Antagoniste


24 septembre 2013

La méritocratie américaine Économie États-Unis

MillionnaireLa semaine dernière, le magazine Forbes a publié son classement annuel des 400 Américains les plus riches. Quelques chiffres relatifs à ce classement qui vont à l’encontre de certaines idées reçues…

En 1982, seulement 40% des gens qui apparaissaient dans le classement du Forbes 400 avaient fondé la compagnie qui les avait rendus riches.  La majorité, 60%, avait hérité d’une compagnie fondée par leurs parents.  En 2011, c’est 69% des gens qui ont fondé la compagnie qui les a rendus riches.  Seulement 31% des gens classés étaient des héritiers.

En 1982, 60% des gens classés dans le Forbes 400 avaient grandi dans une famille riche contre seulement 40% qui provenaient des classes moyennes et inférieures.  En 2011, ce n’est plus que 32% des fortunes qui sont issues de familles aisées.  La majorité, 68%, a grandi dans une famille de la classe moyenne ou inférieure.

De 1982 à 2011, la proportion des gens classés qui avaient un diplôme universitaire est passée de 77% à 87%. Inversement, la proportion de gens sans diplôme est passée de 17% à 5%.

Une conclusion s’impose: de 1982 à 2011, l’économie américaine s’est éloignée du modèle « ploutocratique » pour se rapprocher du modèle « méritocratique ». Pourtant, les médias nous envoient le message contraire !

Source:
Journal of Economic Perspectives
It’s the Market: The Broad-Based Rise in the Return to Top Talent


24 septembre 2013

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (17-23 septembre) selon Influence Communication.

Au Québec, la Charte des valeurs québécoises et les réactions à celles-ci dominent l’actualité. Au Canada, c’est la collision mortelle entre un train de Via Rail et un autobus, qui trône en tête du palmarès des nouvelles.

Actualité Québec

Actualité Canada

Source:
Influence Communication


24 septembre 2013

La peur est mauvaise conseillère Environnement Europe Revue de presse

Der Spiegel

Warming Plateau? Climatologists Face Inconvenient Truth
Der Spiegel

For a quarter of a century now, environmental activists have been issuing predictions in the vein of the Catholic Church, warning people of the coming greenhouse effect armageddon. Environmentalists bleakly predict global warming will usher in plagues of biblical dimensions — perpetual droughts, deluge-like floods and hurricanes of unprecedented force.

The number of people who believe in such a coming apocalypse, however, has considerably decreased. A survey conducted on behalf of SPIEGEL found a dramatic shift in public opinion — Germans are losing their fear of climate change. While in 2006 a sizeable majority of 62 percent expressed a fear of global warning, that number has now become a minority of just 39 percent.

One cause of this shift, presumably, is the fact that global warming seems to be taking a break. The average global temperature hasn’t risen in 15 years, a deviation from climatologists’ computer-simulated predictions.

This is a difficult state of affairs for the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC), which will release its next assessment report on global warming on Friday, Sept. 27.

Les Québécois sont-ils les derniers assez crédules sur cette planète pour avoir encore peur du réchauffement climatique ?


23 septembre 2013

Neutralité ostentatoire Coup de gueule Gauchistan Québec

Fonctionnaire Neutre

Une personne ne portant aucun signe religieux peut signifier que cette personne est athée. Encore pire, cette personne pourrait être une athée militante.

Or, les athées ne sont pas neutres, ils pourraient discriminer les gens qui sont croyants, surtout ceux qui osent porter des signes religieux. De plus, n’oublions pas que l’athéisme politique a fait des dizaines de millions de morts.

Donc, si on veut que l’état soit réellement neutre, non seulement il faut interdire les signes religieux, mais il faut aussi interdire l’absence de signes religieux !

Devant une pareille situation, une seule solution est possible si l’on veut vraiment que l’État soit neutre: il faut remplacer tous les fonctionnaires par des robots !


23 septembre 2013

Le modèle québécois: à bout de souffle… (II) Canada Économie En Chiffres Québec

Est-ce que la fiscalité infernale du Québec constitue un rempart contre la pauvreté ? On aimerait bien le croire, histoire de se dire que si on paye des taxes, impôts et tarifs de toute sorte, au moins le gouvernement utilise notre argent pour aider les gens dans le besoin. Malheureusement, la taille de notre gouvernement est devenue directement proportionnelle avec son inefficacité.

Cet été, Statistique Canada a publié des chiffres très intéressants sur la transition du statut de faible revenu dans chacune des provinces canadiennes. Pour la période 2009/20101 (la plus récente), 167 000 Québécois sont sortis de la pauvreté. Inversement, 226 000 qui étaient au-dessus du seuil de pauvreté sont passés en dessous. Donc, au Québec, chaque fois qu’une personne tombe sous le seuil de pauvreté, 0,739 personne passe au-dessus de ce même seuil. Ce ratio inférieur à 1 indique qu’au Québec plus de gens deviennent pauvre que de gens sortent de la pauvreté.

Voici ce même exercice mathématique dans chacune des provinces canadiennes:

Pauvreté Québec

Avec le Manitoba et la Nouvelle-Écosse, le Québec fait partie d’un groupe peu enviable qui a un ratio inférieur à 1 i.e. des provinces où la pauvreté augmente.  Fait intéressant, ces 3 provinces sont aussi celles qui comptent sur les plus petits écarts de richesse au Canada…  Le Québec, le Manitoba et la Nouvelle-Écosse sont des provinces égalitaires, malheureusement, c’est une égalité dans la misère.

