Antagoniste


3 février 2014

La diversion… Coup de gueule Économie Gauchistan Québec

Je dois être un drôle d’oiseau, car la semaine dernière ce qui m’a scandalisé devant la commission Charbonneau semble n’avoir scandalisé personne…

Premièrement le claquement de doigts de Sonia Lebel…  Si tout le monde semble avoir trouvé ça très drôle, je considère de mon côté que c’est un manque flagrant de professionnalisme.  Le but de la commission Charbonneau est d’exposer un système, pas de mettre en onde un cirque avec du goudron et des plumes pour donner un show de télé.

Deuxièmement, contrairement à beaucoup de monde, j’ai trouvé plutôt inutiles et ennuyantes les écoutes électroniques où il était question de boucles d’oreille, de bateau ou de mobiliers ecclésiastiques…  Les extraits d’écoutes électroniques qui ont le plus retenu mon attention ont presque été complètement ignorés par les médias…

Le grand patron de la FTQ qui utilise, au grand plaisir de Tony Accurso, ses relations avec Jean Lapierre pour faire passer son discours socialiste, anti-PPP et anti-concurrence étrangère étrangère. Bien évidemment, il n’y a rien d’illégal là-dedans, c’est simplement une démonstration sans équivoque du manque d’objectivité des médias qui sont toujours fidèles au poste pour jouer le rôle de porte-parole de la gauche.

En passant, si l’industrie de la construction craint autant les PPP et les ingénieurs chinois, alors j’en conclus que les PPP et les ingénieurs chinois doivent forcément être bons pour le portefeuille des Québécois. Mais ça, parions que la commission n’en parlera pas dans son rapport…


3 février 2014

La tonte des moutons Canada Coup de gueule Économie Gauchistan Québec

En octobre dernier, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante a publié une étude qui, malheureusement, est passée quelque peu inaperçue dans les médias. Cette étude se veut une analyse des régimes fiscaux provinciaux au Canada. Voici les résultats que l’on obtient pour l’impôt des particuliers…

Commençons au bas de l’échelle, avec les plus pauvres.

Fiscalité Québec

Au Québec, on aime ça les pauvres, on en prend soin, on est solidaire…  Pourtant, c’est ici qu’ils sont le plus imposés.  Par rapport à la Colombie-Britannique, c’est 1 637$ de plus !

Qu’en est-il de la classe moyenne ?

Fiscalité Québec

Pas de chance pour la classe moyenne, elle aussi doit se contenter d’une misérable dernière position, un écart de 3 969$ avec la Colombie-Britannique.

Et les riches?  C’est sûrement de la faute des riches, on n’arrête pas de dire qu’ils ne payent pas d’impôt.

Fiscalité Québec

Encore dernier, avec un écart de 8 587$ avec la Colombie-Britannique…

Mais le 1%, ces ultras-riches, ils doivent être coupables, c’est obligatoirement eux qui ne payent pas leur « juste part »…

Fiscalité Québec

Encore et toujours dernier…  Nos ultras-riches doivent donner aux gouvernements 12 642$ de plus que ceux de l’Alberta…

Le Québec est dans le rouge et les moutons québécois n’ont plus de laine sur le dos…

Donc, malgré que le Québec soit systématiquement la province la plus imposée, le Québec est aussi systématiquement la province la plus endettée. Le constat est décourageant, mais ne devrait surprendre personne. Par exemple, vendredi dernier le Parti Québécois a engagé 450 millions de dollars de notre argent pour construire une cimenterie qui va employer 200 personnes, au moment même où les 4 cimenteries déjà présentent au Québec ne tournent qu’à 60% de leurs capacités en raison d’un surplus d’inventaires en Amérique.*

*Étrangement, même si ce projet de cimenterie implique une injection massive de fonds publics, une faible création d’emplois, une production intensive de gaz à effet de serre et une exemption d’étude par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement, les lobbies écologistes québécois semblent être silencieux…  On se demande bien pourquoi…

Source:
Fédération canadienne de l'entreprise indépendante
Classement des régimes fiscaux provinciaux au Canada


3 février 2014

Voir grand ! Économie France International Mondialisation Revue de presse

Le Figaro

Lactalis part à la conquête de l’Inde
Le Figaro

Le premier producteur de lait mondial, met la main sur l’indien Tirumala. Après avoir acquis en 2011 l’italien Parmalat, le groupe français poursuit ainsi son développement international.

Lactalis s’offre un champion indien des produits laitiers, Tirumala Milk Products, qui réalise environ 200 millions d’euros de chiffre d’affaires. Le français, propriétaire du lait Lactel, du beurre et du camembert Président ou encore de la crème Bridel, ajoute ainsi à son actif le lassi (yaourt indien), le panir (fromage), les desserts lactés et les glaces.

Avec Tirumala, qui est essentiellement implanté dans le sud-est de l’Inde, Lactalis prend pied dans un pays à la taille d’un continent. Avec 140 milliards de litres produit , l’Inde – premier producteur de lait mondial – offre un potentiel de développement énorme pour l’entreprise française.

«Cette acquisition est en phase avec la stratégie de développement mondial de Lactalis dans les pays émergents sur toutes les catégories de produits laitiers», commente un porte-parole du groupe français, qui ne communique pas le montant de l’opération. En fusionnant avec l’italien Parmalat, Lactalis avait acquis en 2011 la première place mondiale des fabricants de produits laitiers.

Malheureusement, les producteurs laitiers de chez nous ne peuvent pas participer au boom mondial de l’industrie laitière à cause du système de gestion de l’offre. Ce système interdit la concurrence étrangère ici, mais il interdit aussi l’exportation de nos produits laitiers ailleurs.

Une situation typiquement québécoise: on préfère la sécurité d’un petit marché au potentiel limité plutôt que les risques d’un marché au potentiel illimité… On l’a vu encore tout récemment avec le libre-échange des fromages avec l’Europe