Antagoniste


28 novembre 2013

On brûle les meubles ! Économie En Citations Philosophie Québec

Murray Rothbard

Pourquoi Nicolas Marceau, notre ministre des Finances, souhaite de tout son coeur une augmentation du taux d’inflation au Québec ? Murray Rothbard répond à cette question:

« L’État est fondamentalement inflationniste : c’est parce que l’inflation est un moyen à la fois puissant et subtil de s’approprier les ressources de la population. Elle est d’autant plus dangereuse qu’elle est moins douloureuse que l’impôt.

Recourir à l’inflation pour surmonter des difficultés équivaut à brûler ses meubles pour se chauffer. »


28 novembre 2013

Une question de perspective Coup de gueule Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Il y a quelques semaines, l’institut de recherche et d’informations socio-économique (IRIS), aussi connu sous le nom d’institut des sciences humaines sans math, a publié le graphique suivant:

Institut des sciences humaines sans math

Les gens les plus allumés auront rapidement constaté qu’une erreur importante s’est glissée dans ce graphique.  Je me permets donc de produire une version corrigée que les gens de l’IRIS pourront diffuser en guise de rectificatif.

IEDM

Voilà qui est plus représentatif de la réalité.


28 novembre 2013

Les médias et l’astrologie… États-Unis Hétu Watch Revue de presse

National Journal

Democrats Fear Obamacare Will Cost Them The Senate
National Journal

For Democrats, the politics of the health care law are creating a death spiral of their own. For the White House to protect its signature initiative, it needs to maintain a Democratic Senate majority past 2015.

Race-by-race polling conducted over the last month has painted a grim picture of the difficult environment Senate Democrats are facing next year. In Louisiana, a new state survey showed Landrieu’s approval rating is now underwater; she tallied only 41 percent of the vote against her GOP opposition. In Arkansas, Sen. Mark Pryor’s approval sank to 33 percent, a drop of 18 points since last year. Sen. Mark Udall of Colorado, who looked like a lock for reelection last month, in a dead heat against little-known GOP opponents. Even a Democratic automated poll from Public Policy Polling showed Sen. Kay Hagan of North Carolina running neck-and-neck against Republican opposition, with her job disapproval spiking over the last two months. These are the types of numbers that wave elections are made of.

The big picture isn’t any better: The president’s approval rating, which historically correlates with his party’s midterm performance, has dipped below 40 percent in several national surveys. Democrats saw their nine-point lead on the generic ballot evaporate in a month.

Vous savez ce qui est vraiment drôle dans toute cette histoire ?

Il y a à peine deux mois, lorsque les républicains ont déclenché le shutdown, les grands talents dans tous les médias ont prédit que c’était la mort du GOP. Aujourd’hui, plus personne ne parle du shutdown et la législation phare du président Obama est en train de couler son parti.

Bref, les pages d’analyse politique dans nos grands journaux ne valent pas mieux que la section horoscope.

P.-S. L’abolition du filibuster par le sénat démocrate risque bien d’être un cadeau fait au républicain si jamais ils reprennent le contrôle du sénat en 2014.


27 novembre 2013

Égalité hommes-femmes Canada Économie Québec

ÉgalitarismeAu Québec, l’égalité hommes/femmes on prend ça très au sérieux.  J’en prends pour exemple les taux de décrochage.

Au Québec, le taux de décrochage pour les femmes est de 5,8% contre 12,8% pour les hommes.  Autrement dit, pour chaque femme qui décroche, il y a 2,2 hommes qui décrochent.

En Ontario, une province barbare sans charte des valeurs, le taux de décrochage pour les femmes est de 4,6% contre 7,8% pour les hommes.  Autrement dit, pour chaque femme qui décroche, il y a 1,7 homme qui décroche.

Au Canada, un pays dégénéré par le multiculturalisme, le taux de décrochage pour les femmes est de 5,6% contre 9,2% pour les hommes. Autrement dit, pour chaque femme qui décroche, il y a 1,6 homme qui décroche.

P.-S. Avant d’exiger que le gouvernement prenne des mesures pour équilibrer le taux de décrochage entre les hommes et les femmes pensez-y a deux fois. Solidarité oblige, en vertu du modèle québécois ce ré-équilibrage ne passerait pas par une diminution du taux de décrochage chez les hommes, mais par une augmentation du taux de décrochage chez les femmes.

Source:
Cirano
Taux de décrochage scolaire, 2012


27 novembre 2013

La loi de l’offre et de la demande Canada Économie En Chiffres Québec

La semaine dernière, le maire nouvellement élu de Montréal, Denis Coderre, a invité les Torontois à déménager au Québec pour fuir l’opprobre apporté par Rob Ford.

Ceux qui fréquentent ce blogue sont probablement déjà familiers avec la loi de l’offre et de la demande.  Si les Torontois ont décidé de fuir en masse leur ville pour venir vivre à Montréal, on devrait donc s’attendre à ce que la location d’un camion de déménagement partant de Toronto à destination de Montréal soit plus chère que la location du même camion, mais qui proviendrait de Montréal pour aller à Toronto.

Voici donc quelques chiffres qui, à défaut d’être scientifiques, sont néanmoins amusants (prix aller simple)…

Quitter le Québec

La différence n’est pas très grande, mais il semble que la demande soit plus forte pour aller à Toronto que pour aller à Montréal…

Toujours pour s’amuser, voici les prix pour Calgary, une ville gangrenée par l’industrie pétrolière qui, en plus de ne pas avoir de charte des valeurs, est représentée par un maire musulman !

