Antagoniste


26 février 2014

La (trépa)nation québécoise Coup de gueule Économie Gauchistan Québec

Clown QuébecBienvenue en Absurdistan ! Quelques nouvelles en vrac à propos du Québec qui ont de quoi laisser songeur…

L’électricité québécoise…

Au Québec, pour « créer » des jobs en Gaspésie et dans le Bas-St-Laurent, on fait construire des éoliennes qui produiront de l’électricité au prix de 14¢/kWh. Ensuite, pour « consolider » des emplois ailleurs au Québec, on vend cette électricité produite par des éoliennes à des alumineries au prix de 3,3¢/kWh. Pendant ce temps, le ministre des Finances a déjà pris pour acquis dans son budget que le prix de l’électricité destinée à la plèbe allait augmenter de 5,8%. Ce n’est pas un hasard si le Québec est devenu une province pauvre. Mais vous voulez savoir le plus rôle? Lundi, Marois a promis de faire perdurer cette situation ridicule et ruineuse.

Sciences humaines sans math…

Devant la commission Charbonneau, Rambo Gauthier a justifié ses actions en voulant nous faire croire que la Côte-Nord est une région dévastée par la pauvreté. Rien n’est plus faux. Dans les faits, la Côte-Nord est la région la plus riche du Québec avec un revenu disponible de 28 582$/ménage (la moyenne québécoise est de 26 347$/ménage). Soulignons aussi que le taux de faible revenu des familles sur la Côte-Nord est de 8,5% contre 9,3% pour l’ensemble du Québec. Il faut aussi préciser que la Côte-Nord reçoit près de 9 000$/habitant en dépenses d’immobilisation du gouvernement contre moins de 2 000$/habitant pour l’ensemble du Québec. Bref, pourquoi l’ensemble des Québécois devrait-il payer des impôts pour subventionner des projets de construction sur la Côte-Nord, si seulement les gens de la Côte-Nord peuvent travailler sur ces projets ?

Le nationalisme…

Toujours devant la commission Charbonneau, Rambo Gauthier nous a appris que le nationalisme était tellement fort au Québec, qu’un Québécois pure laine venant du Saguenay-Lac-St-Jean était considéré comme un étranger voleur de job par les Québécois pures laines de la Côte-Nord. Quand on réalise que les Québécois sont capables d’être « xénophobes » entre eux, on comprend pourquoi la charte est si populaire…


26 février 2014

L’État mammouth Coup de gueule Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Quelle place prend l’État dans l’économie du Québec ?

En 2012 (plus récents chiffres disponibles), quand on tient compte du gouvernement fédéral, provincial et municipal, on réalise que c’est presque 1 dollar sur 2 qui provient des dépenses publiques! Autrement dit, presque la moitié de l’argent brassé par l’économie du Québec passe dans les mains des gouvernements !

Voici comment la situation a évolué depuis 1981 (date à laquelle les statistiques sont disponibles):

Modèle Québécois

Au début des années 90, la situation était infernale, le Québec ayant franchi le seuil psychologique de 50%.  Par la suite, on peut voir que l’État, bien qu’occupant encore un niveau trop élevé dans l’économie, a subi une cure minceur jusqu’au milieu des années 2000.  Depuis, la tendance est repartie à la hausse et la catastrophique année 2013 risque de nous rapprocher encore un peu plus du 50%.  Dans les années 90, nous n’étions pas aussi endettés qu’aujourd’hui, par conséquent, la hausse que nous vivons en ce moment risque d’être beaucoup plus catastrophique que celle vécue il y a vingt ans.

Et pour ceux qui n’ont pas complètement compris l’implication du graphique précédant, on pourrait résumer la chose de la manière suivante:

Modèle Québécois

Sources:
Institut de la statistiques du Québec
Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec

Statistique Canada
Comptes économiques provinciaux et territoriaux : tableaux de données
Tableau 384-0038


26 février 2014

Locomotive économique Économie Environnement États-Unis Revue de presse

The Bismarck Tribune

Clothing the workers: Oil boom creates business for laundries, clothes sales
The Bismarck Tribune

North Dakota’s protective clothing and work-wear industry has a boost from the oil boom. The amount of business has increased one local laundering service’s workload and enticed another to move to the area. Clothing and shoe stores in the area have expanded to carry the gear workers need.

AmeriPride’s Bismarck operation is one of the fastest growing company wide, mostly due to business from the oil and gas industry, Communications Director Ben Saukko said. “Those branches (near an oil field) are growing exponentially more than the company as a whole,” he said.

Washers that can handle between 500 and 1,000 pounds of greasy uniforms, door mats, towels and aprons tumble nearly 24 hours a day at AmeriPride’s plant in south Bismarck.

Looking at the bags, bins and the overhead conveyor belt, one sees lots of coveralls. In the last three years, the oil and gas industry has become a significant part of Ameripride’s customer base, Siebels said. Whenever a customer hires a new employee, AmeriPride takes the employee’s measurements to find a uniform to fit. The company carries fire retardant clothing and other protective gear specifically needed to work in the oil industry.

C’est un petit rappel que la richesse provenant de l’exploitation des ressources naturelles ne vient pas nécessairement, comme on le pense au Québec, de redevances confiscatoires. Les emplois directs et indirects créés par cette industrie représentent la seule vraie richesse associée à l’exploitation des ressources.

Je vous signale en passant que, contrairement au Québec, dans le Dakota du Nord, le gouvernement n’a pas eu besoin de donner plus de 100 millions en subvention pour que l’industrie pétrolière et gazière s’installe.