13 juillet 2013: déraillement d’un train du gouvernement en France: 6 morts.

24 juillet 2013: déraillement d’un train du gouvernement en Espagne: 79 morts.

29 juillet 2013: collision entre deux trains du gouvernement en Suisse: 35 blessés.

Comment la gauche a-t-elle réagi ?  Dans Le Devoir on a demandé la nationalisation des voies ferrées et dans le Journal de Montréal on demande aussi la nationalisation des voies ferrées…  Il paraît que c’est plus sécuritaire quand le train est la propriété du gouvernement…

Mais au-delà de ces quelques faits anecdotiques, il y a des chiffres qui ne mentent pas. En France, tout est nationalisé, aussi bien les rails que le matériel roulant.  En Grande-Bretagne, l’industrie ferroviaire a été privatisée il y a de nombreuses années par la méchante Margaret Thatcher.  Donc, si la gauche a raison, il faut avoir des tendances suicidaires pour prendre le train du côté britannique alors que du côté français les gens peuvent voyager en toute quiétude dans les installations du gouverne-maman…

Vraiment ?  Voici les statistiques sur les accidents et les décès/blessures reliés au transport ferroviaire dans ces deux pays entre 2008-2011:

Train Socialiste

Peu importe l’indice, le système appartenant au gouverne-maman fait toujours pire que le secteur privé…  Comme disait l’autre, temps dur pour les gauchistes…

Une entreprise privée qui commet une négligence risque de fermer ses portes.  Une entreprise publique qui commet une négligence ne risque rien du tout…  Ceci explique cela…

Pour ceux qui n’ont pas encore compris, le débat public/privé se résume en une seule question toute simple: toilette privée ou toilette publique ? Poser la question c’est y répondre…

Source:
Eurostats
Railway Safety Performance in the European Union