Après avoir accordé, cette entrevue, le Parti Québécois a envoyé une mise en demeure à Jacques Duchesneau, l’exhortant à ne plus commenter l’intégrité de leur parti.

Pourquoi le Parti Québécois veut-il faire taire le citoyen Duchesneau, un rouage essentiel dans la création de la commission Charbonneau?

Dans un tout autre ordre d’idée, voici ce qu’on a pu lire dans La Presse du 26 mars:

L’enquête de l’UPAC sur le financement illégal des partis politiques, baptisée projet Joug, cible non seulement le Parti libéral du Québec, mais également le Parti québécois. Des «actions policières» ont même été planifiées à l’égard du parti de Pauline Marois, mais la campagne électorale a freiné, pour l’instant, l’élan de la police, a appris La Presse de trois sources proches du dossier.

Pendant ce temps, les médias ont plutôt décidé de créer un faux scandale impliquant Philippe Couillard.