Antagoniste


29 août 2013

Vive le néo-libéralisme ! Économie International Mondialisation

Enjoy CapitalismL’indice de liberté économique du Fraser Institute existe depuis 1996.  Il s’agit d’un indice qui mesure la facilité à exercer une activité économique sans ingérence du gouvernement, tant que les actions posées ne violent pas les libertés d’autrui.  On pourrait parler d’un indice qui mesure le niveau de néo-libéralisme.  Cet indice a fait l’objet d’une étude qui a été publiée plus tôt cette année dans Contemporary Economic Policy, un journal scientifique consacré à l’économie.

Les auteurs de cette étude ont voulu savoir si, basé sur la littérature existante, l’indice de liberté économique avait des conséquences positives ou négatives.  Par exemple, une étude publiée en 2008 dans le Journal of Economic Behavior and Organization a déterminé que les droits des femmes progressaient plus rapidement dans les sociétés néo-libérales que dans celles qui misaient sur des contraintes étatiques.  Une autre étude, publiée en 2006 dans le Journal of International Trade & Development, a montré que plus une société devenait néo-libérale, plus le travail des enfants diminuait.  Mais d’autres études font état de conséquences négatives.  Par exemple en 2003, une étude publiée dans Annual Review of Public Health a montré que les libertés économiques contribuaient à augmenter le taux d’obésité puisque le néo-libéralisme faisait diminuer le prix des aliments.

Ainsi, depuis 1996, 198 études ont utilisé l’indice de liberté économique pour étudier toute une gamme de phénomènes comme la croissance économique, le niveau de vie, le bonheur, la qualité de l’environnement, les droits humains, la pauvreté, les inégalités sociales, la criminalité, la productivité et j’en passe.  Voici les conclusions:

  • 67,7% des études rapportent que l’indice de liberté économique est associé à des conséquences positives.
  • 28,3% des études rapportent que l’indice de liberté économique est neutre (sans conséquence claire).
  • 4,1% des études rapportent que l’indice de liberté économique est associé à des conséquences négatives.

La conclusion des auteurs est sans appel: « La prépondérance de la preuve est accablante; la liberté économique est associée à une grande variété de résultats positifs avec presque aucune contrepartie négative ».  Temps dur pour la gauche…


29 août 2013

Le saviez-vous ? Canada Économie En Chiffres

Cet été, Statistique Canada a publié des chiffres extrêmement intéressants sur le revenu des Canadiens.  Parmi les chiffres qui ont capté mon attention, celui sur l’évolution du taux de pauvreté:

Pauvreté Canada

En 2011, le taux de pauvreté au Canada était de 12,9%.  C’est une baisse de 26,2% par rapport à 1976 et de 35,2% par rapport au sommet atteint en 1996.

Jamais, depuis que Statistique Canada compile des chiffres, ce taux n’a été aussi bas.  Une telle réalisation aurait dû être soulignée par les médias.  Après tous, nos médias sont de bons gauchistes qui sont particulièrement sensibles au sort des plus pauvres.  Pourtant, cette nouvelle remarquable est passée inaperçue, aucune célébration, aucun texte pour souligner cet exploit…

J’oubliais…  Le premier ministre du Canada est un méchant conservateur…  Avoir souligné cet exploit aurait obligé les médias à donner du crédit aux politiques économiques de Stephen Harper, chose impensable pour notre colonie journalistique…  Sous les conservateurs (depuis 2006), le taux de pauvreté a diminué de 15,7%.

En bonus, voici l’évolution du revenu de la classe moyenne.  Selon l’ineffable et toujours bien informé Patrick Lagacé, les revenus de la classe moyenne stagnent, voire diminue, depuis de nombreuses années.  Celui qui en fume du bon, j’ai nommé Justin Trudeau, a aussi fait une déclaration similaire.

La classe moyenne est un concept plutôt abstrait, mais selon moi la classe moyenne correspond à la tranche de la population dont le revenu appartient au troisième quintile.  Un quintile divise la population en cinq tranches de vingt pour cent.  Le premier et le deuxième quintile représentent la tranche la plus pauvre, le quatrième et le cinquième quintile représentent la tranche la plus riche.  Il reste donc le troisième quintile qui se situe entre les deux.

Au grand malheur de Patrick Lagacé et Justin Trudeau, voici donc les faits:

Classe Moyenne Canada

Depuis la fin des années 90, on observe une progression constante des revenus de la classe moyenne, un gain de 17,3% par rapport au creux de 1996. Nous sommes loin de la stagnation, encore plus d’une régression.  D’ailleurs, la récession de 2008-2009 est celle qui a le moins affecté la classe moyenne.  Lors de la récession de 1980-1982 la baisse de revenu a été de 6,9%, la baisse a été de 12,1% pour celle de 1990-1992 et finalement un recul de seulement 0,5% pour la dernière récession.

Patrick Lagacé et Justin Trudeau, sciences humaines sans math…

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 202-0802 et  202-0701

Heritage Foundation
Index of Economic Freedom


29 août 2013

État progressiste = État policier Coup de gueule Gauchistan Revue de presse Venezuela

El Universal

-

Civilians in the Venezuelan militia to add up one million
El Universal

Venezuelan President Nicolás Maduro stated on Tuesday evening he hoped to increase to 1 million the number of civilians joining the militia aimed at « defending the homeland. »

From a local community to the east of Caracas, Maduro said that « sooner than later the militia will be comprised by one million civilians and, at that moment, all slums will have to be for the militia: with rifles, an organization to defend the homeland (…) not with individual weapons to engage in actions against society, robbing and kidnapping. »

The militias were founded by Venezuelan late President Hugo Chávez as a body to support the Bolivarian National Armed Force. Based on their principles, they are comprised by civilians for the « total defense of the nation. »

The Government refers to the militias as « people in arms, » yet foes have stressed the creation of these groups seeks the militarization of the whole Venezuelan society.

Les États progressistes finissent tous par être des États policiers puisque l’idéologie progressiste doit obligatoirement être imposée par la force aux citoyens…