AntiquitéSelon une étude rendue publique cette semaine, le salaire de la classe moyenne aurait stagné au Canada depuis 1993, on parle d’une augmentation de 1,7%. Il va sans dire que cette étude a été abondamment reprise par les gauchistes, ceux-ci voulant nous faire croire que les écarts de richesse sont problématiques et que si on taxait plus les riches, nous n’aurions pas ce genre de problème.

Mais avant d’aller plus loin dans la recherche de solution, il faudrait se demander si le problème existe réellement.

Considérez ceci.  En 1991, une personne qui aurait voulu s’acheter les appareils électroniques capables de faire tout ce qu’un banal iPhone peut faire aurait dû débourser minimalement la somme astronomique de 3,56 millions de dollars (et garder en tête que pour ce prix, tout ce bazar aurait occupé plus d’espace qu’un réfrigérateur).  En d’autres mots, en 1991, pour se procurer les capacités associées à un iPhone, une personne devait débourser une somme près de 11 000 fois supérieure au prix d’un iPhone 5S (32GB) !

En 1991, seulement les ultrariches pouvaient se payer les équipements électroniques capables de faire la même chose qu’un iPhone qui,  en 2013, est suffisamment abordable pour se retrouver dans les poches de la classe moyenne.

Bref, les salaires de la classe moyenne ont peut-être seulement augmenté de 1,7%, mais sous certains égards, on peut aussi dire que leur pouvoir d’achat a été multiplié par 11 000 fois.  Aujourd’hui, la classe moyenne pour se payer quelques choses qui, il y a 20 ans à peine, était réservée à une toute petite élite.  Voilà qui met les choses en perspective.

Dans la même veine, je vous suggère aussi la lecture (ou relecture) de ce billet: une chance que les riches sont là

Source:
American Enterprise InstituteLOGO
How much would an iPhone have cost in 1991?