À la veille d’une élection, quelques chiffres à propos du modèle québécois qui est défendu avec plus ou moins de zèle par tous les partis à l’Assemblée nationale…

En 2012, le niveau de vie des Québécois, c’est-à-dire le PIB par habitant, était de 44 428 dollars contre 50 588 dans les pays de l’OCDE, un écart préoccupant de 6 160$.  Voici comment cet écart a évolué depuis le début des années 80:

Modèle Québécois

L’augmentation de l’écart, observée sur plusieurs décennies, témoigne de l’échec du modèle économique qui a été institué au Québec.  Le Québec a bien réduit cet écart en 2009 à cause de la récession, mais rien ne laisse croire à un rattrapage.

Ce retard chronique s’explique en partie par la faible productivité des travailleurs québécois i.e. la valeur du PIB produit par heure de travail.  Voici comment l’écart entre le Québec et l’OCDE a évolué depuis le début des années 80:

Modèle Québécois

L’écart négatif au début des années 80 indique qu’à cette époque, le Québec était plus productif que les pays de l’OCDE, une excellente chose.  Malheureusement pour nous,  pendant que la productivité québécoise augmentait de manière lente, dans les pays de l’OCDE celle-ci a connu une véritable exposition.  Cette situation s’est traduite par une augmentation constante de l’écart avec le Québec; une longue agonie qui fait en sorte qu’aujourd’hui, durant une heure de travail, un Québécois produit 10$ de moins qu’un travailleur de l’OCDE…

Ce qui m’amène à demander aux gauchistes: quelles sont les années où le modèle québécois, avec ses subventions, ses programmes gouvernementaux, son protectionnisme, ses plans quinquennaux et son interventionnisme ont fonctionné ?

OCDE: Norvège, Suisse, États-Unis, Australie, Irlande, Pays-Bas, Canada, Suède, Danemark, Allemagne, Belgique, Finlande, Islande, Royaume-Uni, France, Japon, Italie, Nouvelle-Zélande, Espagne, Corée du Sud.

Source:
Centre sur la productivité et la prospérité du Québec
Cinquième édition du Bilan sur la productivité et la prospérité au Québec