Des chiffres très révélateurs sur le changement de paradigme économique que nous vivons depuis la mise en place des mécanismes de mondialisation. Le S&P 500 est un indice boursier basé sur 500 grandes sociétés cotées sur les bourses américaines; voici comment a évolué la durée de vie des sociétés du S&P 500 depuis la fin des années 50.

S&P 500
Chaque point est une moyenne mobile de 7 ans

Quelques observations sur le phénomène de destruction créatrice que l’on peut voir à l’oeuvre dans ce graphique:

  • Depuis le début des années 60, la durée vie moyenne des sociétés du S&P 500 est passée de 58 ans à 17 ans au début des années 2010.
  • À ce rythme, 75% des sociétés du S&P 500 seront remplacées d’ici 2027.

Les gauchistes avaient prédit que la mondialisation allait entraîner une consolidation des sociétés créant ainsi au passage des monopoles et des oligopoles tout puissants.  Quand on regarde la durée de vie moyenne depuis le milieu des années 90, on constate que l’effet fut à l’opposé de ce qui avait été prédit.

Dans son dernier budget, le régime péquiste a déposé un document sur la protection des entreprises québécoises.  Quand on constate à quel point le turnover économique est devenu rapide, on peut déjà prédire que cette mesure socialiste, en plus de nous endetter encore plus, sera totalement inefficace.  Notre économie n’a pas besoin de mesure pour protéger les compagnies existantes, elle a besoin de mesures qui n’empêcheront pas les prochaines de venir au monde !

Source:
Innosight
Creative Destruction Whips through Corporate America