Antagoniste


16 octobre 2013

Quand le gouvernement s’en mêle… Économie États-Unis

Socialisme
Organigramme du régime socialiste mis en place par Barack Obama dans le cadre de sa réforme du système de santé

Au début du mois d’octobre, entrait en vigueur l’Obamacare avec l’obligation pour les Américains sans assurance de s’y inscrire; d’ailleurs, on se demande toujours pourquoi l’inscription est obligatoire puisque cette réforme est censée être la plus belle invention depuis le pain tranché…

Quoi qu’il en soit, la réforme a immédiatement connue des ratés majeurs; le site web devant servir à gérer les inscriptions a été en panne la plupart du temps. Les autorités gouvernementales ont bien tenté des réparations d’urgence à plusieurs reprises, mais le problème est demeuré entier.  Selon les derniers chiffres, seulement 10% des gens ayant tenté de s’inscrire via l’internet ont vu leurs efforts couronnés de succès.

L’excuse avancée par le gouvernement: le site a été débordé par un achalandage extraordinaire de…  8,6 millions de personnes lors de la première semaine d’activité…

Quelques chiffres question de mettre les choses en perspective…

  • Facebook a 669 millions d’usagers actifs par jour. Chaque jour, le site doit gérer 2,7 milliards de mentions « j’aime », le téléchargement de 300 millions de photos et le transfert de 500 TB de données.
  • Ebay doit gérer 1 milliard de transactions par jour, ce qui représente 2 000$ d’échange par seconde.
  • Paypal voit transiter dans ses serveurs 315,3 millions de dollars chaque jour en provenance 106 millions d’usagers qui ont la possibilité d’utiliser 25 devises différentes.
  • Amazon, en période de pointe, peut vendre jusqu’à 27 millions d’items par jour, ce qui représente 306 ventes par secondes.
  • Google possède un parc informatique constitué d’au moins 1 million de serveurs, ce qui lui permet de répondre à plus de 70 milliards de requêtes par jour.

Et pendant ce temps, le gouvernement veut nous faire croire qu’il est impossible de gérer un trafic de 8,6 millions de visiteurs par semaine…  Une autre preuve démontrant que le secteur public est incapable de s’approcher du niveau d’efficacité et de productivité du secteur privé. La raison est simple: le secteur public n’a pas pour objectif de satisfaire des consommateurs, mais plutôt d’accommoder des fonctionnaires.


16 octobre 2013

Où vont vos impôts… Économie En Chiffres Québec

Parce que c’est votre argent…

Parce que le gouvernement a perdu le contrôle des finances publiques…

Parce que l’État a de plus en plus faim…

Quelques chiffres tirés du dernier budget du Québec, demandez-vous si vous en avez pour votre argent…

Budget Marceau

Si l’on additionne les montants du tableau, on obtient des dépenses de 199 151 233 $$/jour ou encore 18 244 $/travailleurs.

En avez-vous pour votre argent ?

Source:
Ministère des finances du Québec
Discours sur le budget


16 octobre 2013

Énergie verte: l’échec se confirme Économie Environnement International Revue de presse

Bloomberg BusinessWeek

Clean Energy Investment Headed for Second Annual Decline
Bloomberg BusinessWeek

Clean-energy investment fell 14 percent in the third quarter from the prior three months as Europe curbed subsidies and cheaper U.S. natural gas lured investment.

The $45.9 billion spent makes it “almost certain” that annual investment in renewables and energy-smart technologies will fall for the second consecutive year from $281 billion in 2012, Bloomberg New Energy Finance said in a statement.

Investment in the quarter was 20 percent lower than the same period last year as spending in China, the U.S. and Europe fell. The U.S. saw the largest decline, sliding 41 percent to $5.5 billion, according to the London-based research company.

Europe’s clean-energy industry is retrenching after subsidies were reduced in nations from Germany to Spain, which helped propel record growth in previous years. Cheap gas in the U.S. driven by a shale-drilling boom and a reduction in China’s spending on wind power wind power also contributed to the overall decline, the London-based consultant said.

Partout sur la planète on abandonne les dispendieuses énergies vertes pour plutôt se tourner vers le très abordable gaz naturel. Au Québec, on a fait le virage inverse… Si nous sommes pauvres, ce n’est pas sans raison…