Antagoniste


9 janvier 2014

Réchauffement climatique, tout et son contraire Coup de gueule Environnement États-Unis

En 1974, le magazine Times a annoncé que les vortex polaires étaient un signe évident que le monde se refroidissait:

Global Warming

Scientists have found other indications of global cooling. For one thing there has been a noticeable expansion of the great belt of dry, high-altitude polar winds —the so-called circumpolar vortex— that sweep from west to east around the top and bottom of the world.

En 2014, le magazine Times a annoncé que les vortex polaires étaient un signe évident que le monde se réchauffait:

But not only does the cold spell not disprove climate change, it may well be that global warming could be making the occasional bout of extreme cold weather in the U.S. even more likely. Right now much of the U.S. is in the grip of a polar vortex… In this case, nearly the entire polar vortex has tumbled southward, leading to record-breaking cold.

Global Warming

Morale de l’histoire: quand il fait chaud c’est la faute du réchauffement climatique et quand il fait froid c’est aussi la faute du réchauffement climatique… Bref, c’est toujours la faute du réchauffement.

À lire aussi:


9 janvier 2014

La richesse des patrons: une grande illusion… Canada Économie En Chiffres

C’est devenu une tradition à chaque début d’année, le « Centre canadien des politiques alternatives », un think tank socialiste, publie une dépêche larmoyante sur les cent PDG les mieux payés au Canada pour nous convaincre qu’ils sont trop payés, laissant ainsi faussement sous-entendre que sans ces méchants PDG, il n’y aurait pas de pauvres au Canada… Un bel exercice de populisme et de démagogie.

Par exemple, cette année on nous apprend qu’en 2012, les cent chefs d’entreprises les mieux rémunérés ont empoché un traitement moyen qui représentait 171 fois le salaire moyen. Veut-on nous faire croire que si ce ratio était plus bas on pourrait éliminer la pauvreté ?

Pour vérifier si une telle chose est possible, adoptons le point de vue des marxistes et supposons que le gouvernement décide de prendre des mesures extrêmes pour redistribuer la richesse en confisquant 100% des revenus des cent PDG les mieux rémunérés pour ensuite redistribuer cet argent aux gens vivant sous le seuil de faible revenu.

En 2012, avec cette mesure radicale, le gouvernement aurait pu mettre la main sur 796,03 millions de dollars. C’est une somme d’argent considérable, mais question de mettre les choses en perspective, avec un tel magot on pourrait uniquement donner 51¢ par jour aux gens vivant sous le seuil de faible revenu. La gauche essaye-t-elle de nous dire qu’avec 51¢ par jour on sort les gens de la pauvreté ?

De plus, la province qui contient le plus d’entreprises (au prorata de leur population) dans le palmarès des cent chefs d’entreprises les mieux rémunérés est l’Alberta. Si avoir des PDG bien payés est une source d’appauvrissement, comment les gauchistes expliquent-ils que l’Alberta soit la province la moins pauvre ? La situation économique de l’Alberta semble plutôt valider l’idée d’un trickle-down economics.

Je termine avec quelques chiffres tirés des rapports « Centre canadien des politiques alternatives » qui devraient royalement déplaire aux gauchistes…

Stephen Harper

Depuis que Stephen Harper est devenu premier ministre, le salaire moyen a augmenté et le salaire des patrons a diminué.  Mais ça, le « Centre canadien des politiques alternatives » ne le mentionne nulle part !

Sources:
Canadian Centre for Policy Alternatives
The Great CEO Pay Race
All in a Day’s Work?


9 janvier 2014

Les écolos et votre argent Économie Environnement Revue de presse

USA Today

Depreciation hits electric cars hard
USA Today

Plug-ins are worth less compared to their original value over five years than conventionals. Plug-in electric cars may be cutting-edge technology, but an analysis suggests that most will depreciate more dramatically over five years than their conventional counterparts.

Some of the biggest value gaps involve 2014 models powered only by batteries, entirely without gas engines, according to the analysis performed by Kelley Blue Book at the request of USA TODAY. Examples:

• Chevrolet Spark EV. The little electric is projected to be worth 28% of its $28,305 list price in five years, while a comparable conventional version of the same car will retain 40% of its value.

• Ford Focus Electric. The compact will be worth 20% of its initial $35,995 list price, while a well-outfitted conventional Focus Titanium with an automatic transmission will still command 36%.

• Nissan Leaf. Even the best-selling pure electric car is projected at having a residual value of 15% for the 2013 model. A similar Nissan Sentra SL compact would retain 36%.

J’ai tellement hâte que le PQ procède à l’électrification des transports… La dépréciation de la valeur des voitures sera équivalente à la dépréciation du modèle québécois…