Socialiste=IdiotHier, l’institut de recherche et d’informations socioéconomique (IRIS) nous a fait l’honneur d’un autre travail de recherche…  Cette fois-ci, on essaye de nous tirer les larmes en nous parlant des écarts de richesse au Québec, une statistique qui n’a aucune valeur économique.

Qu’importe, l’IRIS essaye de nous convaincre que le Québec est un paradis fiscal pour les méchants riches qui appartiennent au 1%…  En effet, entre 1982 et 2010, leur taux d’imposition effectif fédéral et provincial est passé de 35,7% à 30,5%.

Mais quand on pousse l’analyse un peu plus loin, on se rend compte qu’en 1982, ce fameux 1% a payé en moyenne en impôt fédéral et provinciale 78 091$/contribuable* (2 944 423 971$ totaux) alors qu’en 2010 cette somme a grimpé à 114 500$/contribuable* (7 071 520 000$ totaux), une augmentation absolument remarquable !

Donc, les taux d’imposition baissent, mais les revenus fiscaux augmentent.  Cette situation qui peut sembler paradoxale, mais qui s’explique par…  la courbe de Laffer !  Sans le savoir, l’IRIS à confirmer que trop d’impôt tue l’impôt, par conséquent, moins d’impôt augmente l’impôt !

Donc, que veulent les  gauchistes: un taux d’imposition à 35,7% qui ne retire que 78 091$/contribuable ou un taux d’imposition à 30,5% qui retire 114 500$/contribuable ?  Autrement dit, qu’est-ce qui est le plus important pour la gauche, aider les pauvres ou punir les riches ?

Car il ne faut pas se tromper, si on augmente les taux d’imposition des riches pour les punir, les revenus fiscaux du gouvernement risquent de diminuer, car ces riches auront le choix de moins travailler, de moins investir ou carrément de déménager.  Quand les statistiques incluront les hausses d’impôts sur les riches décrétées par l’aile radicale du PQ, on peut déjà parier que les revenus fiscaux seront revus à la baisse.

*Dollars constants de 2010

Source:
Statistique Canada
Tableaux 204-0002