Puisque nous avons la chance de compter sur un vaste territoire riche en ressources, dans un monde normal, le secteur minier devrait être la locomotive économique du Québec.  Ils sont nombreux les pays sur cette planète qui aimeraient avoir à leur disposition notre sous-sol minier…

Mais depuis l’arrivée au pouvoir du PQ, rien ne va plus: nomination des ministres extrémistes, fanatisme écologique, doctrine socialiste…  Au lieu de faire rayonner le Québec sur la scène internationale, le secteur minier a plutôt décliné et les investisseurs ne se cachent plus pour dire qu’il vaut mieux investir n’importe où sauf au Québec.

Porter au pouvoir un gouvernement d’amateurs n’est pas sans conséquence, voici le lourd tribut payé par le secteur minier québécois (et ultimement, tous les Québécois):

Rares sont les nations dans l’histoire de l’humanité qui ont délibérément choisi de ne pas exploiter leurs ressources naturelles…  Le Québec en fait partie…

Pour que le Québec ait meilleure mine

Depuis que les statistiques sur l’investissement minier sont disponibles (2005), on peut observer une progression ininterrompue…  jusqu’en 2013 !  En 2013, pour la toute première fois, un peut voir une réduction.  Les péquistes s’empresseront de dire qu’ils ne sont pas responsables, que le vrai coupable est la chute des prix des métaux…

Vraiment ?

Lors de la récession de 2008-2009, les prix des métaux ont chuté de 33,1%, pourtant les investissements miniers au Québec ont tout de même augmenté de 1,4%. Pour les années 2012-2013, marquées par l’arrivée d’un gouvernement péquiste, les prix des métaux ont modestement chuté de 5,0%, et les investissements miniers ont chuté de 9,8%.  Donc, si le secteur minier a pu se sortir indemne d’une des plus grandes récessions depuis la Deuxième Guerre mondiale, il n’a dû plier les genoux devant les troupes péquistes…

Depuis l’élection du gouvernement Marois, on estime que des projets miniers d’une valeur de 2,8 milliards de dollars ont été interrompus au Québec… C’est un montant plus élevé que les 2 milliards d’investissements prévus dans le plan Priorité Emploi

En passant, depuis l’élection du PQ, 7 000 emplois ont été perdus dans le domaine de l’extraction minière, exploitation en carrière, et extraction de pétrole et de gaz.  Sachant que cette catégorie de travailleurs gagne en moyenne 92 712$ par année, c’est près de 650 millions en salaire qui sont disparus de l’économie québécoise…  Prenez le temps d’y réfléchir quelques instants…

Sources:
Institut de la statistiques du Québec
Mine en chiffres

Banque Mondiale
Commodities Price (Pink Sheet)

Statistique Canada
Tableaux 383-0029 & 282-0007