Antagoniste


5 septembre 2013

Le collectivisme progressif et la lutte des classes En Citations Philosophie

Lippmann

Citation de Walter Lippmann (1889-1974), un intellectuel progressiste s’étant converti au libéralisme économique:

« Lorsque les gens se rendent compte que leur fortune dépend de plus en plus de leur position politique, le contrôle de l’autorité de l’Etat devient de plus en plus précieux. Mais comme la multiplication des privilèges restreint la production des richesses et en dénature la répartition, le niveau de vie ne s’élève pas en proportion des espérances suscitées par l’exemple de ceux que les privilèges enrichissent. Au fur et à mesure que le collectivisme progressif avance, la lutte pour les privilèges s’exacerbe. »


5 septembre 2013

Doubler le salaire des fast-foods ? Coup de gueule Économie En Chiffres États-Unis

Sciences Humaines Sans Math

Le nouveau salaire à la mode chez les gauchistes ? Les grèves américaines pour doubler le salaire des employés dans les fast-foods !  Le genre de revendication typique pour un profil « sciences humaines sans math »…

Actuellement, le salaire typique dans un fast-food aux États-Unis est de 7,25$/h, ce qui veut dire qu’un employé, pour être rentable, doit obligatoirement générer  7,25$ de revenu par heure.  C’est un objectif qui est à la portée d’une main-d’oeuvre peu expérimentée et sans qualifications particulières.  Donc, si on cède aux demandes et que le salaire est augmenté à 15$/h, ce même employé devra dorénavant générer pour 15$ de revenu par heure.  C’est un objectif plus ambitieux qui pourrait nécessiter une certaine expérience du travail et certaines qualifications puisque pour attendre ce seuil de rentabilité, on demandera probablement à un seul employé de cumuler plusieurs tâches.

Mais ce n’est pas tout, l’industrie du fast-food vit en ce moment une période de transformation.  Comme pour l’industrie manufacturière, on fait de plus en plus appel à des robots pour remplacer la main-d’oeuvre peu qualifiée.  En Europe, où la main-d’oeuvre est très dispendieuse en raison de la réglementation, McDonald’s a annoncé l’achat de 7 000 caisses automatiques capable de remplacer des employés. Mais ce n’est pas tout, aux États-Unis la firme Momentum Machines travaille à la mise au point d’un robot qui pourra remplacer les employés dans les cuisines.  Ce robot pourra produire 360 burgers à l’heure !  Au lieu de payer une dizaine d’employés 15$/h, un fast-food pourrait bien décider de se robotiser et de faire rouler son restaurant avec deux techniciens qui gagneront 25$/h

D’ailleurs, la robotisation connaît une croissance fulgurante depuis la fin de la récession:

Robotisation

Ce qui est le plus ironique avec les revendications visant à doubler le salaire des employés des fast-foods réside probablement dans le fait que si la partie patronale les accepte, ceux qui ont fait la grève pour avoir ces salaires seront probablement les premiers à perdre leurs emplois puisque ces employés ne seront plus assez qualifiés pour justifier un tel salaire…  Autrement dit, c’est comme si ces grévistes manifestaient en faveur de leur remplacement par des gens plus productifs…  Comme on dit, « sciences humaines sans math » !

Source:
International Federation of Robotics
World Robotics 2012 Industrial Robots


5 septembre 2013

Un antitode contre la pauvreté Économie Environnement États-Unis Revue de presse

Bloomberg BusinessWeek

Fracking Boom Seen Raising Household Incomes by $1,200
Bloomberg BusinessWeek

In 2012, the energy boom supported 2.1 million jobs, added almost $75 billion in federal and state revenues, contributed $283 billion to the gross domestic product and lifted household income by more than $1,200, according to the report released today from IHS CERA. The competitive advantage for U.S. manufacturers from lower fuel prices will raise industrial production by 3.5 percent by the end of the decade, said the report from CERA, which provides business advice for energy companies.

Along with jobs at well pads and production facilities, the energy boom will increase employment throughout the economy, Larson said. By 2020, jobs that can be attributed to higher oil and gas production will reach 3.3 million, according to the report. Lower costs are also driving investment in energy-related chemical industries, where more than $31 billion will add more than 16 million tons of chemical, plastics and related manufacturing facilities by 2016.

Disposable income will rise as a result of lower energy prices, adding $2,700 per household in 2020 and more than $3,500 by 2025.

Mais au Québec on ne veut pas de la fracturation hydraulique… Au Québec on est pauvre et on aime ça.