Petit maireDans tout le Québec, on a abondamment parlé du fiasco des Bixis montréalais, et avec raison.  Cette idée complètement folle a vu le jour uniquement pour faire plaisir à l’aile ultra du mouvement écologiste.  Les Bixis, comme toutes les idées pondues par ces ultras, ont été un désastre financier, si bien qu’aujourd’hui les Montréalais sont contraints d’éponger une dette de 42 millions de dollars !  C’est l’équivalent de 25,46$ par Montréalais.  L’indignation était la seule réaction acceptable devant un tel gaspillage.

Pendant ce temps, un certain Régis Labeaume, aussi pour faire plaisir aux écolos, a jeté au feu 15 millions de dollars pour faire rouler des autobus électriques aux allures clownesques…  Toute proportion gardée, cette aventure représente une dépense de 29,03$ par habitant !

Vous avez bien lu, toute proportion gardée, les Écolobus de Québec ont été un plus gros désastre financier que les Bixis de Montréal !  Pourtant, les médias se sont surtout scandalisés des Bixis de Gérald; presque rien sur les autobus à Régis…  En aucun moment, depuis leur mise en service en 2008, ils ne sont devenus des boulets politiques pour Régis…

Maintenant, vous savez pourquoi on peut entendre dans les médias de Québec que « Montréal est un trou à marde » et que Régis Labeaume est un saint homme qui ferait l’envie de toutes les municipalités au Québec.  À Montréal, les médias se livrent à une chasse sans merci pour dénicher la moindre gaffe d’un politicien, quitte à exagérer la réalité.  À Québec, les médias rivalisent d’adresse pour tourner à la blague ou carrément dissimuler les gaffes de leurs politiciens, quitte à marcher sur leurs principes…  Le résultat net: on exagère inutilement les problèmes de Montréal alors qu’à Québec, les gens vivent dans une grande illusion…  D’ailleurs, beaucoup de déclarations de Régis Labeaume auraient fait glousser la province au grand complet si elles avaient été faites par le maire de Montréal (exemple ici, ici, ici, ici, ici, ici, et ici).

De plus en plus de personnes s’avancent à prédire que Régis Labeaume pourrait un jour faire le saut en politique provinciale du côté du PQ.  Si tel était le cas, je prédis que Régis Labeaume deviendra le plus gros flop politique de l’histoire du Québec, jamais cet homme ne pourrait devenir premier ministre.

Dans son fief, les quelques fois où le maire de Québec a été défié, même timidement, on l’a vu sortir rapidement de ses gonds.  Dans le contexte d’une campagne provinciale, Régis Labeaume serait incapable d’être talonné, challengé et analysé par de vrais journalistes qui posent de vraies questions jour après jour. Les politiciens comme Régis Labeaume peuvent uniquement survivre dans un petit univers médiatique qui n’existe que pour servir les intérêts du régime.

À lire aussi: La fête des maires