Antagoniste


25 novembre 2013

Évolution naturelle Économie International Philosophie

À droiteRésultats d’une étude très intéressante publiée récemment dans le Econ Journal Watch à propos des 71 lauréats du prix Nobel d’économie depuis 1969.  L’auteur de cette étude a cherché à savoir comment avait évolué la pensée de ces économistes i.e. s’ils avaient migré à la droite du spectre politique (en faveur d’un plus petit gouvernement) ou à gauche du spectre politique (en faveur d’un plus gros gouvernement).

Des 71 économistes nobélisés, 50 n’ont pas fait évoluer leur vision à gauche ou à droite.  Par contre, pour 21 d’entre eux, on peut observer une migration idéologie significative.  De ces 21, 16 ont évolué vers la droite et seulement 5 ont évolué vers la gauche.  Autrement dit, pour chaque prix Nobel d’économie qui est devenu plus étatiste, 3,2 économistes sont devenus moins étatistes.

Malheureusement, si on devait faire une étude similaire avec nos politiciens, j’ai l’impression qu’on obtiendrait le résultat opposé…

Source:
Econ Journal Watch
The Ideological Migration of the Economics Laureates: Introduction and Overview


25 novembre 2013

Montréal vs. Québec Économie En Chiffres Québec

Selon ce qu’on peut lire dans les médias, Montréal est une ville en perdition qui doit composer avec un déclin inexorable alors que Québec est une ville dynamique avec un potentiel de croissance illimité.

Vraiment ?

La semaine dernière, l’Institut de la Statistique du Québec a publié les plus récents chiffres sur l’état de l’économie dans les 17 régions du Québec, les résultats bousculent quelques idées reçues.

Dans un premier temps, voici le PIB par habitant:

Économie Québec

Avec un PIB/habitant de 58 126$, la région de Montréal a une avance de 12 161$ sur la région de Québec et de 18 828$ sur la moyenne québécoise.  Avec une 3e position, on peut parler d’une performance respectable qui est assez loin du portrait sombre que l’on retrouve dans les médias.

Les statistiques sur le revenu disponible des ménages ont aussi été publiées la semaine dernière.  Le revenu disponible est ce qu’il reste dans les poches des gens une fois que les différents paliers de gouvernement se sont servis. Encore une fois, la position de la région de Montréal a de quoi surprendre:

Économie Québec

La région de Montréal arrive en 4e position avec une avance de 136$ sur la région de Québec et 921$ sur la moyenne québécoise.  Notons aussi que l’année précédant, la région de Québec se classait devant la région de Montréal !

Économie Québec

Non seulement la région de Montréal fait mieux que la région de Québec et la moyenne provinciale au niveau du PIB/habitant et du revenu disponible/habitant, mais les taux de croissance sont aussi supérieurs à Montréal dans les deux cas !

Pourtant, dans les médias on parle de Montréal comme d’un « trou à marde » alors que Québec est décrite comme un nouvel eldorado…

N.B. 79% des gens de la région de Québec habitent la ville de Québec (qui est dirigée par Régis Labeaume).

Source:
Institut de la statistiques du Québec
Produit intérieur brut régional par industrie au Québec


25 novembre 2013

Les tricheurs, les fonctionnaires et la corruption Économie International Revue de presse

Los Angeles Times

Cheating students more likely to want government jobs, study finds
Los Angeles Times

College students who cheated on a simple task were more likely to want government jobs, researchers from Harvard University and the University of Pennsylvania found in a study of hundreds of students in Bangalore, India. Their results, recently released as a working paper by the National Bureau of Economic Research, suggest that one of the contributing forces behind government corruption could be who gets into government work in the first place.

For instance, “if people have the view that jobs in government are corrupt, people who are honest might not want to get into that system,” said Rema Hanna, an associate professor at the Kennedy School of Government at Harvard. To combat that problem, governments may need to find new ways to screen people seeking jobs, she said.

Cheating seemed to be rampant: More than a third of students had scores that fell in the top 1% of the predicted distribution, researchers found. Students who apparently cheated were 6.3% more likely to say they wanted to work in government, the researchers found.

“Overall, we find that dishonest individuals prefer to enter government service,” wrote Hanna and coauthor Shing-yi Wang, an assistant professor at the University of Pennsylvania’s Wharton School. They added, “Importantly, we show that cheating on this task is also predictive of fraudulent behaviors by real government officials.”

« One of the contributing forces behind government corruption could be who gets into government work in the first place »… Je lis ça et je pense au Québec…