Hier, le toujours humble Pierre Duchesne, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, a rendu publique une politique nationale de la recherche et de l’innovation; un machin électoral qui prévoit de verser de généreuses subventions aux entreprises qui voudront entreprendre le dépôt d’une première demande de brevet.

Vous l’ignoriez peut-être, mais selon une étude des HEC, le Québec est déjà une des juridictions en occident qui subventionne le plus les activités de recherche et développement. Malgré tout, nous sommes en queue de peloton pour les demandes de brevet par million d’habitants.  Les chercheurs expliquent ce paradoxe de la manière suivante:

Étude HEC

De manière générale, les 5 pays les plus généreux en matière de financement public total en % du PIB (Corée du Sud, Canada, États-Unis, Belgique, France) ont une efficacité de leur R et D inférieure à la moyenne des pays membres analysés. À l’inverse, les champions de dépôts de brevets, soit la Suède, la Suisse et la Finlande, consacrent une plus faible proportion de leur PIB au financement public de la R et D. C’est le secteur privé qui prendrait le relais.

Pour les chercheurs, l’efficacité du financement public suit une courbe en U inversé. Elle s’accroît jusqu’à un certain niveau pour ensuite retomber. Il y aurait donc un effet d’éviction : les fonds publics se substitueraient aux fonds privés. De quoi donner à réfléchir pour réévaluer les programmes d’aide à la R et D existants.

Nous avons toutes les raisons de croire que le Québec se trouve actuellement dans la zone de décroissance du U inversé. Par conséquent, le nouveau programme de subvention risque d’avoir un effet inverse à celui désiré i.e. on va ralentir encore plus la production de brevets. Autrement dit, le gouvernement va encore prendre l’argent des contribuables et la jeter au feu, tout ça pour que monsieur le ministre puisse passer aux nouvelles de 6h !

En bref, on savait déjà que trop d’impôt tue l’impôt; on sait maintenant que trop de subventions peuvent tuer les subventions !