Écolo-MarxisteLa semaine dernière, on a pu lire sur le site internet du magazine L’actualité un article ayant pour titre « La liste noire des responsables du changement climatique: le réchauffement climatique peut être en grande partie imputé à l’action de 90 entreprises entre 1751 et 2010. »

Le lecteur lambda se dit immédiatement: « au diable ce maudit système capitaliste qui assassine notre planète et tue nos enfants, les hommes avant les profits, so-so-so… ce n’est qu’un début poursuivons le combat! »  Vous voyez le genre.  De plus, cette perception est renforcée dans le premier paragraphe de l’article:

« Le réchauffement climatique peut être en grande partie imputé à l’action de 90 entreprises, de Chevron à Exxon en passant par quelques sociétés d’État. »

En passant par quelques sociétés d’État…  On devine donc que le gros du problème revient à l’infâme secteur privé. J’ai donc vérifié si c’était le cas en consultant l’article original pour découvrir que…

Seulement 34,4% des émissions produites par les 90 entreprises visées appartiennent au secteur privé.  La grande majorité, 65,6%, des émissions sont imputables à des sociétés publiques et des entreprises gouvernementales !  Donc, la prochaine fois qu’un gauchiste tentera de vous faire croire que la survie de la planète passe par l’éradication du capitalisme et la création d’un état socialiste vous saurez quoi lui répondre: le socialisme c’est sale !

Un tel résultat ne devrait pas surprendre personne. Dans une économie capitaliste, les industries privées ont intérêt à trouver des moyens pour réduire leur consommation d’énergie dans le but de maximiser leur profit. Dans une économie socialiste, au diable la productivité et l’efficacité énergétique puisque le profit ne compte pas; si l’entreprise essuie des pertes, personne ne perd son emploi, car le gouvernement éponge les déficits.  Le socialisme, contrairement au capitalisme, encourage le gaspillage donc, la pollution.

L’article de L’actualité essaie aussi de nous émouvoir en nous racontant que les méchants lobbys climatosceptiques recevraient en moyenne 900 millions de dollars par année en financement.  Mais qu’en est-il du lobby écolos? En 2009 aux États-Unis, les think tanks de droite et les industries s’opposant aux thèses du réchauffement climatique, incluant Exxon Mobil et les industries Koch, ont dépensé 787 millions de dollars pour faire la promotion de leurs idées.  Les lobbys réchauffistes de leur côté ont dépensé 1,4 milliard de dollars, presque le double de leurs adversaires !

Le réchauffement climatique n’est plus une science, c’est devenu une business très lucrative et les lobbys écolos sont prêts à tout pour tenter de convaincre les élus et la population de leur donner la permission de se mettre les deux mains dans le plat de bonbon i.e. notre portefeuille. Contrairement à ce qui est colporté par nos médias, le lobby écolo est tout sauf pauvre…