No PQ

Bienvenue en Absurdistan ! Quelques nouvelles en vrac à propos du Québec qui ont de quoi laisser songeur…

Un Québécois errant…

S’imaginant probablement, au lendemain d’un référendum gagnant, que le Québec pourrait fixer unilatéralement les termes de sa séparation, Pauline Marois a annoncé la semaine dernière que dans un Québec indépendant, il n’y aurait pas de frontières entre le Québec et le Canada, les gens pourront ainsi circuler librement.  Les postes-frontières québécois qui avaient été prévus entre  Québec et l’Ontario seront plutôt utilisés au Québec pour combattre le néolibéralisme.  En effet, ces postes-frontières seront installés autour de la Côte-Nord pour mettre un terme définitif à la mobilité intraprovinciale des ouvriers de la construction.

La maladie…

Si le Québec est pauvre, c’est à cause de l’Alberta.  Ce n’est pas moi qui le dis, mais plutôt le brillant Jean-François Lisée.  Le raisonnement est simple, c’est celui de la fumeuse maladie hollandaise c.-à-d. l’exploitation du pétrole en Alberta a fait augmenter la valeur du dollar canadien ce qui aurait eu pour conséquence de décimer les exportations du secteur manufacturier québécois.  Pour résoudre ce grave problème, Pauline Marois a décidé de…  conserver le dollar canadien dans un Québec indépendant !  Il faudra attendre la pédagogie souverainiste pour comprendre tout le génie de cette démarche…

L’astrologie péquiste…

Le PQ c’est le parti de la gestion rigoureuse de l’État.  La preuve, la semaine dernière ils ont annoncé que dans 4 ans le Québec va commencer à rembourser sa dette.  Le PQ c’est le parti qui pensait encore, en septembre 2013, atteindre le déficit zéro durant l’année en cours pour finalement reporter cet objectif de 2 ans.  Le PQ c’est aussi le parti qui prévoit toujours un mystérieux « écart à résorber » de 530 millions en 2015-2016.  Donc, ce parti me dit qu’il va commencer à rembourser la dette en 2018-2019…  Le PQ aurait plutôt dû prévoir une victoire du CH en finale de la coupe Stanley, ça aurait été plus crédible.  Au fait, les péquistes qui reprochent au gouvernement Charest d’avoir endetté le Québec sont-ils en train de renier leur profond attachement pour les politiques keynésiennes ?