Schiste

La fracturation hydraulique n’est pas la méthode la plus simple et la moins dispendieuse pour aller chercher du gaz naturel et du pétrole dans le schiste, mais les Américains, qui ont été les premiers à utiliser cette méthode à grande échelle, sont aussi l’avant-garde dans le développement de technique plus efficace, donc plus rentable économiquement. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder l’évolution de la productivité des puits sur un an dans les six grandes formations de schiste aux États-Unis:

Schiste

Schiste

En l’espace de seulement 12 petits mois, on peut voir des gains de productivité à couper le souffle dans plusieurs formations.  Encore mieux, depuis 2006, les fuites de méthane dans les puits de gaz de schiste ont été réduites de plus de 40%. On l’oublie souvent, mais les compagnies pétrolières investissent des fortunes en recherche et développement.

Si le Québec n’avait pas stupidement refusé d’exploiter le pétrole et le gaz de schiste sur son territoire, aujourd’hui nous serions peut-être devenus une référence mondiale, c’est peut-être ici qu’on aurait pu développer de nouvelles techniques plus efficaces.  Mais au lieu d’être un pôle technologique, nous avons dit non et la journée où on dira enfin oui, on sera à la remorque des Américains…  Vive le modèle québécois, encore une occasion de ratée…

Source:
EIA
Drilling Productivity Report