Le Figaro

-

Profanations du Sacré-Cœur : les anarchistes pointés du doigt
Le Figaro

Sur les colonnes et le parvis de l’édifice, des inscriptions à la peinture rouge scandent notamment «Feux aux chapelles», «Ni Dieu, ni Maître». Une autre mention fait référence à deux militants incarcérés dans le cadre d’un attentat à la bombe visant une basilique espagnole. Le commissariat du XVIIIe arrondissement a été saisi d’une enquête après la découverte mardi d’inscriptions insultantes maculant le parvis de la basilique du Sacré-Cœur à Paris.

Sur les colonnes de l’édifice religieux, qui ferme ses portes de 23 heures à 6 heures du matin, un ou plusieurs inconnus ont inscrit, à l’aide de bombes de peinture rouge et sur une cinquantaine de centimètres de hauteur, divers slogans anarchistes et anticléricaux dont «Feux aux chapelles», «Ni Dieu, ni Maître», «À bas toutes les autorités» ou encore «Fuck le tourisme».

Une autre inscription appelle à la «solidarité Monica et Francisco», semble-t-il en référence à Monica Caballero et Francisco Solar, deux militants chiliens incarcérés en Espagne après un attentat à l’explosif commis le 2 octobre dernier contre la basilique del Pilar de Saragosse. Une bonbonne de gaz remplie de poudre noire avait causé d’importants dégâts à l’intérieur, faisant un blessé. L’attentat avait été revendiqué par le «Comando Insurreccional Mateo Morral», groupuscule qui avait signé l’attentat visant le 7 février 2013 la cathédrale de La Almudena, à Madrid. Depuis leur prison, «Monica et Francisco» ont rédigé un communiqué menaçant d’un «désastre général».

Nul besoin d’être une personne religieuse pour être un fanatique…