme ! Économie International Revue de presse

Times Of Malta

India’s pro-business Modi storms to historic victory
Time of Malta

Opposition candidate Narendra Modi thundered to victory yesterday in India’s election, with partial results showing that the pro-business Hindu nationalist and his party trounced the ruling Nehru-Gandhi dynasty in a seismic political shift.

Modi’s landslide, the most resounding election victory India has seen in 30 years, was welcomed with a blistering rally on India’s stock markets and raucous celebrations at offices across the country of his Bharatiya Janata Party (BJP), where supporters danced, exploded fireworks and gave out sweets. The BJP looked certain of a parliamentary majority, giving the 63-year-old former tea-seller ample room to advance economic reforms which were started 23 years ago by current Prime Minister Manmohan Singh but stalled in recent years.

Betting on a Modi win, foreign investors have poured more than $16 billion into Indian stocks and bonds in the past six months and now hold over 22 per cent of Mumbai-listed equities – a stake estimated by Morgan Stanley at almost $280 billion. Unlike his predecessors, Modi will not have to deal with unruly partners as he implements reform. That could usher in profound economic changes, and he will try to replicate his success in attracting investment and building infrastructure in Gujarat, the state he has governed for more than 12 years.

L’Inde devient le premier pays du BRIC (Brésil, Russie, Inde & Chine) à élire un chef d’État ouvertement pro libre-marché. Attendez-vous à voir ce pays faire un retour en force sur la scène internationale dans les années à venir !


21 mai 2014

La culture Économie En Vidéos Philosophie

Tirée de la série britannique « Yes Prime Minister », un haut fonctionnaire explique à un politicien pourquoi il faut subventionner les arts et la culture…

Au moins, le haut fonctionnaire a donné une explication honnête, il n’a pas insulté notre intelligence en voulant nous faire croire qu’un dollar « investi » en culture pouvait en rapporter dix…


21 mai 2014

L’austérité des contribuables Canada Économie En Chiffres Québec

La semaine dernière, j’ai vu passer une nouvelle démontrant que les Québécois étaient les Canadiens qui dépensaient le moins leur argent dans les restaurants. Les dépenses de restaurations sont discrétionnaires i.e. ce sont des dépenses que l’on est libre de choisir, celles que l’on fait pour se gâter… quand on a de l’argent.

Donc, dans une certaine mesure, l’aisance financière des résidents d’une province (et son dynamisme économique) peut se mesurer au travers les dépenses discrétionnaires qui sont faites. Statistique Canada mesure tous les mois les dépenses des Canadiens dans les restaurants et débits de boissons, voici ce qu’on obtient lorsque l’on calcule ces dépenses en fonction de la population:

Économie Québec

Le Québec traîne en fond de classement, très loin de la moyenne canadienne…  Nous devançons seulement le Nouveau-Brunswick et le Manitoba.

Voici maintenant ce qu’on obtient quand on regarde la croissance des dépenses dans les restaurants et débits de boissons depuis 2012:

Économie Québec

Encore une fois, le Québec est en queue de peloton.  De plus, basé sur le taux de croissance, on peut prévoir que le Nouveau-Brunswick et le Manitoba finiront par dépasser le Québec.

Tel que mentionné au début du billet, pour faire des dépenses discrétionnaires, les gens doivent avoir de l’argent.  Or, les Québécois sont pauvres, ils ont été saignés à blanc par des politiciens cupides qui ont voulu s’acheter des élections à grand coup de programmes sociaux…

Tant et aussi longtemps que les gaspilleux de l’Assemblée nationale ne s’imposeront pas un régime d’austérité sévère (couper dans les programmes sociaux pour baisser les impôts), ce seront les contribuables qui devront s’imposer ce régime d’austérité…  Une austérité qui fait en sorte que les Québécois fréquentent moins les restaurants et débits de boissons…

Et sachant que la dette représente de l’impôt qui a été reporté dans le temps, faire des déficits pour diminuer le fardeau fiscal des Québécois, comme le propose la CAQ, ne représente pas une solution viable. La seule manière de faire les choses c’est de sortir la tronçonneuse.

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 355-0006 & 051-0005


21 mai 2014

Le triomphe de la raison sur l’émotion Économie Europe Revue de presse

The New York Times

Swiss Voters Defeat $24.65 Minimum Wage by a Wide Margin
The New York Times

Swiss voters resoundingly rejected on Sunday a proposed minimum wage that would have been the world’s highest, a move widely seen as reflecting an aversion to state intervention in the liberal economic policies that are the bedrock of Switzerland’s prosperity.

Trade unions had sought a minimum hourly wage of 22 Swiss francs, or $24.65, in what they said was an effort to ensure fair salaries for workers in the lowest-paid sectors, such as retailing and personal services. Switzerland has no national minimum wage.

The proposed rate — considerably higher than elsewhere in Europe and more than double the $10.10 President Obama has sought in the United States — found little support in a national referendum, with 76.3 percent opposed, according to initial results released by the government.

Switzerland, as one of the world’s most prosperous countries and home to major international banks and hedge funds, as well as big chemical, pharmaceutical and machinery companies, might seem an unlikely venue for a debate on wage disparity. But unions argued that many people in the lowest-paying sectors of the economy struggled to make ends meet because their wages had not kept up with a cost of living among the highest in the world.

The vote on Sunday showed, however, that most Swiss do not view low wages as a problem, or at least not one that the government should be asked to fix.

En moins d’un an, les Suisse ont dit non à l’imposition d’une limite au salaire des patrons et à la création d’un salaire minimum.

Bref, les Suisses ont dit non à deux mesures prônées par la gogauche populiste et démagogue, car les Suisses ont pris une décision basée sur la raison au lieu de l’émotion. Limiter le salaire des patrons aurait encouragé l’exode des meilleurs et imposer un haut salaire minimum aurait détruit des emplois permettant aux gens d’accéder au marché du travail.

Ce n’est pas un hasard si la Suisse est l’un des pays les plus prospères du monde.