Antagoniste


3 septembre 2013

La Première Économie États-Unis Québec

Sarah PalinAujourd’hui, la commission Charbonneau reprend…  Les journalistes pourront donc noircir les pages de leur journal jusqu’en décembre sans faire trop d’efforts…

Et pendant que le Québec est obligé de vivre au rythme d’une commission qui n’en finit plus de finir, je pense à Sarah Palin, la première femme à avoir été élue gouverneure de l’Alaska…

En 2003, Sarah Palin, mairesse d’un village de huit mille âmes, a été nommée pour siéger au comité responsable de faire la supervision de l’industrie pétrolière en Alaska.  De par ses contacts privilégiés au sein de ce comité, Sarah Palin a immédiatement réalisé que le gouvernement républicain, qui dirigeait alors cet État, était rongé par la corruption.

Sarah Palin est donc sortie sur la place publique pour accuser le président du comité, le procureur et le gouverneur de l’État d’avoir été achetés par l’industrie pétrolière. Pour protester contre ce boys club, elle a remis sa démission pour ensuite se présenter au poste de gouverneur. Entre-temps, celui-ci avait accordé un contrat de vingt-cinq milliards de dollars, sans appel d’offres, à un consortium formé d’ExxonMobil, ConocoPhillips et BP pour la construction d’un pipeline.

En 2006, contre toute attente, Sarah Palin a défait le gouverneur en place devenant ainsi la première femme à occuper ce poste en Alaska. Dans les semaines qui ont suivi son élection, elle a annulé le contrat de construction du pipeline, ce qui a contraint ConocoPhillips et BP à construire cette infrastructure entièrement à leurs frais, faisant ainsi économiser aux contribuables quatre milliards de dollars. Elle a aussi fait annuler toutes les lois votées par l’administration précédente qui donnaient des avantages indus à l’industrie pétrolière.  De plus, elle a aussi fait adopter un code d’éthique.

Lors de son règne, Sarah Palin, une républicaine, a déclaré la guerre à l’establishment de son propre parti.  À la fin de cette confrontation, une douzaine de membres de l’administration républicaine précédente, surnommée le dirty dozen, ont dû démissionner ou faire face à la justice à cause d’histoires qui étaient toutes en lien avec la corruption.

En Alaska, Sarah Palin n’a pas eu besoin d’une commission aussi interminable qu’onéreuse pour faire le ménage, elle a simplement eu besoin de beaucoup de courage et de conviction…  des qualités rares dans la classe politique québécoise…

Au Québec, on aime bien se moquer de Sarah Palin.  Pourtant, ici il n’existe aucun politicien/ne qui a l’envergure morale et intellectuelle de la première gouverneure de l’Alaska.  À méditer durant la commission Charbonneau…

Pour en savoir plus:
The Wall Street Journal
How Palin Beat Alaska’s Establishment


3 septembre 2013

Les syndicats et la classe moyenne Canada Coup de gueule Économie En Chiffres Gauchistan Québec

La gauche aime bien répéter que la vigueur de la classe moyenne est directement proportionnelle à la vigueur du mouvement syndical.

Vraiment ?  Si cette histoire n’est pas une légende urbaine, cela devrait se voir dans les chiffres.

La classe moyenne est un concept plutôt abstrait, mais selon moi la classe moyenne correspond à la tranche de la population dont le revenu appartient au troisième quintile.  Un quintile divise la population en cinq tranches de vingt pour cent.  Le premier et le deuxième quintile représentent la tranche la plus pauvre, le quatrième et le cinquième quintile représentent la tranche la plus riche.  Il reste donc le troisième quintile qui se situe entre les deux.  Donc,  voici la tranche de revenu de la classe moyenne dans chacune des provinces canadiennes:

Classe Moyenne

Au Québec, une personne qui gagne entre 29 100$ et 38 100$ appartient à la classe moyenne. Dans le Canada, la classe moyenne gagne plutôt entre 32 200$ et 43 200$.

N’en déplaise à la gauche et aux syndicalistes, même si le Québec a le plus haut taux de syndicalisation du Canada, nous avons aussi l’une des classes moyennes les plus pauvres du pays !  Encore plus humiliant, c’est la province la moins syndiquée qui fait le mieux.  La limite inférieure de la classe moyenne albertaine (39 400$) est au-dessus à la limite supérieure de la classe moyenne québécoise (38 100$).

Le syndicalisme garant de la santé de la classe moyenne?  Vous savez maintenant que c’est une légende urbaine.

Source:
Statistique Canada
Tableau 202-0606


3 septembre 2013

La Grande Noirceur des écologistes… Coup de gueule Économie Environnement Europe Gauchistan Revue de presse

National Geographic

As Coal Plants Shut Down, United Kingdom Faces a Power Crunch
National Geographic

British authorities have been issuing some dire-sounding warnings. In February, the man then in charge of Ofgem, Britain’s industry regulator, warned of an impending « near-crisis » of energy supply, calling the situation « horrendous. »

In June, Ofgem released a capacity assessment warning that « risks to electricity security of supply over the next six winters have increased since our last report in October 2012. » The report warned that Britain’s ability to provide spare electric power capacity could plunge to between 2 to 5 percent, about half what it is now.

The main reason for the possible crunch: Britain is closing a number of aging coal-fired plants—as well as some oil and nuclear ones—to meet European Union environmental laws. One fifth of the existing power stations are scheduled to close over the next ten years. According to Reuters, the U.K. is set to lose more than 12 gigawatts of generating capacity in the next two years. Currently, the country operates 13 coal plants, but nearly half are slated to close by 2015, and all of them could be shut down by 2023, according to government figures.

Any blackouts that cause key industries to go dark, even for short periods, could greatly disrupt the U.K. economy and likely inflict lasting damage at the polls for whichever political party is in power.

Ironiquement, les progressistes sont devenus les plus grands ennemis du progrès…