Un constat semble émerger du simili budget présenté par le régime péquiste la semaine dernière: le gouvernement a zéro marge de manoeuvre. Tant du côté des revenus que des dépenses, le gouvernement ne peut se permettre de rater ses cibles s’il espère garder sa cote de crédit.

Puisqu’il s’agit du deuxième budget du ministre Marceau, il est possible d’évaluer la crédibilité du gouvernement en vérifiant s’il a été capable d’atteindre les cibles qu’il s’était fixées dans le budget précédant.  Voici comment se comparent les cibles 2013-2014 du premier budget du PQ avec les résultats réels (selon les chiffres du rapport mensuel des opérations financières publié en janvier):

Budget PQ

Les chiffres « réels » sont uniquement disponibles pour les six premiers mois de l’année budgétaire, mais on peut néanmoins voir une tendance se dégager.

  • Revenus autonomes.  Dans son budget, le gouvernement avait prévu une croissance de 5,7%.  Pour le moment la croissance n’est que de 2,3%, une erreur de 60%.  Dans le budget déposé la semaine dernière, la cible pour la prochaine année est de 3,6%.
  • Dépenses de programmes.  Dans son budget, le gouvernement avait prévu une croissance de 1,8%.  Pour le moment la croissance est de 3,1%, une erreur de 72%.  Dans le budget déposé la semaine dernière, la cible pour la prochaine année est de 2,0%.
  • Service de la dette.  Dans son budget, le gouvernement avait prévu une croissance de 8,6%.  Pour le moment la croissance est de 9,6%, une erreur de 12%.  Dans le budget déposé la semaine dernière, la cible pour la prochaine année est de 1,1%.

Le gouvernement s’est planté dans toutes les cibles de son premier budget, il faut être un peu naïf pour croire qu’il fera mieux dans son second exercice.

Sources:
Ministère des finances du Québec
Budget 2013-2014
Budget 2014-2015
Rapport mensuel des opérations financières au 31 octobre 2013