Le Figaro

-

Quand l’Allemagne fait tourner un champ d’éoliennes au diésel
Le Figaro

C’est une version moderne de l’usine à gaz, «made in Germany». Le parc offshore Riffgat devait être inauguré samedi dernier au large de Borkum, une île de la mer du Nord située à la frontière des Pays-Bas. Trente majestueuses éoliennes de 150 mètres au-dessus des vagues ne demandent qu’à produire de l’électricité. Las. Une erreur dans la planification repousse leur inauguration à l’an prochain.

Pour l’instant, le parc ne peut fonctionner. Mais comme l’on craint que les turbines ne soient attaquées par le sel des embruns, il faut faire tournoyer les pales coûte que coûte. Le casse-tête vire au burlesque: des groupes électrogènes doivent en effet apporter l’alimentation nécessaire au refroidissement des turbines et à l’éclairage aérien du parc… Gourmandes, les éoliennes consomment 22.000 litres de diesel par mois. Ces éoliennes ne peuvent pas utiliser le courant qu’elles produisent pour leur propre consommation. Cette énergie est normalement fournie par le continent, mais il manque 15 km de câble à haute tension pour être relié à la terre ferme. Lors des plongées exploratoires, des bombes britanniques ont été découvertes au fond de l’eau. Elles rouillent là depuis la Seconde Guerre mondiale et il faut les désamorcer avant de commencer les travaux. Or, il y a très peu de sous-marins capables d’accomplir ce travail délicat, et tous sont réservés jusqu’au mois de février 2014.

Ces mésaventures illustrent les accrocs de la révolution énergétique décidée par Berlin en 2011. Les installations sont opérationnelles, mais le réseau fait défaut. Du coup, l’énergie verte tourne grâce au bleu pétrole…

Peut importe où on se trouve, il y a toujours quelques choses qui fait en sorte que les éoliennes ça ne marche pas…