Antagoniste


20 janvier 2014

La logique liséenne Canada Coup de gueule Québec

Ainsi parlait Jean-François Lisée le 2 décembre 2013 au sujet d’un péage sur le pont Champlain:

Jean-Francois Lisee«En tant que Montréalais et ministre de la métropole je me réjouis de l’annonce du devancement. Il y a un effort clair du gouvernement fédéral pour accélérer les travaux. Par contre, je suis toujours contre cette idée de péage, qui va déstructurer la communication avec la Rive-Sud», a indiqué M. Lisée.

Ainsi parlait Jean-François Lisée le 13 janvier 2010 au sujet d’un péage:

Jean-Francois LiséeL’opinion est d’avance résignée aux péages (60% sont pour) et le temps est venu des les appliquer. Mathieu Laberge, de Cirano, estime que 1,6 milliards pourraient être perçus par an sur le réseau routier, en fixant le péage (électronique) à 10 cents le km dans la région de Montréal et à 5 cents en dehors. Le blogueur Pierre Duhamel calcule que cela donnerait un coût de 32$ pour un a/r Montréal-Québec. Additionné à un plein d’essence de 50 $, cela donne presque exactement le coût d’un a/r en autobus. Il y a du changement de comportement dans l’air. Cette mesure aura un impact écologique certain, allez-y. Mais faites varier le péage en fonction du type de voiture. Les hybrides et les électriques paieraient moins. Les énergivores et grosses cylindrées paieraient davantage.

J’ajouterais que vous devriez introduire des péages aux points d’entrée du Québec, pour amortir « l’effet frontière » qui apparaîtra lorsque, comme je vous l’ai suggéré hier, la TVQ québécoise grimpera de deux points, ce qui augmentera l’écart avec la taxe ontarienne, et attirera quelques acheteurs.

Ainsi parlait Jean-François Lisée le 15 novembre 2013 au sujet d’un péage sur le pont Champlain:

Jean-Francois LiseeRaison #10 240 de faire l’indépendance: «Il y aura un péage» au pont Champlain, réaffirme Harper.

 

Ainsi parlait Jean-François Lisée le 27 avril 2010 au sujet d’un péage:

Jean-Francois LiséeMais à quoi sert l’échangeur Turcot ? À permettre aux gens qui ne vivent pas dans le centre de Montréal d’y venir travailler ou consommer, puis de retourner chez eux par le moyen de locomotion de leur choix: la voiture. […]

Alors, j’ai sorti ma calculette. En réclamant un péage (68% des Québécois se sont dits favorables à leur introduction) d’un dollar par jour, cela donne (attendez je calcule…) 225 000 $ par jour. Divisons six milliards par ce chiffre: la facture est payée en 26 666 jours. Donc, 73 ans. À 2$ ? 37 ans. À 5$ ? 15 ans. (Je ne propose pas d’arrêter le péage à ce moment. Utilisons ensuite les sommes pour la réfection et les transports en commun.)

Que dites-vous ? Des automobilistes refuseraient de payer autant ? Mais ils paient bien davantage que 5$ par jour en stationnement ! Et puis, tant mieux s’ils rechignent, ils utiliseront les transports en commun, réduiront d’autant l’achalandage, et la pollution.

Bref, n’étant pas expert, je n’ai pas de religion particulière quant au projet de la ville. Mais si la ville est vraiment partante pour imposer son projet, qu’elle propose cet autofinancement par les automobilistes, et qu’elle fasse épargner aux autres Québécois les 2 milliards qu’ils s’apprêtent à y engouffrer.

Comment Québec pourrait-il refuser ce cadeau ? Celui qui paie, décide.

Celui qui paie, décide.  Voilà qui est bien dit, et qui va payer pour le nouveau pont Champlain?

Je résume donc le cheminement idéologie de Jean-François Lisée.  Au début il était pour les péages, mais quand il a réalisé qu’Harper était aussi pour les péages, il a décidé d’être contre parce que c’est impossible de se chicaner avec une personne qui pense la même chose que vous…


20 janvier 2014

L’aboutissement du modèle québécois Canada Économie En Chiffres Québec

Avant de partir pour le congé des fêtes, les médias ont beaucoup parlé de la situation du revenu disponible des ménages québécois.  De mon côté, j’avais décidé d’attendre avant d’en parler, puisque je savais que Statistique Canada était sur le point de rendre publics, pour la première fois, des chiffres qui allaient remonter jusqu’en 1981.  Auparavant, la série s’arrêtait en 2007.  Rappelons que les chiffres sur le revenu disponible sont particulièrement intéressants, car ils donnent le montant d’argent qui reste dans les poches des familles une fois que les différents gouvernements sont venus se servir.

