Antagoniste


19 décembre 2013

La racine du problème Coup de gueule Économie États-Unis Québec

Média ObjectivitéVous vous demandez pourquoi les choses vont tout croche au Québec ? Par exemple, pourquoi le Québec devra se contenter d’une croissance du PIB de 1,8% en 2014 alors que les Américains devraient faire osciller la balance à 2,9% ?

Un élément de réponse qui en vaut bien d’autres: au Québec, 42% de la population fait confiance aux journalistes; aux États-Unis, ils sont seulement 20% à faire confiance au quatrième pouvoir !

Plus une population fait confidence à des gens qui préfèrent les sciences sociales aux mathématiques, plus elle risque de se faire berner par les idées ruineuses de la gauche. Ce n’est pas un hasard si au Québec, l’arrivée de la charte dans le paysage médiatique québécois a réduit le poids médiatique de l’économie de 41%. De plus, quand ces mêmes médias daignent parler d’économie, c’est pour nous dire que la dette du Québec est désespérément normale.

Aux États-Unis, les médias ont essayé de faire peur aux gens avec le sequester, les gens ne les ont pas crus, le sequester a donc pu avoir lieu et l’économie américaine a retrouvé sa vigueur !

Ne pas faire confiance aux médias, une des conditions sine qua non pour avoir une économie en santé !


19 décembre 2013

Comment le grinch a volé Noël Canada Économie En Chiffres Québec

À la fois anecdotique et révélatrice, cette étude de la BMO réalisée le mois dernier montre à quel point l’économie du Québec est mal en point.

Dans un sondage pancanadien, on a demandé aux gens quel montant il prévoyait dépenser durant la période des Fêtes. Voici le résultat:

Noël Québec

On pourrait se dire que les dépenses anémiques prévues dans les foyers québécois ne sont pas un signe de pauvreté ou de mauvaise santé économique, que seuls les Québécois ont décidé de vivre selon leur moyen. Hélas, un autre sondage réalisé il y a quelques mois a montré que c’est au Québec qu’on prévoyait le moins épargner.

Quand on sait que le revenu disponible des Québécois est de 26 347$/h contre 30 986$/h dans le reste du Canada, une différence de 4 639$/h, on comprend mieux pourquoi le Québec est malheureusement en queue de peloton…

Source:

Perspectives 2013 de BMO sur les dépenses du temps des Fêtes


19 décembre 2013

Le Père Noël peut dormir tranquille Environnement International Revue de presse

Geophysical Research Letters

A Signal of Persistent Atlantic Multidecadal Variability in Arctic Sea Ice
Geophysical Research Letters

Satellite data suggest an Arctic sea ice–climate system in rapid transformation, yet its long-term natural modes of variability are poorly known. Here, we integrate and synthesize a set of multi-century historical records of Atlantic Arctic sea ice, supplemented with high-resolution paleo proxy records, each reflecting primarily winter/spring sea ice conditions. We establish a signal of pervasive and persistent multidecadal (~60–90 year) fluctuations that is most pronounced in the Greenland Sea, and weakens further away. Covariability between sea ice and Atlantic multidecadal variability as represented by the Atlantic Multidecadal Oscillation (AMO) index is evident during the instrumental record, including an abrupt change at the onset of the early 20th century warming (ETCW). Similar covariability through previous centuries is evident from comparison of the longest historical sea ice records and paleo proxy reconstructions of sea ice and the AMO. This observational evidence supports recent modelling studies that have suggested that Arctic sea ice is intrinsically linked to Atlantic multidecadal variability. This may have implications for understanding the recent negative trend in Arctic winter sea ice extent, although because the losses have been greater in summer, other processes and feedbacks are also important.

Pour ceux qui se sont perdus dans le jargon scientifique, cette étude montre que la diminution de glace au Pôle Nord ne peut pas être entièrement imputée au réchauffement climatique. Selon les évidences recueillies, une variation naturelle du climat, qui a souvent été observée dans le passé (des cycles de ~60–90 ans), serait le principal facteur.

Donc, n’en déplaise aux réchauffistes, le Père Noël n’a rien à craindre… M’enfin, pour ces gens, faire de la démagogie est plus facile que de lire un article scientifique…

Bien entendu, personne dans les médias ne parlera de cet article, il ne faudrait pas briser l’illusion d’un consensus.