Au Québec, nous sommes parmi les plus taxés en Amérique, mais on essaye de se consoler tant bien que mal en se disant qu’au moins nous avons un gros panier de service et que grâce à ce panier de service, nous pouvons, mieux que n’importe quelle province, lutter contre la pauvreté.

Vraiment ?

Cet été, Statistique Canada a publié des chiffres très intéressants sur la persistance et la résistance au faible revenu dans les provinces canadiennes.  La persistance du faible revenu se définit comme 6 années consécutives passées sous le seuil de la pauvreté.  Inversement, la résistance au faible  se définit comme 6 années consécutives passées au-dessus le seuil de la pauvreté.

Voici donc la proportion des personnes qui ont vécu 6 années consécutives sous le seuil de faible revenu, signe de l’absence de mobilité sociale:

Pauvreté Québec

Malgré notre sociale-démocratie mur-à-mur, c’est au Québec que la pauvreté est la plus persistante !  Une dernière position confortable qui se trouve à des miles de l’Alberta. Pourtant, le Québec est l’une des provinces avec les plus petits écarts de richesse au Canada…  Comme quoi la seule égalité générée par le modèle québécois est une égalité dans la misère.   Mais il y a pire, dans la période précédente couverte par cette étude (2002-2007), le Québec faisait mieux que le Manitoba, le Nouveau-Brunswick et la Colombie-Britannique. En bref, le Québec régresse !

Maintenant, voici la proportion des personnes qui ont vécu 6 années consécutives au-dessus du seuil de faible revenu:

Pauvreté Québec

Le Québec n’est pas dernier, mais… avant-dernier. Seule la Colombie-Britannique fait pire.  Mais notons que la pauvreté est beaucoup moins persistance dans cette province.

La gauche aime dire que le modèle québécois a été construit pour sortir les gens de la pauvreté en redistribuant la richesse; on serait donc en droit de s’attendre que le Québec brille parmi les meilleurs. Or, on constate plutôt que le modèle québécois est à bout de souffle. Malgré les impôts, les taxes et les tarifs démesurés, il est incapable de fournir un filet de sécurité sociale… Il est plus que temps de se débarrasser de ce modèle qui est devenu un boulet pour s’inspirer des provinces qui connaissent du succès.

Source:
Statistique Canada
Tableau 202-0807