L’avant-dernière position du Québec représente un autre échec du modèle québécois.  Bien que nous sommes parmi les plus taxés en Amérique, nous sommes des cancres en matière de lutte contre la pauvreté.  Mais que font les politiciens avec tout l’argent qu’on leur envoie ?*

*Question rhétorique

À lire aussi: Le modèle québécois: à bout de souffle… (I)

Source:
Statistique Canada
Tableau 202-0806


23 septembre 2013

Réchauffement climatique: deux décennies d’erreurs Environnement International Revue de presse

Nature Climate Change

Overestimated global warming over the past 20 years
Nature

Global mean surface temperature over the past 20 years (1993–2012) rose at a rate of 0.14 ± 0.06 °C per decade. This rate of warming is significantly slower than that simulated by the climate models participating in Phase 5 of the Coupled Model Intercomparison Project (CMIP5). To illustrate this, we considered trends in global mean surface temperature computed from 117 simulations of the climate by 37 CMIP5 models. These models generally simulate natural variability — including that associated with the El Niño–Southern Oscillation and explosive volcanic eruptions — as well as estimate the combined response of climate to changes in greenhouse gas concentrations, aerosol abundance, ozone concentrations, land use and solar variability. By averaging simulated temperatures only at locations where corresponding observations exist, we find an average simulated rise in global mean surface temperature of 0.30 ± 0.02 °C per decade. The observed rate of warming given above is less than half of this simulated rate, and only a few simulations provide warming trends within the range of observational uncertainty.

The evidence, therefore, indicates that the current generation of climate models do not reproduce the observed global warming over the past 20 years, or the slowdown in global warming over the past fifteen years.

Ne compter pas sur Radio-Canada pour rapporter cette nouvelle dans ses émissions scientifiques


19 septembre 2013

La religion de l’esprit de clocher En Citations Philosophie

Mario Vargas Llosa

L’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa, libertarien et récipiendaire du prix Nobel de littérature, nous rappelle que parfois peu de choses peuvent différencier les croyances religieuses des croyances nationalistes…

« Le nationalisme est la culture de l’inculte, la religion de l’esprit de clocher et un rideau de fumée derrière lequel nichent le préjugé, la violence et souvent le racisme »


19 septembre 2013

Les dépendantistes Canada Économie En Chiffres Gauchistan Québec

J’avais déjà fait l’exercice avec l’assurance-emploi, j’ai jugé qu’il serait intéressant de reprendre l’exercice avec l’ensemble des programmes gouvernementaux…

Voici donc le Rapport de dépendance économique (RDÉ) des 17 régions administratives du Québec et des 9 provinces canadiennes. Pour une région donnée, RDÉ représente le rapport des paiements de transfert à chaque tranche de 100$ du revenu d’emploi total de la région. Par exemple, si le RDÉ est de 24,80$, ceci indique que 24,80$ ont été reçus en prestations d’assurance-emploi pour chaque 100$ en revenu d’emploi pour la région en question.  Vous aurez compris que plus la valeur est élevée, plus la population est dépendante du gouvernement pour assurer sa subsistance.

Pauvreté Québec

La Gaspésie, la Montérégie, le Bas-Saint-Laurent, la Mauricie et Centre-du-Québec se partagent l’infime honneur de faire pire que Terre-Neuve, la pire des provinces canadiennes… Dans le cas de la Gaspésie, chaque fois que 100$ entrent dans les poches d’un contribuable, 49,60$ provient des gouvernements, la moitié !!!

Toujours à propos de Terre-Neuve, depuis l’an 2000, cette province a réduit son RDÉ de 13,2%. Le Québec a pris le chemin inverse, son RDÉ augmentant de 18,2% !

La majorité des régions québécoises se comparent autres aux provinces des maritimes. Nous ne sommes pas très loin de la prédiction de Jean Chrétien qui a déjà dit que le Québec finirait par être un gros Nouveau-Brunswick…

La seule région québécoise qui fait mieux que la moyenne canadienne, l’Outaouais, est collée sur la province ontarienne…

Gardez en tête que malgré cette orgie de dépenses et de programmes gouvernementaux, le Québec a un problème de pauvreté chronique

Sources:
Institut de la statistiques du Québec
Profils statistiques des régions administratives et des MRC

Statistique Canada
Tableau 111-0025


19 septembre 2013

Les républicains et le parti québécois… États-Unis Philosophie Québec Revue de presse

Politico

Poll: Republicans embracing libertarian priorities
Politico

A new poll confirms a libertarian renaissance in 2013.

FreedomWorks commissioned a national survey of registered voters last month, shared first with POLITICO, that finds 78 percent of Republicans and GOP-leaning independents self-identify as fiscally conservative and socially moderate.

It’s not that Republicans are suddenly self-identifying as “libertarians” and devouring Ayn Rand novels, but more that they seem to be embracing underlying libertarian priorities and views about the role of government.

Told that libertarians generally believe individuals should be free to do as they like as long as they don’t hurt others and that the government should keep out of people’s day-to-day lives, 58 percent of the full national sample said they agree.

A slight majority, 52 percent, said government should not promote any particular set of values, compared with 40 percent who think government should promote “traditional values.”

Les républicains, à 52% contre 40%, pensent que le gouvernement ne devrait pas imposer ses valeurs.

Les péquistes, à 80% contre 10%, pensent que le gouvernement devrait imposer ses « valeurs québécoises ».

Désormais, les péquistes n’ont plus le droit de traiter les républicains de racistes…