Antagoniste


3 décembre 2013

L’argent de la SAQ Économie Québec

Politicien Québécois Quand on parle de privatiser la SAQ, on trouve toujours un gauchiste pour répondre « mais sans la SAQ on ne pourra pas financer les hôpitaux et les gens vont mourir dans les rues » ou encore « mais sans la SAQ on ne pourra pas se payer des écoles sans moisissures et nos enfants seront malades ». Vous voyez le genre. La semaine dernière, l’impayable ministre des Finances a même affirmé sans rire que la SAQ va contribuer à ramener les finances du Québec dans le droit chemin. Mais qu’en est-il vraiment ?

L’an dernier, la SAQ a versé au gouvernement un chèque de 1 milliard de dollars. Que peut-on s’offrir avec cette somme ?  Voici ce qu’on pourrait faire avec ce chèque si on le consacrait exclusivement à un poste budgétaire:

  • Le système de santé coûte 85 639 178$/jour aux contribuables.  Le Chèque de la SAQ pourrait donc permettre au système de fonctionner durant 12 jours.
  • Le réseau de l’éducation coûte 45 321 918$/jour aux contribuables.  Le Chèque de la SAQ pourrait donc permettre au système de fonctionner durant 22 jours.
  • Le service de la dette coûte 23 564 658$/jour aux contribuables.  Le Chèque de la SAQ pourrait donc permettre de payer les intérêts sur notre carte de crédit durant 42 jours.

De manière plus globale, le gouvernement québécois dépense  199 151 233$/jour pour faire fonctionner l’ensemble des ministères. Le Chèque de la SAQ pourrait donc permettre au gouvernement de fonctionner durant 5 jours.  Je vous rappelle qu’une année compte 365 jours.

Vous saurez maintenant quoi répondre au prochain gauchiste qui vous dira que sans la SAQ, le Québec serait à feu et à sang…


3 décembre 2013

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (26 novembre-2 décembre) selon Influence Communication.

Véritable onde de choc cette semaine à travers le pays, alors que la Ligue Nationale de Hockey (LNH) a annoncé la conclusion d’une entente historique de 5,2 milliards avec Rogers. Au Québec, ce sont surtout les droits de télédiffusion des matchs des Canadiens qui ont généré de l’attention médiatique, puisque c’est TVA Sports qui diffusera les matchs nationaux de ceux-ci. Au Canada, on se questionne davantage sur l’avenir du hockey à la CBC et de son commentateur vedette, Don Cherry.

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: Si le Groupe TVA veut diffuser plus de hockey, il aura le choix entre deux options. 1-Soit il attend pour acheter un club d’expansion au coût de 400 millions qui viendra avec un budget d’opération annuel de 150 millions; 2-soit il achète le bloc de 60 matchs restants appartenant aux Canadiens, une franchise établie, pour une somme qui ne devrait pas dépasser 100 millions de dollars. Le choix me semble évident.

Source:
Influence Communication


3 décembre 2013

Sacrifié sur l’autel de l’écologisme Économie Environnement Europe Revue de presse

Bloomberg BusinessWeek

Aluminum Industry Hurt by EU Climate Rules, Study Shows
Bloomberg BusinessWeek

European Union regulation, including carbon and renewable-energy policies, reduced the profitability of the bloc’s aluminum smelters, according to a study by the Centre for European Policy Studies.

The expenses associated with meeting European laws accounted for an average of 8 percent of total production costs for the industry over the 2002-2012 period, CEPS said in the analysis, published today in Brussels. The price of power, boosted by costs linked to carbon emissions passed on by utilities, and surcharges to support renewable energy imposed a significant burden on the industry, according to the study.

“The analysis of cost differentials with the least cost producers — primary aluminum smelters in the Middle East — shows that EU regulatory costs represented about one-third of this competitive gap in 2012,” according to the study, prepared for the EU as a part of its fitness check on the aluminum industry.

European requirements affected the profitability of the industry not only in time of crisis but also in boom years, according to CEPS.

Au Québec, les écologistes sont en train de faire la même chose. Leurs obsessions maladives pour les dispendieuses énergies vertes risquent de faire fuir les alumineries.