Antagoniste


12 février 2014

Le mur… Coup de gueule Gauchistan Québec

FailliteJ’ai relayé cette information hier via mon compte Twitter. Cette semaine, on a appris que l’Hôpital général juif avait reçu l’ordre de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal de ne plus traiter les patients provenant de l’extérieur de l’île de Montréal. Les fonctionnaires espèrent ainsi sauver quelques dollars.

Mais vous allez me dire que ce n’est pas très dramatique, qu’il existe des hôpitaux partout sur le territoire québécois et que les gens n’ont qu’à se faire soigner dans l’hôpital le plus près de leur domicile.

C’est juste.

Mais les murs de l’Hôpital général juif abritent aussi un centre d’oncologie. Mais vous allez me dire que ce n’est pas très dramatique, que des centres d’oncologie existent aussi dans d’autres hôpitaux…

C’est juste.

Mais l’Hôpital général juif administre aussi le Centre du cancer Segal, un centre d’oncologie unique dans la province qui est reconnu mondialement pour le traitement des cancers colorectaux. Les soins dispensés dans ce centre ultra-spécialisé ne sont généralement pas donnés dans la plupart des hôpitaux à l’extérieur de Montréal. Selon l’Association canadienne du cancer colorectal, cette décision de restreindre l’accès à ce centre compromet non seulement la qualité de vie des patients, mais également la possibilité de prolonger leur vie ou de rémission.

Je résume.

Certains patients combattant un cancer colorectal, qui habitent l’extérieur de l’île de Montréal, ne pourront plus se faire soigner par l’équipe spécialisée de l’Hôpital général juif, et ce, même si c’est le désir du patient et de son médecin d’avoir recours aux services de cet hôpital qui est le seul qui peut offrir certains traitements à la fine pointe de la science médicale.

Quand on dit qu’un jour le Québec va « frapper le mur », on s’imagine que dans les heures suivant une décote, quelqu’un va fermer les lumières et que la province sera soudainement plongée dans les ténèbres. Dans la réalité, « frapper le mur » se fera par petite dose, de manière insidieuse.

Par exemple, un jour on réalisera que nous sommes trop pauvres pour soigner nos cancéreux dans nos meilleurs hôpitaux…

Mais consolez-vous, pour ceux qui ne pourront pas recevoir de soins à la fine pointe, le gouvernement prépare un beau programme pour « mourir dans la dignité »…


12 février 2014

La leçon de mathématique Canada Économie En Chiffres Québec

Hier, jour de budget à Ottawa et les nouvelles étaient excellentes.  La Canada va enfin retrouver l’équilibre budgétaire et probablement plus tôt que prévu! Bref, c’est tout le contraire du Québec qui semble s’éloigner tous les jours de cet objectif.

Mais si les juniors du PQ veulent savoir comment équilibrer un budget, ils peuvent prendre exemple sur Harper. Voici comment les finances publiques ont évolué au Canada depuis qu’il est devenu premier ministre:

Économie Harper

Harper a ramené le Canada sur le chemin de l’équilibre en n’augmentant pas les taxes et les impôts, mais plutôt en coupant dans les dépenses de programmes !  Ainsi, les conservateurs ont démontré que le choix n’était pas entre l’austérité et la prospérité puisque l’austérité pouvait être synonyme de prospérité !  Voilà une réalité qui va à l’encontre du petit catéchiste du PQ.

Les gauchistes n’aiment pas quand les budgets sont équilibrés sans un alourdissement du fardeau fiscal puisqu’il est plus difficile de faire de l’ingénierie sociale quand les gens ont encore de l’argent dans leur poche…

Voici la réponse du PQ au budget de Harper, je vous conseille d’être assis avant de la lire…

« Les décisions unilatérales prises par le gouvernement fédéral nous ramènent 10 ans en arrière, à savoir un retour du déséquilibre fiscal qui vient placer les provinces dans une situation financière précaire où elles se verront obligées d’accroître davantage leur fardeau fiscal pour maintenir la qualité des services offerts à la population. »

Donc, quand le gouvernement conservateur se comporte de manière responsable éliminant ainsi son déficit et qu’au même moment le gouvernement du Québec se comporte en cabochon et augmente son déficit, on veut nous faire croire qu’il s’agit d’un…  déséquilibre fiscal !!! Le Québec représente 23% de la population canadienne et reçoit 55% de la péréquation, mais pour le PQ ce n’est pas encore assez…

De plus, quand les péquistes parlent d’augmenter les taxes et impôts pour « maintenir la qualité des services », de quels services parlent-ils ? Des subventions aux cimenteries et aux éoliennes?

Source:
Ministère Des Finances Du Canada
Le plan budgétaire 2014


12 février 2014

Énergie verte: une farce dispendieuse… Économie Environnement Europe Revue de presse

Der Spiegel

Gone With the Wind: Weak Returns Cripple German Renewables
Der Spiegel

Investments in renewable energy were supposed to be a sure thing, with wind park operators promising annual returns of up to 20 percent. More often than not, however, such pledges have been illusory — and many investors have lost their principal to boot.

The result is sobering. On average, investors have received an annual return of just 2.5 percent. « Over the course of 10 years, that means a return of 25 percent, while according to the prospectus they were to have already seen returns of between 60 and 80 percent. »

Even if returns were to increase dramatically in the coming years — a possible result, for example, of funds paying down their debts — only wind parks in the best locations are likely to prove profitable. The picture becomes even worse once one digs into the details. A fifth of all wind parks for which more than 10 years of annual reports are available haven’t once paid their investors a dividend exceeding 2 percent of their investments.

Je vais répéter que l’Allemagne est un pays souvent cité en exemple par les enverdeurs québécois… Si l’éolien ça ne fonctionne pas là-bas, ça aucune chance de fonctionne ici.