Tout d’abord, reprenons les chiffres pour l’année 2012 (les plus récents) pour se remettre dans le bain:

Revenu Disponible Québec

La situation est franchement gênante.  Avec nos vastes ressources, le Québec devrait être un joyau économique en Amérique du Nord, mais nous devons nous contenter d’une médiocre 9e et avant-dernière place devant l’Île-du-Prince-Édouard…  Voilà l’aboutissement du modèle québécois.

Entrons maintenant dans le vif du sujet, à savoir comment le revenu disponible a évolué au Canada depuis plus de trente ans:

Revenu Disponible Québec

Ce graphique montre que pendant que le Québec marche, les autres provinces avancent au pas de course.  En 1981, nous étions en milieu de peloton, trente ans plus tard, nous sommes avant-derniers.

On peut aussi voir que l’Ontario, l’autre grande province canadienne, a aussi connu un sort similaire.  C’est probablement pour cette raison que les apologistes du modèle québécois nous comparent toujours à cette province; on peut uniquement défendre le modèle québécois en le comparant à une province malade, pas à une province en santé.

Notons cependant que de 1995 à 2002, période où Mike Harris a été premier ministre, l’Ontario est redevenu la province la plus riche du Canada. Depuis, les gouvernements gauchistes ont tout bousillé.  La prospérité associée aux politiques de droite se voit aussi entre 1992 et 2006 en Alberta, Ralph Klein était premier ministre à cette époque.

La progression de Terre-Neuve et de la Saskatchewan est aussi digne de mention. Ces deux provinces, contrairement au Québec, ont décidé d’exploiter leurs hydrocarbures.

En 2012, le revenu personnel disponible par habitant du Québec était de 26 347$ contre 30 941$ dans le reste du Canada; un écart de 4 594$ (dollars de 2012).  Pour prendre toute la mesure du déclin du Québec, voici comment a évolué cet écart depuis 1981:

Revenu Disponible Québec

Le Québec a toujours accusé un déficit chronique par rapport aux autres provinces canadiennes.  De 1981 à 2001, ce déficit est resté relativement stable et après une légère embellie au début des années 2000, ce déficit a ni plus ni moins explosé passant de 2 554$ à 4 594$, une progression de 79,9% !!! Notons au passage qu’en 2010, le gouvernement du Québec a adopté l’un des budgets les plus durs de mémoire d’homme en annonçant une hausse de la TVQ, une hausse de la taxe sur l’essence et la création de la taxe santé.

Terminons en donnant l’évolution du classement du Québec depuis 1981:

Revenu Disponible Québec

D’une 4e place en 2004 à une 9e place en 2012. Autrement, le Québec a occupé le plus clair de son temps en 6e position. Le modèle québécois, si ça marchait, on le saurait…

Sources:
Statistique Canada
Tableau 384-0040
Tableau 051-0001


20 janvier 2014

Terre de liberté États-Unis Philosophie Revue de presse

Observer-Dispatch

Assembly Passes Religious Garb Bill
Observer-Dispatch

The New York state Assembly has passed legislation sponsored by Assemblyman David Weprin, D-Fresh Meadows, that prohibits workplace discrimination against attire worn for religious purposes.

“People should not have to make a choice between working to provide for their families or observing their religion,” the assemblyman said. “It is unacceptable that workers have faced discrimination for wearing their religious attire or facial hair because it is an infringement on their civil liberties.”

He said the bill would allow for persons to wear hijabs, turbans, kippahs and beards at their workplaces without fear of persecution.

The legislation passed by a vote of 112-1 on Jan. 14.

“We enthusiastically support the religious garb bill calling for equal employment opportunities for all New Yorkers, regardless of religious attire and facial grooming,” said Rabbi Israel Rubin, who is the regional director of Chabad of the Capital District. “This religious observance issue confronts many Orthodox Jewish New Yorkers, who ought to be protected against discrimination at their worksites.”

La même semaine, Jean-François Lisée faisait l’apologie de l’intolérance religieuse dans le New York Times. Merci au PQ de faire passer le Québécois pour des colons…