Avec la publication des chiffres sur l’emploi vendredi dernier, il est désormais possible de faire le bilan économique du Québec pour l’année 2013. Les nouvelles ne sont pas bonnes…

Tout d’abord, voici comment ont évolué l’emploi total et l’emploi à temps plein au Québec et dans le reste du Canada au cours de la dernière année:

Emplois Québec

Dans le reste du Canada, on peut voir une croissance modeste, mais bien réelle de l’emploi total et de l’emploi à temps plein.  Au Québec, la situation est beaucoup moins rose: l’emploi total a fait du surplace et on peut observer une chute dramatique de l’emploi à temps plein.  Autrement dit, en 2013 le Québec a converti des emplois à temps plein en emplois à temps partiel.  Au final, le Québec a perdu 43 800 emplois temps plein et créé 45 800 emplois à temps partiel pour un bilan de 2 100 emplois créés en 2013.

  • En 2013, le Québec a créé en moyenne 175 emplois par mois (temps plein + temps partiel).  Par contre, il s’est perdu en moyenne 3 650 emplois à temps plein par mois !
  • En 2013, le reste a créé en moyenne 8 325 emplois par mois (temps plein + temps partiel).  De ce nombre, 5 233 était des emplois à temps plein.

Il est aussi intéressant de ventiler les chiffres de l’emploi en fonction du secteur économique, un tel exercice montre que l’économie québécoise est inféodée par le secteur public…

Tout d’abord la situation pour les emplois privés:

Emplois Québec

Encore une fois, le reste du Canada se tire relativement bien d’affaire.  Par contre, au Québec, le bilan est négatif.

Voici la situation pour le secteur public:

Emplois Québec

La situation est renversée, on peut voir une création d’emplois et Québec et une perte dans le reste du Canada.

Bilan final:

  • En 2013, le Québec a perdu en moyenne 375 emplois privés par mois et gagné en moyenne 542 emplois publics par mois.
  • En 2013, le reste du Canada a gagné en moyenne 11 233 emplois privés par mois et perdu en moyenne 2 883 emplois publics par mois.

Donc, la très faible croissance de l’emploi au Québec est surtout attribuable à une augmentation de la taille de l’État.  Dans le reste du Canada, on a plutôt décidé de couper dans les dépenses publiques pour laisser le secteur privé prendre la relève.

Le Québec est pris dans un cercle vicieux.  Parce que l’économie tourne au ralenti, le gouvernement augmente ses dépenses pour tenter de la stimuler, puisque les dépenses augmentent, il faut alourdir le fardeau fiscal et l’alourdissement du fardeau fiscal ralentit l’économie…

Pour terminer, un tableau qui résume les trois graphiques précédents:

Emplois Québec

2013 aura été une année où le Québec s’est approché un peu plus du fond du baril…

Sources:
Statistique Canada
Tableau 282-0087
Tableau 282-0089