Quitter le Québec

Le calcul est assez simple à faire, déménager de Montréal à Calgary est 2 fois plus dispendieux que le chemin inverse !

Source:
U-Haul
Rental trucks and trailers


27 novembre 2013

La France: le Québec en accéléré ! Coup de gueule Économie France Gauchistan Revue de presse

Le Parisien

Retraite des fonctionnaires : une facture de 37 milliards pour l’Etat
Le Parisien

Seul un quart des pensions de la fonction publique est financé par les cotisations des agents de l’État. Les contribuables doivent payer la différence : 37,3 milliards en 2013. C’est le constat que vient de faire le Conseil d’orientation des retraites (COR). Dans un rapport qui sera présenté ce mardi et que s’est procuré le Figaro, au moment où les députés examinent le projet Ayrault sur la réforme des retraites selon la procédure de vote bloqué, l’Etat subventionne discrètement les retraites des fonctionnaires à hauteur de 73 % de ses besoins, soit 37,3 milliards d’euros.

Si dans le privé, les cotisations sont financées à 82,9% par les cotisations des salariés, pour le régime des fonctionnaires, c’est le budget de l’Etat qui intervient en cas de déficit.

Comment expliquer ce gouffre ? On compte plus de retraités de la fonction publique (2,33 millions) que de cotisants (2,1 millions). En outre, selon le Figaro, les pensions dans le public sont calculées sur les six derniers mois de traitement contre les 25 meilleures années dans le privé. Une différence qui avantage les futurs ex-agents de l’État. Enfin, les «dispositifs de solidarité» (départs anticipés, majoration de durée d’assurance pour enfant, minima de pension…) représentent 27,9 % des pensions versées contre 16,2 % dans le privé.

La France montre ce que sera le Québec dans quelques années…

Au Québec, le gouvernement dépense 2,51 milliards de dollars par année pour les fonds de pension de ses employés et actuellement, les caisses de retraite de la fonction publique et parapublique affichent un déficit de 57 milliards de dollars.


26 novembre 2013

Le prix de la verdoyance… Coup de gueule Économie Environnement Québec

L'argent des autresIl y a deux semaines, le Parti Québécois s’est vanté d’avoir fait économiser 240 millions de dollars aux Québécois grâce à leurs vaillants efforts contre la corruption.

Si on doit se réjouir de cette économie de 240 millions, il est quand même bon de remettre ce chiffre dans son contexte. Par exemple, il ne faudrait pas oublier que l’industrie éolienne reçoit légalement, à elle seule, 695 millions de dollars en subvention par année pour produire de l’électricité dont le Québec n’a pas besoin ! De plus, gardez en tête que ce montant n’inclut pas les nouveaux appels d’offres faits en 2013 (ici et ici)!

Au Québec, faire plaisir aux enverdeurs en installant des éoliennes inutiles, coûte plus cher que de graisser la patte de l’industrie de la construction…  Sur ce, vous pouvez retourner vous faire tondre en parlant de la charte puisque cette situation ne semble scandaliser personne…  Quand c’est pour la bonne cause, ce n’est jamais trop cher pour les Québécois…


26 novembre 2013

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (19-25 novembre) selon Influence Communication.

Au Québec, la Charte des valeurs se retrouvent une fois de plus au sommet de l’actualité, notamment en raison de l’histoire des éducatrices de garderie portant le niqab. Au Canada, la Coupe Grey a dominé le classement devant les déboires du maire Rob Ford et l’anniversaire de la mort de John F. Kennedy.

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: Avec tout ce qui ne tourne pas rond dans l’économie québécoise, quand je vois la première position au classement être occupée par une nouvelle aussi ridicule, j’en conclus qu’il y a un grave problème de maladie mentale au Québec…

Source:
Influence Communication


26 novembre 2013

Défaite du populisme en Suisse Économie Europe Revue de presse

Le Figaro

Les Suisses refusent de limiter les gros salaires
Le Figaro

C’est un rejet massif. Les Helvètes ont été 65,3 % à voter contre l’initiative qui visait à réduire les écarts de salaires. Les résultats du scrutin de dimanche sont sans ambiguïté: aucun canton, sur les vingt-six, n’a approuvé la proposition des Jeunes Socialistes, selon laquelle le revenu le plus haut dans une entreprise ne devait pas dépasser douze fois le montant du revenu le plus bas dans la même entreprise.

Les premiers sondages annonçaient pourtant un succès de l’initiative. Mais la campagne de l’Union suisse des arts et métiers (Usam), qui était en tête des opposants, a convaincu les électeurs de laisser aux patrons le libre choix de la fixation des salaires. «Les Suisses ont prouvé qu’ils tiennent à leur économie libérale, commente Jean-François Rime, directeur de l’Usam. Chez nous, les problèmes se règlent entre partenaires sociaux et l’intervention de l’État est faible.»

Jean-François Rime se réjouit d’avoir prouvé l’efficacité de sa campagne de terrain, orchestrée autour d’une idée simple: «Non au diktat sur les salaires!» Les milieux économiques ont ainsi tiré les leçons de l’initiative de Thomas Minder pour encadrer les rémunérations abusives et interdire les parachutes dorés, acceptée par le peuple en mars, à la surprise générale.

Bravo à la Suisse qui a dit non au populisme et à la démagogie de la gauche. Des gens qui, au lieu de voter avec leurs émotions, ont voté avec leur raison. Des gens qui ont réalisé le danger de voir l’État se mettre à dicter les salaires dans les entreprises privées.

Au Québec, on peut parier que le résultat aurait été exactement l’inverse, ce n’est pas un hasard si la Suisse est plus riche que le Québec…