Aujourd’hui, la richesse d’une nation se définit par son capital humain. Un pays qui attire chez lui les esprits les plus brillants pourra devenir un pionnier en innovation technologique et en recherche scientifique. Ces gens constituent des moteurs économiques qui font qu’un pays peut devenir un chef de file dans un secteur donné. Le capital humain est une ressource dont la valeur est, à plusieurs égards, de loin supérieure aux ressources naturelles. Mais contrairement aux ressources naturelles, l’élite intellectuelle peut facilement se déplacer d’un pays à l’autre, amenant dans ses valises son savoir-faire.

Voici comment ce capital humain se déplace sur la planète, pour chaque pays je donne le taux de migration net des scientifiques (PhD), plus ce chiffre est élevé, mieux c’est:

Charte Xénophone

Les États-Unis, le pays par excellence pour la R&D, trône confortablement en première position.  Ce n’est pas un hasard si 62% de l’élite scientifique mondiale habitent aux États-Unis et si les vallées technologiques du type Silicone Valley existent en grande partie grâce à l’immigration. En début d’année l’armée américaine a annoncé qu’elle allait permettre à ses soldats de porter des symboles religieux.

Maintenant, le message envoyé par la charte du PQ va-t-il aider à convaincre ces immigrants à choisir le Québec au lieu des États-Unis ?

Dans un marché où tout est mondialisé, spécialement les cerveaux, je doute que cette charte donne au Québec un avantage compétitif par rapport aux États-Unis. Je pense plutôt qu’elle aura l’effet contraire en faisant passer le Québec pour un gros village…

Certes, l’existence d’une charte de l’intolérance, comme celle mise de l’avant par la PQ, n’est pas le seul facteur qui pèse dans la balance quand vient le temps de choisir où une personne déploiera son talent, mais c’est un élément qui influencera le choix.  Ce honteux document envoie le message que le Québec est refermé sur lui-même et que la différence est mal vue.   Certains s’en accommoderont, d’autres iront vivre ailleurs; chose certaine, ce document représente un passif net.

C’est à ça que faisaient référence Pierre Boivin et Louis Audet, deux hommes d’affaires, quand ils ont dénoncé la charte.  Mais essayez d’expliquer ça à un athégriste comme Richard Martineau

Source:
National Bureau of Economic Research
Foreign Born Scientists: Mobility Patterns for Sixteen Countries