Ils sont, et de loin, les plus grands perdants depuis que le PQ a été porté au pouvoir. Pourtant on en parle très peu…

Voici l’évolution de l’emploi chez les travailleurs autonomes depuis janvier 2012 au Québec et dans le reste du Canada:

Économie Québec

Lorsque le PQ est arrivé au pouvoir en septembre 2012, le Québec se comparait avantageusement au reste du Canada, mais depuis les choses ont fini par se gâter (trait plein).  À partir de janvier 2013, l’emploi chez les travailleurs autonomes a complètement décroché au Québec, une longue et lente agonie, alors que dans le reste du Canada, la situation s’est grandement améliorée.   Depuis le début de l’année, l’emploi chez les travailleurs autonomes a reculé de 6,2% alors que le reste du Canada affiche un gain de 2,2%.

Cette situation est particulièrement dramatique quand on réalise que très souvent, ces travailleurs autonomes représentent des gens qui sont des entrepreneurs.  Ainsi, cette baisse de l’emploi chez les travailleurs autonomes est annonciatrice d’un recul de l’entrepreneuriat au Québec. Chaque travailleur autonome perdu représente une PME qui n’aura jamais la chance de devenir une multinationale…

On peut supposer que cette situation est une conséquence prévisible d’une économie qui est devenue accro aux subventions. Les grosses compagnies, avec leurs lobbys, leurs contacts et leurs vastes ressources peuvent mettre la main sur ces fameuses subventions beaucoup plus facilement que les PME, qui n’ont pas le savoir-faire nécessaire pour avoir leur part du gâteau.  On se retrouve donc devant une situation où les PME payent des impôts pour subventionner les multinationales…

Il serait plus logique, et plus juste, de baisser les impôts de toutes les compagnies, mais ça fait de moins bons photo-ops

Source:
Statistique Canada
Tableau 282-0089