Antagoniste


14 janvier 2014

Le socialisme, c’est sale Coup de gueule Économie Environnement Gauchistan International

Écolo-MarxisteLa semaine dernière, on a pu lire sur le site internet du magazine L’actualité un article ayant pour titre « La liste noire des responsables du changement climatique: le réchauffement climatique peut être en grande partie imputé à l’action de 90 entreprises entre 1751 et 2010. »

Le lecteur lambda se dit immédiatement: « au diable ce maudit système capitaliste qui assassine notre planète et tue nos enfants, les hommes avant les profits, so-so-so… ce n’est qu’un début poursuivons le combat! »  Vous voyez le genre.  De plus, cette perception est renforcée dans le premier paragraphe de l’article:

« Le réchauffement climatique peut être en grande partie imputé à l’action de 90 entreprises, de Chevron à Exxon en passant par quelques sociétés d’État. »

En passant par quelques sociétés d’État…  On devine donc que le gros du problème revient à l’infâme secteur privé. J’ai donc vérifié si c’était le cas en consultant l’article original pour découvrir que…

Seulement 34,4% des émissions produites par les 90 entreprises visées appartiennent au secteur privé.  La grande majorité, 65,6%, des émissions sont imputables à des sociétés publiques et des entreprises gouvernementales !  Donc, la prochaine fois qu’un gauchiste tentera de vous faire croire que la survie de la planète passe par l’éradication du capitalisme et la création d’un état socialiste vous saurez quoi lui répondre: le socialisme c’est sale !

Un tel résultat ne devrait pas surprendre personne. Dans une économie capitaliste, les industries privées ont intérêt à trouver des moyens pour réduire leur consommation d’énergie dans le but de maximiser leur profit. Dans une économie socialiste, au diable la productivité et l’efficacité énergétique puisque le profit ne compte pas; si l’entreprise essuie des pertes, personne ne perd son emploi, car le gouvernement éponge les déficits.  Le socialisme, contrairement au capitalisme, encourage le gaspillage donc, la pollution.

L’article de L’actualité essaie aussi de nous émouvoir en nous racontant que les méchants lobbys climatosceptiques recevraient en moyenne 900 millions de dollars par année en financement.  Mais qu’en est-il du lobby écolos? En 2009 aux États-Unis, les think tanks de droite et les industries s’opposant aux thèses du réchauffement climatique, incluant Exxon Mobil et les industries Koch, ont dépensé 787 millions de dollars pour faire la promotion de leurs idées.  Les lobbys réchauffistes de leur côté ont dépensé 1,4 milliard de dollars, presque le double de leurs adversaires !

Le réchauffement climatique n’est plus une science, c’est devenu une business très lucrative et les lobbys écolos sont prêts à tout pour tenter de convaincre les élus et la population de leur donner la permission de se mettre les deux mains dans le plat de bonbon i.e. notre portefeuille. Contrairement à ce qui est colporté par nos médias, le lobby écolo est tout sauf pauvre…


14 janvier 2014

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (7-13 janvier) selon Influence Communication.

Le dévoilement fort attendu de l’équipe canadienne de hockey sur glace qui représentera le pays aux Jeux de Sochi avait lieu mardi matin. Cette nouvelle a évidemment occupé beaucoup d’espace médiatique au Canada et au Québec, où les partisans du CH attendaient impatiemment de savoir si PK Subban et Carey Price allaient faire l’équipe. La grippe frappe fort en ce début d’année, avec quelques décès en Alberta et un appel massif à la vaccination. Enfin, le déraillement de train à Plaster Rock au Nouveau-Brunswick est au troisième rang au Canada, mais seulement au septième rang au Québec. Au contraire, l’anniversaire du tremblement de terre en Haïti est au 4e rang au Québec, mais seulement au 18e au Canada.

Actualité Québec

Actualité Canada

Source:
Influence Communication


14 janvier 2014

Le pragmatisme des anglais Économie Environnement Europe Revue de presse

The Wall Street Journal

Total Invests in U.K. Shale Gas
The Wall Street Journal

France’s Total SA said Monday it bought a 40% stake in two shale-gas exploration licenses in the U.K.—marking the first time one of the world’s major oil companies has turned its attention to Britain’s unconventional gas reserves.

The move is a tiny one by global energy industry standards—representing an initial investment of under $50 million, according to people familiar with the matter. Total didn’t announce Monday the amount it plans to invest. But Total’s decision is a significant vote of confidence in Britain’s shale-gas prospects, and could be a boost to the government in London, which has sought to lure big companies to develop shale.

Total is planning to spend about $45 million in drilling for appraisal in the two licenses, the person also said.

U.K. Prime Minister David Cameron said on Monday that local authorities that allow shale-gas development to go ahead will be able to keep the entirety of business taxes they collect from shale gas sites, up from the current 50%. This commitment will be directly funded by the government, the prime minister’s office said in a statement.

Total joins French utility giant GDF Suez SA and U.K. utility Centrica PLC, which last year bought interests in shale licenses in northwest England. French energy companies are eager to get involved in shale, but are unable to do so in France, where fracking is banned.

Des compagnies françaises qui sont obligées d’aller investir leur argent en Angleterre parce que l’exploitation des gaz de schiste a été interdite dans leur pays d’origine… Ce n’est pas sans rappeler ce qui se passe au Québec. L’été dernier, l’entreprise québécoise Junex a annoncé qu’il n’investirait plus au Québec, préférant se concentrer sur ses projets au Texas…